Sélectionner une page

31, comme les brésiliens du PSG

Après la France, le Brésil est le pays ayant apporté le plus de footballeur au Paris Saint-Germain. Pelé aurait pu être le premier, c’est finalement Joël Camargo qui fut le premier Brésilien à revêtir la tunique Rouge et Bleu. Débuté dans les années 70, l’histoire d’amour entre le Brésil et le PSG prend de l’ampleur avec l’arrivée de Canal + aux commandes du club. Ricardo, Valdo et Rai ouvre la voie et le PSG gagne en visibilité au Brésil. Des années après, le PSG version QSI entretient ce lien particulier entre les deux en offrant au PSG des joueur tel que Thiago Silva, Marquinhos et le dernier en date, NeymarAu 1er février 2019, ils sont 31 à avoir porté la tunique du Paris Saint Germain. Rapide portrait de chacun d’entre eux.

1 – Joel CAMARGO : Sur le conseil de Pelé, il signe au PSG à 25 ans et devient le 1er brésilien du club. Il arrive en décembre 71 après une longue période sans jouer, notamment à cause d’un grave accident de voiture. Le défenseur champion du monde en 1970 (0 match lors de la compétition) ne joue que 2 matchs et part du PSG en février 72. Il continuera sa carrière au Brésil avant d’y mettre un terme à 29 ans. Ce pionnier de la lutte anti-raciste au Brésil nous a quitté en mai 2014 à l’âge de 67ans.

2-Armando MONTEIRO : Just Fontaine, alors entraîneur d’un PSG à la lutte pour la montée en D1 voit ce joueur de 23 ans se présenter à lui. Il débarque du Brésil en 1973 sans l’accord de son père et effectue un essaie avec le club. Convaincus, Fontaine et le club lui offrent un contrat. Il est titulaire lors du premier match du PSG au Parc des Princes contre le Red Star. C’était le 10 novembre 1973. Il marque de la tête lors de ce match. L’attaquant dispute 9 matchs et inscrit 5 buts avec le PSG puis quitte le club en 1974.

3-Abel BRAGA : Abel arrive au PSG en 1979 en provenance de Vasco de Gama. Pour son 1er match au Parc des Princes le 3 août de la même année, contre l’OM, il égalise d’un coup franc ras de terre à la 54ème minute. Souvent blessé, manque pas mal de matchs. Le défenseur quitte le club en 1981, pour retourner au Brésil et de signer au Cruzeiro EC. Avec le PSG, il joue 46 matchs et inscrit 10 buts.

4-RICARDO Gomes : Après une dizaine d’années sans brésilien, le PSG en achète trois d’un coup. Ricardo en fait partie. Il arrive en 1991 du Benfica Lisbonne avec Valdo, un autre brésilien. Le défenseur reste au club 4 ans puis revient deux ans plus tard, en 1996, en tant qu’entraîneur. Avec le PSG, il remporte trois titres en tant que joueur et deux en tant qu’entraîneur. Sur le terrain, il marque le but du titre contre Toulouse au Parc des princes en 1994. L’année suivante, il fait le doublé Coupe de la Ligue et la Coupe de France. Sur le banc du PSG, il refera ce doublé en 1998 et atteint la finale de la Coupe des Coupes en 1997.

5-GERALDAO : Le défenseur venant de Porto arrive en même temps que Ricardo et Valdo. Malheureusement, si les deux cité sont respecté, Geraldao est plus souvent considéré comme une des pires recrues de l’air canal +. Titulaire indiscutable dans son ancien club de Porto, le défenseur ne s’impose pas et s’en va au bout d’une saison et 29 matchs.

6 – Candido VALDO : Le milieu offensif est la première recrue offensive brésilienne d’envergure pour le PSG. Il arrive du Benfica Lisbonne en compagnie de son compatriote Ricardo en 1991. Avec le PSG, il remporte le titre en 1994 et 2 Coupe de France en 93 et 95 et la Coupe de la Ligue en 1995. Il livre aussi une superbe prestation contre le Real Madrid en 1993. En effet, il marque le troisième but parisien et délivre deux passes décisives lors de ce match. La première pour l’ouverture du score de Weah et la deuxième sur le coup de tête victorieuse de Kombouaré. C’est aussi lui qui conseille à Denisot l’achat de Rai. Puis quelques années plus tard, il conseillera l’achat de deux autres brésiliens… Il quitte le club en 1995 pour retourner au Benfica Lisbone.

