Sélectionner une page

Amiens – PSG 0-2, 10/01/18, Coupe de la Ligue 17-18

Mercredi 10.01.2018, Coupe de la Ligue, 1/4 de finale à Amiens au Stade de la Licorne :
AMIENS S.C. – PARIS ST-GERMAIN F.C. 0:2 (0:0)
– 9 222 spectateurs. Buts : Neymar, 53′ sur penalty, Adrien Rabiot, 78′. Arbitre : M. Rainville.
L’équipe du PSG : Kevin Trapp – Yuri Berchiche, Thiago Silva, Marcos Marquinhos, Thomas Meunier – Julian Draxler (Giovani Lo Celso, 68′), Adrien Rabiot (Christopher Nkunku, 80′), Marco Verratti (Dani Alves, 80′) – Neymar, Kylian Mbappé, Angel Di Maria. Entraîneur : Unai Emery.
L’équipe d’Amiens : Gurtner – El Hajjam, Gouano, Adenon, Avelar (Ielsch, 12′) – Monconduit, Fofana – Manzala (Gopé, 76′), Kakuta, Gakpé – Konaté (Bouet, 37′). Entraîneur : Pelissier.
Avertissement : Julian Draxler, 47′, Christopher Nkunku, 81, Adenon, 82′.
Expulsion : Gurtner, 34′.


Maillot utilisé (avec les sponsors additionnels de la Coupe de la Ligue) :

Maillot domicile 17-18


Photos du match :

Les joueurs avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)

Le tacle de Gurtner sur Kylian Mbappé, qui lui vaudra une expulsion directe (Made in Parisiens)

Angel Di Maria (Made in Parisiens)

Tentative de Kylian Mbappé (Ch. Gavelle)

La curieuse célébration de Neymar (hommage à un ami) sous les yeux amusés de Mbappé (Ch. Gavelle)

Le parcage parisien


Vidéo (cliquez sur le lien « Visionner sur YouTube » qui s’affiche dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris a fait le métier

Le PSG se déplaçait à Amiens ce mercredi soir (21h05) en quart de finale de la Coupe de la Ligue et les Parisien, bien moins brillant qu’à Rennes il y a quelques jours, se sont imposés 2-0 grâce à des buts marqués après la pause par Neymar et Rabiot. Amiens a joué près d’une heure à 10 après l’expulsion de son gardien, auteur d’une grosse faute sur Mbappé qui a laissé craindre le pire avant qu’il ne se relève.

Le match :

Paris a donné le coup d’envoi et se montre vite à l’avant : la première incursion est pour Berchiche qui sert Neymar dans la surface mais il est contré (3e). C’est encore lui qui provoque le premier corner mais il ne donne rien (4e). Ils s’enchaînent même mais le danger n’arrive pas pour autant (8e). Et quand le PSG a une vraie bonne opportunité, l’arbitre siffle un hors-jeu à tort. Le PSG s’offre une grosse opportunité sur un bon centre de Meunier remisé au second poteau par Draxler vers Neymar. Le Brésilien tire mais le goal capte parfaitement (9e). Alors qu’Amiens obtient son 1er corner, Avelar reste au sol et la partie s’arrête donc, jusqu’à la sortie du joueur (11e). Le match s’équilibre peu à peu et Marquinhos fait une faute devant la défense sur un contre adverse. Le coup-franc est en revanche complètement raté (16e). Quand Neymar perd un ballon dangereux c’est Silva qui se montre impeccable (18e).

Paris est aussi dangereux sur un bon centre de Meunier mais le goal capte bien devant Di Maria (19e). Le même Argentin rate une frappe dans la surface puis, sur l’action qui suit, il est un peu loin sur la passe de Neymar après une grosse percée (21e). L’ailier est aussi à la base d’une superbe passe pour MBappé qui tente d’attraper la lucarne en angle fermé et est proche de réussir (23e). Le PSG parvient régulièrement à rentrer dans la surface et le ballon revient sur Rabiot qui frappe fort mais n’attrape pas le cadre, gêné (27e). Kakuta tente de secouer Amiens mais Trapp capte facilement sa tentative de loin, le premier tir des locaux (30e). Alors qu’Amiens semble mieux, Mbappé est trouvé en profondeur par Verratti et Gurtner sort. Le Français élimine le gardien mais il est fauché au niveau du genou ! Rouge pour Gurtner et Mbappé au sol en train de hurler de douleur ! Alors que le joueur parisien peine à se relever, Bouet remplace Konaté pour aller dans les buts (37e).

