Sélectionner une page

Le bilan détaillé de la saison 2018-2019

L’heure est au bilan de la saison 2018-2019, et si on ne se fie qu’aux titres, la saison est moins réussie que la précédente. Néanmoins, le bilan est à nuancer, il y a tout de même du positif à retenir.

 

PARIS CONSERVE SA COURONNE DE CHAMPION…

 

Crédits : François Denat / CulturePSG

 

Paris conserve sa couronne de champion, et haut la main !

En tête du championnat depuis la 2ème journée, Paris a dominé la saison :

  • Une première partie de saison record, 53 points (17 victoires et 2 nuls)
  • Meilleure équipe à domicile (53 points, meilleure performance de l’histoire du club) devant Lille (43 points)
  • Meilleure équipe à l’extérieur (38 points) devant Lyon et Lille (32 points)
  • Meilleure attaque (105 buts), deuxième meilleur total de l’histoire du club après la saison 2017-2018, loin devant Lyon (70 buts).
  • Deuxième défense (35 buts), et encore les deux derniers mois de compétition ont été horribles dans ce domaine… A la 30ème journée, avant le nul contre Strasbourg, le PSG n’avait encaissé que 19 buts… Lille la future meilleure défense de L1 en était à 26 buts encaissés.
  • Meilleure attaque à domicile (63 buts)
  • Meilleure attaque à l’extérieur (42 buts)
  • Invaincu à domicile comme lors des saisons 2014-2015 et 2016-2017.
  • A marqué à tous les matchs, record de L1 battu.

 

Comme lors de la saison précédente, Paris a gâché sa fin de saison, mais n’a pas attendu les ultimes journées pour le faire. Le PSG est 11ème avec 11 points pris sur les 8 dernières journées… Sans ce bilan de fin de saison indigne du club, le PSG aurait pu battre le nombre de points sur une saison (91 points, le record est de 96 points, datant de la saison 2015-2016), le nombre de victoires (29, le record est détenu par Monaco lors de la saison 2016-2017), gagner tous ses matchs à domicile en Ligue 1 (comme l’avait déjà fait Saint-Etienne…).

Paris est champion pour la huitième fois de son histoire, il dépasse l’Olympique Lyonnais et rejoint l’AS Monaco et le FC Nantes. La saison prochaine, l’objectif sera de rejoindre l’Olympique de Marseille avec 71 ans de moins. Le club est à la troisième position des clubs les plus titrés du championnat.

Niveau individualités, le PSG s’est aussi distingué : trois joueurs du club à plus de 15 buts, du jamais dans l’histoire du club (Neymar JR 15 buts, Cavani 18 buts et Mbappé 33 buts). Et dans le top 20 des passeurs, on recense 6 joueurs du club (Diaby, Mbappé, Dani Alves, Neymar JR, Draxler et Di Maria).

Quelques moments ont retenu notre attention durant cette saison : bien évidemment la victoire record au Parc des Princes contre Guingamp (9-0), le 19 janvier dernier. Il y a aussi le quadruplé de Kylian Mbappé face à Lyon (5-0), le 7 octobre. C’est une performance peu courante dans l’histoire du club (Ibrahimovic x2, Cavani, Christian, Loko, Carlos Bianchi, Dahleb, Renaut l’avait déjà réalisé). Enfin, dernier moment à retenir ce sont les 14 victoires pour démarrer la saison. Personne n’avait réalisé cette performance, et elle sera bien difficile à battre. Quoi qu’avec le PSG, tout est possible.

 

… MAIS PERD SES DEUX COUPES NATIONALES

 

Crédits : François Denat / CulturePSG

 

D’habitude quand le PSG se rate en Ligue des Champions, il se console avec les Coupes Nationales. Que nenni, Paris n’aura rien gagné, pas de Coupe de la Ligue, pas de Coupe de France…

La saison avait pourtant bien débuté, avec un huitième Trophée des Champions, remporté haut la main contre Monaco (4-0). Paris devenait le club le plus titré dans cette compétition.

En Coupe de la Ligue, l’aventure s’est arrêtée très rapidement, en quart de finale, au Parc des Princes face à l’En Avant Guingamp (1-2). Un match dans lequel Paris aura concédé trois penaltys en seconde période (pas tous justifiés, mais peu importe), et Guingamp qui avait garé trois tractopelles, et six bus, réalise le casse de 2019 (avant celui du mois de mars par Manchester). Cette défaite au Parc aura mis fin à une série impressionnante de 44 victoires consécutives dans les Coupes Nationales démarrée le 4 février 2014 (49 si on compte le Trophée des Champions). Autre série stoppée parmi d’autres : 21 victoires consécutives en Coupe de la Ligue depuis le 18 décembre 2013.

En Coupe de France, Paris a joué sa 17ème finale face au Stade Rennais après un parcours relativement aisé (Pontivy, Strasbourg, Villefranche, Dijon et Nantes). Paris menait 2-0 après deux buts somptueux de Dani Alves et Neymar JR après une première demi-heure totalement maîtrisée. Mais comme rien ne tournait rond sur cette fin de saison, le Stade Rennais est revenu au score et l’a emporté lors de la séance de tirs aux buts après que Christopher Nkunku ait décidé de viser le toit du Stade de France. Le PSG perd sa 5ème finale de Coupe de France après 1985, 2003, 2008 et 2011 et permet à Rennes de gagner un trophée pour la première fois depuis 1971.