7-RAÏ : Un jour, Valdo déclara ceci :

« Moi, j’ai un frère, un ami à moi : S’il vient ici, il va exploser la baraque. C’est Rai. Prenez-le, et après, on verra. Et si c’est lui qui joue, eh bien c’est OK pour moi. »

1992, le PSG le recrute donc sur les conseils de Valdo, Denisot s’envole pour Sao Paulo et signe le capitaine de la Seleção dès le mois de janvier 1992. Il débarquera six mois plus tard. Même s’il marque et effectue un coup du foulard pour son premier match au Parc des Princes, il met du temps à trouver ses marques, il s’impose lors de sa deuxième saison pour devenir ensuite LA Légende qu’il est aujourd’hui. Sept titres en 5 ans, il dispute 215 matchs et marque 72 buts. Il eu droit à des adieux mémorables au Parc pour son dernier match.

8-LEONARDO Araujo : Une seule saison pour le brésilien. Il signe en 1996 en provenance du Kashima Antlers. Le Champion du monde 94, ne reste qu’un an sous les couleurs parisiennes pour 46 matchs, 10 buts et 15 Passes décisives. Il jouera son dernier match lors du légendaire PSG-StueaBucarest qui marquera son départ pour le Milan AC. Plusieurs années plus tard, Denisot alors président du PSG déclara :

« J’avais dit à Leonardo la veille : Si on perd, tu ne pars pas à Milan. On est dans une phase où tout le monde se fout de nous, si on perd, tu ne pars pas. S’il y a un exploit et qu’on gagne, tu pars ».

Leonardo délivre 4 passes décisives, le PSG gagne 5-0, se qualifie et Leo part en Italie. Il reviendra près de 15 ans plus tard en tant que directeur sportif pour lancer le projet parisien de QSI.

9-EDMILSON : Acheté pour remplacer Leonardo en 1998, le transfert du joueur de Porto est un échec. Il ne reste que 6 mois et retourne au Portugal après 14 matchs

10-ADAILTON : Prêté par Parme en 1998, il portera la tunique 25 fois inscrivant 4 buts et offrant 2 passes décisives. L’un de ces buts est lors de la dernière journée de championnat contre les Girondins de Bordeaux. Les Bordelais doivent gagner au Parc pour remporter le titre au nez et à la barbe de l’OM qui se déplace à dans le même temps à Nantes. Adailton égalise et célèbre son but, mais personne n’est heureux… Bordeaux marquera le troisième but et fut sacrés champions.

11-CESAR : Peu d’information sur Augusto Cesar. Il signe en 1999 en provenance du Portuguesa. Il ne restera que deux ans au PSG et ne dispute que 12 matchs. Énigme !

12-CHRISTIAN Correa : Il signe au PSG en 1999 en provenance de l’Internacional. Après des débuts poussifs, la machine se met en marche lors de la 12ème journée fin octobre 1999. La suite, 16 buts en 21 matchs et une association qui fonctionne à merveille avec Laurent Leroy. Il inscrit un triplé à Metz et quatre buts contre Strasbourg au Parc des Princes. En concurrence avec Nicolas Anleka lors de sa deuxième saison, il ne s’impose pas et rejoint Bordeaux en 2001.

13-VAMPETA : Énigme bis pour ce joueur recruté lors de l’hiver 2001 à l’inter de Milan. Pour l’avoir, le PSG cède Dalmat + de l’argent pour le brésilien. Pas maladroit balle au pied, il ne parvient pas à s’imposer au PSG. Il ne joue que 7 matchs et mais inscrit un superbe but contre l’AJ Auxerre au parc des Prince. Adepte des nuits parisienne, il partira en prêt 6 mois + tard.