Le nouveau gardien est sollicité par Di Maria sur le coup-franc mais il parvient comme il peut à dévier en corner (38e). Mbappé revient enfin en jeu, sous les sifflets stupides des locaux, et Berchiche tente sa chance de loin mais cela lèche le second poteau d’Amiens d’un rien (39e). Di Maria tente aussi sa chance des 20m mais sa frappe enroulée n’attrape pas le cadre, une nouvelle fois (40e). Bien qu’à 10, Amiens joue bien un contre et Manzala parvient à tirer mais Trapp capte tranquillement au sol (42e). Paris pousse en cette fin de mi-temps et Draxler centre bien pour Neymar qui rate sa tête. Il reçoit en revanche un coup de coude dans les côtes et reste au sol (44e)… Le joueur se relève mais part voir le médecin alors que ses partenaires continuent à jouer. Verratti tente même sa chance de loin, hors-cadre encore une fois (45e+2). Verratti sert aussi à servir Mbappé d’une talonnade avant que l’attaquant ne tente un enroulé dévié du bout des gants en corner par Bouet (45e+3). A la mi-temps, le PSG est tenu en échec avec ce 0-0, à 11 contre 10 après la demi-heure de jeu, mais le pire a été évité quand Mbappé a pu se relever après le gros coup sur son genou.

Avant le début de la seconde période, Silva rameute ses troupes et Amiens donne le coup d’envoi. Neymar est bien présent et il perd un ballon stupide qui aboutit à une faute de Draxler lui valant un avertissement (47e). Paris ne semble pourtant pas bien meilleur qu’en fin de première période mais Neymar provoque un penalty sur un corner vite joué. Di Maria lui remet dans la surface et Gouano percute légèrement le Brésilen dans la surface. L’arbitre n’hésite pas et siffle (52e). Neymar transforme d’un contre-pied tranquille (0-1, 53e). Paris a fait le plus dur et frôle le 2-0 par Mbappé. Servi par Neymar dans la surface, il efface un défenseur puis frappe fort. Bouet dévie sur sa barre transversale (55e).

Le match semble avoir basculé et Neymar décale Di Maria. Il tente sa chance des 20m mais Bouet repousse encore (57e). Côté Amiens, Gakpé tente bien sa chance mais, en bout de course, c’est sans puissance (57e). Les espaces s’ouvrent et Mbappé trouve une bonne position de frappe aux 20m. Il s’essaye mais cela passe d’un rien à côté (59e). Le break pourrait déjà être fait mais Paris gâche, à l’image d’un Neymar qui brille mais perd beaucoup de ballons. Le PSG a largement le ballon mais peine à se montrer réellement dangereux alors qu’Emery fait son premier changement Lo Celso remplaçant Draxler (68e). Rabiot a bien une nouvelle balle de break sur une frappe du droit après une remise de Mbappé mais le cadre se dérobe encore (72e). Neymar, en train de se chauffer avec l’arrière droit El-Hajjam, voit de son côté sa frappe être déviée en corner (75e). C’est joué à deux et Di Maria centre vers Marquinhos qui envoie sa tête sur la barre (75e). Le 2-0 arrive enfin après : Di Maria tire un corner au premier poteau et Rabiot coupe de la tête tout seul. Cela touche le second poteau puis cela rentre et c’est dedans, malgré la tentative du gardien de faire croire que le ballon n’était pas rentré (0-2, 78e).

Le PSG fait juste après ses deux derniers changements, Nkunku et Alves remplaçant Verratti et Rabiot, et le premier cité prend d’entrée un avertissement (81e). Adenon écope de la même sanction en retenant un Mbappé qui partait vers le but (82e). Le coup-franc est botté par Neymar mais sa tentative directe passe juste au-dessus du but amiénois (83e). La fin de partie est anecdotique et Neymar s’amuse. D’abord une frappe largement hors-cadre puis une passe parfaite pour un Mbappé malheureusement hors-jeu côté droit (89e). La plus grosse occasion de la fin de match est pour Amiens mais Gakpé met sa volée hors du cadre après son contrôle dans la surface (91e) !