Maigre consolation, la finale de Coupe de France s’étant soldée sur un résultat nul, elle n’est pas comptabilisée dans les statistiques comme une défaite mais bien comme un match nul. De ce fait, Paris n’a plus perdu dans la plus belle des Coupes Nationales depuis 30 matchs, série débutée le 4 février 2014, une éternité déjà !

 

EN EUROPE, ON A TOUCHE LE FOND

 

Crédits : François Denat / CulturePSG

 

Que le supporter parisien est naïf… « Dream Bigger » paraît-il, la com du club a pénétré nos esprits d’année en année alors que l’effectif se réduisait à peau de chagrin et obligeait l’entraîneur Thomas Tuchel à utiliser Marquinhos avec un certain succès au milieu de terrain.

Pourtant, tout avait si bien commencé dans la compétition : premier du légendaire et fameux « groupe de la mort » devant Liverpool, futur vainqueur de la compétition et Naples, équipe phare du championnat italien. Dans cette phase de groupes, tout n’a pas été simple. Sans l’égalisation d’Angel Di Maria contre Naples au Parc des Princes, c’était probablement l’Europa League qui se proposait au PSG. Durant ces six matchs, Tuchel avait trouvé un système, le 4-4-2 avec Marquinhos et Verratti au milieu. Et c’est dans cette période, qu’on a vu le meilleur match collectivement de l’équipe, face à Liverpool, pour un succès mérité (2-1).

Cette phase de groupes devait annoncer des lendemains qui chantent. Le tirage au sort proposait Manchester United en huitièmes de finale, un adversaire a priori à la portée de nos joueurs. Le match aller sans Neymar JR et Edinson Cavani blessés, a été un récital et a confirmé que le PSG était supérieur aux Anglais. Jamais mis en danger, et vainqueur logiquement 2-0 à Old Trafford devant 3 700 Parisiens fous de joie (dont deux membres d’Histoire du PSG), le match retour ne devait être qu’une formalité.

Mais ce club est incroyable et détient une force incroyable pour se saborder tout seul : une préparation d’avant-match peu professionnelle, Kehrer qui commet une erreur dès la 2ème minute, Paris égalise, Buffon malade et autour d’une boulette relance Manchester United. Et après toute la seconde période, les Mancuniens défendent. Nous, on stresse en tribunes et sur le terrain. Il ne se passe pas grand chose, jusqu’aux dernières minutes, où Mbappé glisse avant un face-à-face avec David de Gea. Et enfin la main de Kimpembe sur une frappe anodine d’un adversaire, qui allait se loger probablement à la station service située derrière le virage Boulogne. Après utilisation de la VAR, le penalty est sifflé. Rashford le transforme, et la soirée devient un cauchemar pour tout amoureux du club. Manchester United se qualifie en n’ayant rien proposé en 180 minutes, une prouesse made in Manchester, et merci Paris.

Cette défaite contre Manchester a fait beaucoup de mal aux supporters, et aux joueurs. On ne peut que le constater quand on voit la succession de blessures, et les résultats médiocres dans les semaines qui ont suivi.

Pour la saison prochaine, n’attendons rien d’eux. Qu’ils nous étonnent, et ceux qui veulent des responsabilités, qu’ils les assument. Cette trêve estivale, d’habitude si pénible pour les supporters, va faire beaucoup de bien à tout le monde. Prochain match officiel, le Trophée des Champions face au Stade Rennais le 3 août prochain à Shenzhen en Chine. 

 

TUCHEL DOIT POURSUIVRE SON TRAVAIL

 

Crédits : François Denat / CulturePSG

 

Si son bilan souffre de la comparaison avec Unai Emery version 2017-2018, le travail de Thomas Tuchel a été plutôt positif. C’est avec lui que le PSG a marqué à tous les matchs cette saison (voir le lien ci-dessous).

Paris peut réaliser une performance inédite en France

De nombreux systèmes testés durant la saison et plus particulièrement en Ligue 1. Il faisait encore l’unanimité auprès de tout le monde jusqu’à cette défaite au match retour contre Manchester United. Avec un effectif très réduit, il a proposé de belles choses. Mais comme ces joueurs, il a faillit en fin de saison. Il doit poursuivre son travail la saison prochaine. Il a promis de cesser la « calinothérapie », et de durcir son management, nous n’y sommes pas opposé, loin de là.

Henrique, le directeur sportif, se doit de céder à ses demandes de renforcer l’effectif, qu’il s’agisse des latéraux, du poste de défenseur central, et évidemment des milieux de terrain. Deux ans qu’on attend qu’Henrique justifie sa présence au club. Cela ne reste que des rumeurs, et évidemment nous ne sommes pas là pour vendre du rêve, mais comme beaucoup d’amoureux du PSG, on ne serait pas contre le retour de Leonardo au club.

Grichka

Supporter du PSG depuis presque 20 ans, ancien abonné, et actuel salarié du club. Je vis football à fond, et donc pour le PSG.

Voir la bio de Grichka...
Grichka