14-RONALDINHO : Surement le brésilien le plus talentueux par le club. Celui qui est considéré comme la nouvelle star du foot débarque au PSG en avril 2001. Pendant six mois, il s’entraîne prenant son mal en patience. Pendant deux ans, Ronnie enchante le Parc de Princes. Sous le maillot parisien, il livre des matserclass, notamment contre l’OM et Bordeaux. Champion du monde 2002 avec le Brésil, il quitte le club en 2003 pour le FC Barcelone. En 77 matchs avec le PSG, il marque 25 fois et délivre 22 passes décisives. Sois 47 gestes décisifs, sans compter ses multiples dribbles, en 77 matchs.

15-José ALOISIO : Le joueur qui tournait bien avec l’ASSE débarque dans la capitale à l’été 2001 à la suite de la relégation des verts. L’attaquant veut décrocher une place dans l’équipe bresilienne qui disputera la Coupe du Monde 2002 en Corée. Il fera deux saisons sous Fernandez et quitte le club en 2003. Il part pour la Russie après 78 matches 19 buts et 8 passes Décisives.

16-ALEX : Compère de l’attaque d’Aloisio à l’ASSE, ALEX a bonne réputation lorsque arrive au PSG en prêt à l’été 2001. Malheureusement, la formule ne fonctionne pas. Le PSG ne renouvelle pas le prêt et il retourne à l’ASSE. Il fera 28 matchs pour 3 buts.

17-Paulo CESAR : Conseillé à Fernandez par le sélectionneur du Brésil, Scolari, le défenseur arrive en 2002. Technique, il marque un but d’anthologie contre l’EAG, sombrero puis frappe. Il ne convainc pas et est prêté à l’hiver 2004 puis encore une fois en 2005 avant de définitivement partir en 2007. 67 matches et 6 buts.

18-Andre LUIZ : En 2002, le joueur en provenance de l’OM signe pour 7M€. Il ne s’impose pas et part à la fin de la saison. 23 matchs et 2 buts pour lui.

19-REINALDO : Le PSG vend Vampeta à Flamengo, dans la transaction, il a le choix entre Reinaldo et Adriano en échange. Le PSG choisit Reinaldo et le fait signer en 2002. Mais il ne rejoint pas l’Europe de suite, il est prêté 2 ans à Sao Paulo. Il arrive en 2003 et part en 2005. Il dispute 78 matchs et 15 buts. Il marque un beau but contre Bordeaux au Parc.

20-EVERTON : Dois-je le présenter ? Surnommé Jean Claude Robignaud, il est considéré comme le pire flop du club. Arrivé en même temps que son compatriote Souza à l’hiver 2008 dans un PSG en crise, il ne joue que 3 matchs et sera prêté à droite à gauche jusqu’à la fin de son contrat.

21-SOUZA : Arrivé en même temps que Everton en janvier 2008 et lui aussi sur les conseils de Valdo, le milieu offensif ne s’impose pas. Il joue quand même 17 matchs et fait une passe décisive pour son premier match. Le PSG ne le conserve pas et il file au Gremio 6 mois après son arrivée. Le numéro 10 repart quand même avec une Coupe de la Ligue gagné en 2008 avec le club.

22-Marcos CEARA : L’arriere droit arrive en 2007. À l’image de la saison du PSG, il galère. On se souvient de sa perte de balle contre Caen au Parc qui amène un but. Mais les 4 années suivantes sont bonnes, apprécié par ses coéquipiers et par le public, il restera 5 ans à Paris. Il dispute 197 matchs, marque 3 fois et délivre une dizaine de passes décisives.

23-NENÊ : Il arrive en 2010 en provenance de l’AS Monaco. À lui seul, il porte le PSG pendant 2 ans faisant honneur aux grands numéros 10 parisiens. Sa deuxième saison dans la capitale est excellente, en l’espace de 47 matchs, il marque 27 fois et balance 19 passes décisives, soit un geste par match. Sur ces deux premières saisons en 98 matchs, il marque 47 fois et caviarde 30 fois. Sois 77 gestes décisifs. Énorme ! Le PSG changeant de dimension, Ancelotti le snobe. Il part au milieu de sa 3ème saison. Au total, il disputera 112 matchs avec Paris pour 48 buts et 47 passes décisives. #crack.