Réactions :

Unai Emery:

Le match :
«Aujourd’hui le plus important c’est l’efficacité de l’équipe dans le résultat. Nous avons eu des occasions en première mi-temps mais l’adversaire avait de l’envie et la motivation pour être compétitif. Notre équipe a fait un match sérieux mais on n’a pas brillé comme dimanche (contre Rennes). Mais c’est aussi dû à l’adversaire. Quand nous avons marqué le premier but, cela a été plus difficile pour eux alors qu’ils avaient déjà un joueur de moins. Et on n’a pas concédé d’occasions. Maintenir le rythme, le niveau, le football fluide c’est ce que nous voulons mais ce n’est pas facile car l’adversaire joue aussi. Les joueurs ont peut-être aussi voulu gérer et équilibrer le rythme du match.»

Son choix d’aligner beaucoup de titulaires :
«Nous voulons maintenir l’esprit et le niveau collectif avec les joueurs. Pour maintenir ça, nous faisons quelques changements, mais petit à petit, et pour redonner le rythme à tous les joueurs. On va jouer beaucoup de matches et je crois qu’il faut bien analyser les stats physiques des joueurs et de l’équipe. On va continuer à maintenir ce niveau pour être bien au moment des matches importants. On décide pour chaque match mais aussi en pensant pour les matches importants qui arrivent.»

Le manque d’efficacité de son équipe :
«Ca a été plus facile de gagner car on a joué avec un joueur en plus. C’est l’efficacité du résultat. Dans le jeu, on a eu beaucoup d’occasions et aujourd’hui il a manqué quelque chose dans l’efficacité. Durant les 90 minutes, il fallait de la patience et on a marqué en seconde mi-temps mais l’adversaire n’avait pas l’option d’arriver jusqu’à notre gardien. Dans le rythme du match, c’était éloigné de ce que nous voulons et du dernier match.»

Neymar et le traitement particulier dont il bénéficie de la part des adversaires :
«Neymar c’est un joueur qui, quand il a le ballon, il provoque les adversaires, il dribble, donc il subit plus tacles et de fautes. Mais il est habitué à l’agressivité des adversaires et des équipes françaises et il sait éviter les tacles sur lui. Et il sait comment limiter les risques de blessure.»

Son choix d’aligner Berchiche plutôt que Kurzawa
«Après les vacances, Layvin a été malade durant deux jours, il a fait moins d’entraînements. Je préfère qu’il travaille, qu’il retrouve la confiance aux entraînements, qu’il soit mieux physiquement. J’ai aussi l’option de Yuri et il est bien rentré. Il est bien physiquement, il est fort, il a bien centré. Je suis content des deux mais c’est vrai que Yuri est mieux petit à petit. Il joue avec plus de tranquillité, il comprend mieux le jeu et la relation avec ses coéquipiers sur le terrain. L’équipe, petit à petit, continue le travail avec tous les joueurs pour être mieux, avec un jeu collectif abouti.»

Thomas Meunier :

Un match compliqué :
« On n’a pas bien abordé le match, vraiment pas. Cette victoire-là, c’est comme si on avait fait un vieux match nul. La conscience n’était pas très professionnelle aujourd’hui. C’est un match qui m’a énervé. On a nos qualités, on est au-dessus du lot et on parvient toujours à gagner et c’est pour moi logique pour (moi de gagner) mais on n’aborde pas le match de la bonne manière.»

A quoi attribuer ce match raté ?
«Peut-être un peu de fatigue car le match à Rennes nous tenait vraiment à coeur et il y a eu pas mal d’engagement, donc de fatigue tout simplement. Ici, c’était un peu énervant de rater des gestes simples que t’as pas l’habitude de louper. Et que ce soit Amiens ou le Real Madrid il faut aborder le match de la même manière et ce n’était pas le cas aujourd’hui.»

Adrien Rabiot :

Pas besoin d’être grandiose ce soir ?
«Grandiose, je ne sais pas, on avait un match de coupe à jouer, on savait que cela allait être compliqué. Je pense qu’on a été sérieux même si on n’a pas été super bons. On a affronté une bonne équipe qui a joué son va-tout et qui a essayé de contrer sur les quelques occasions qu’ils ont eues. C’était un match de coupes, engagé et assez ouvert. On est contents de sortir avec la victoire.»

Un PSG dans la gestion ?
«Je pense qu’il va surtout falloir le mois de janvier et le mois de février parce qu’on a pas mal de matches qui arrivent. Il y a peut-être des matches où on devra laisser plus d’énergie. Si on peut s’économiser un peu, on le fait mais on est toujours sérieux. Quand on affronte les équipes, c’est dans le but de faire le meilleur score possible.»

Un tirage préféré ?
«Non, on est prêts à accueillir ou à se déplacer n’importe où. On est prêts à y aller avec concentration et détermination.»


Le stade :

Le stade de la Licorne


Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)