24-MAXWELL : Il arrive tout droit du FC Barcelone à l’hiver 2012. Il est considéré comme le meilleur arrière gauche qui a évolué au PSG, en balance peut-être avec Sorin. Malgré son âge, il résiste aux concurrences de Tiéné, Digne et Kurzawa. Doué techniquement, il marque pas mal de beaux buts, notamment contre Lille, rennes, Montpellier ou encore Lens. Il met un terme à sa carrière en 2017 après 2047 matchs, 13 buts et 24 offrandes. Il est aujourd’hui coordinateur sportif du PSG.

25-ALEX Costa : Surnommé « Le tank », il signe lui aussi à l’hiver 2012 en provenance de Chelsea. Les deux saisons suivantes, il forme une bonne charnière avec Thiago Silva. En fin de contrat en 2014 et barré par Marqui, il signe au Milan AC après 92 matchs et 9 buts.

26-Thiago SILVA : O’ Monstro débarque du Milan AC en 2012. Silva marque pour sa première avec le club. C’était en Ligue des Champions contre le Dynamo Kiev. Il devient aussi ce jour-là le capitaine de l’équipe. Il s’impose comme le ou l’un des meilleurs centraux passé au club. Toujours au club, il compte 276 matchs sous les couleurs parisiennes pour 16 buts. Dont la fameuse égalisation, lors des prolongations à Stanford Bridge. Le PSG est mené 2-1 contre Chelsea, Thiago Silva s’arrache pour placer une tête sur corner qui envoie le PSG en ¼ de finale de la Ligue des Champions.

27-Lucas MOURA : Frustration est le mot qui vient quand son nom est évoqué. Il ne parviendra jamais vraiment à s’imposer malgré un premier match prometteur. Lors de ce match contre Valence en Ligue des Champions, il rend une bonne copie. Capable de fulgurance, comme contre l’OM où il effectue un rush fantastique, le pote de Neymar part à l’hiver 2018 pour Tottenham. Au total, il jouera 229 matchs, 46 buts et 45 P.D pour lui.

28-MARQUINHOS : Contre la coquette somme de 31M€, il arrive au PSG à l’âge de 19 ans en provenance de l’AS Roma. Il marque lui aussi pour son premier match contre l’Olympiakos en Ligue des Champions. On se souvient tous de sa réaction après son sauvetage en ligue des champions contre Barcelone au Parc. Toujours au club, « Marqui » s’impose de plus en tant que leader et futur capitaine du PSG.

29-David LUIZ : Surnommé « Tahiti Bob », il arrive avant la Coupe du Monde 2014. Paris sort 50M€ pour l’arracher à Chelsea. Pour son retour à Stanford bridge, il marque et offre les prolongations au PSG contre Chelsea. Faisant les frais de l’éclosion de Marquinhos, il reste une saison supplémentaire avant de repartir à Chelsea. Sa bonne humeur et sa hargne manquent parfois à ce PSG. Il totalise 89 matchs et 8 buts avec le PSG.

30-Daniel ALVES : Alves signe librement au PSG. Arrivé de la Juve, il s’impose à droite, mais évolue parfois au milieu, en tant qu’allier droit et prendra aussi le poste de gardien de but à la suite de l’expulsion de Trapp en Coupe de France. Il est toujours au club, et son avenir est encore flou. Il en est à 62 matchs et 5 buts pour le PSG.

31-Neymar : Neymaaar, Neymaaaaar lalalalalalaaaaa lala Neymaaaaar. Recrue la plus cher de l’histoire du football. Est-ce la peine de le présenter ? Venu, pour écrire son histoire et l’histoire du PSG, il enchante le Parc par ses gestes et buts. Actuellement, au club, au 2 avril 2019, il totalise 53 matchs pour 48 buts, 25 passes décisives et plus de 150 prélèvements de reins. Que le crack devienne Légende chez nous.

Sarah Zimmermann / Histoire du PSG

Prince Owski

Heureux propriétaire du suffixe -Owski.
"Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli
Prince Owski

Les derniers articles par Prince Owski (tout voir)