Sélectionner une page

Angers – PSG 0-1, 27/05/17, Coupe France 16-17

Samedi 27.05.2017, Coupe de France, finale à Saint-Denis, au Stade de France :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – ANGERS S.C.O. 1:0 (0:0)
– 80 000 spectateurs environ. But : Cissokho, 90’+1 contre son camp.
L’Équipe du PSG : Alphonse Aréola – Serge Aurier, Marcos Marquinhos, Thiago Silva, Maxwell Scherrer – Marco Verratti, Thiago Motta, Blaise Matuidi – Ángel Di María, Edinson Cavani, Julian Draxler (Javier Pastore, 72′). Entraîneur : Unai Emery.
L’Équipe d’Angers : Letellier – Cissokho, Traoré, Thomas, Manceau – N’Doye, Santamaria, Mangani – Pépé (Tait, 84′), Diedhiou (J. Bamba, 63′), Toko Ekambi. Entraîneur : Moulin.
Avertissements : Ángel Di Maria (40′), Serge Aurier (45’+3), Diedhiou (57′), Traoré (68′).


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot extérieur 2016-17


Photos du match :

Marco Verratti s’impose (FFF)

Alphonse Areola capte la tête de Thomas sous les yeux de Marquinhos (FFF)

Angel Di Maria (FFF)

91ème minute : le malheureux Cissokho trompe son propre gardien : 1-0 pour Paris ! (FFF)

Thiago Silva soulève la 11ème Coupe de France du PSG (FFF)

« Vainqueur 2017 », le PSG conserve -encore- son trophée (FFF)

Maxwell met fin à son incroyable carrière sur un dernier trophée…

La joie des Parisiens

Spectacle en tribune latérale avant le coup d’envoi (FFF)

Le tifo du CUP


Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

La onzième au bout du suspense

Le PSG défiait le SCO Angers en finale de la Coupe de France ce samedi soir sur un but contre son camp à la dernière seconde d’Issa Cissokho. Paris a eu beaucoup de mal à percer le coffre fort angevin mais Paris a gagné sa onzième Coupe de France et devient le recordman de victoires de l’épreuve.

Le match :

C’est pati, le PSG donne le coup d’envoi et Angers met tout de suite de l’impact mais la première frappe est parisienne : Di Maria accélère et tente sa chance, hors cadre (2e). La partie débute timidement mais dessine le schéma : Paris a le ballon et Angers défend en bloc, de façon étouffante (8e). La première opoportunité est parisienne avec Verratti qui décale bien Aurier mais le centre du latéral dans la surface est repoussé par Letellier (9e). Paris prend le ballon et Di Maria trouve Matuidi dans la surface, le milieu reprend du bout du pied et Letellier s’emploie pour sortir sa tentative à ras de terre (12e) ! C’est ensuite Verratti qui trouve Cavani en pleine surface mais l’Uruguayen, seul, claque une tête qui finit dans les gants du portier (13e). On retrouve le même Cavani en duel face à Letellier sur un bon ballon de Di Maria mais le Matador perd son duel en angle fermé (15e)… Au quart d’heure de jeu, Paris est bien entré dans sa partie et pourrait même mener avec un peu d’application.

On retrouve Cavani en train de gâcher une nouvelle occasion juste après : Thiago Silva fait une remise sur un long ballon mais l’Uruguayen prend le ballon de la tête devant un Matuidi tout seul dans les 6m ! Et la tête du Matador est malheureusement hors-cadre (20e). Angers réagit un peu et fait souffrir la défense parisienne sur coup de pied arrêté (21e). Paris est aussi dangereux sur un centre que Thomas dévie sur son propre poteau mais le corner ne donne rien (23e). Angers trouve aussi le montant sur une frappe énorme de Pepe des 20m puis l’action se continue et Thomas reprend de la tête mais Areola capte (28e). Paris a eu chaud et est dans le même cas quand Toko-Ekambi efface Marquinhos dans la surface. Silva dégage ensuite proprement l’alerte mais Angers est désormais dans le match (30e).

Les deux équipes se maîtrisent globalement et les occasions deviennent plus rares, les défenses prenant le pas sur les attaques (35e). Paris réaccélère et Verratti tire fort dans la surface mais c’est dévié par un coude (37e). Angers joue toutefois vite un contre et le ton monte entre Di Maria et Pepe. Seul l’Argentin est averti… Dans la foulée, c’est Motta qui reste au sol et se plaint mais l’Italien se relève finalement (44e). Le jeu reprend et Di Maria voit bien Aurier qui s’avance et envoie un centre-tir puissant que personne ne coupe malheureusement (45e). Aurier prend un avertissement pour avoir découpé Pépé sur un contre puis M. Bastien siffle la mi-temps. Angers n’est pas ridicule du tout et le 0-0 n’est pas illogique même si le PSG a eu pas mal d’occasions.

Aucun changement n’a lieu à la pause et la partie repart sur les mêmes bases, avec une équipe d’Angers qui attend et Paris qui tente de percer le coffre. Il faut 5 minutes à Paris pour obtenir un corner mais cela ne donne rien. La partie est globalement verrouillée et Diedhiou se retrouve à tenter sa chance de 30m, hors-cadre (56e). Le PSG est quant à lui dangereux par Matuidi, encore, mais Letellier repousse en corner (57e). Paris est ensuite tout près de l’ouverture du score sur un coup-franc de Di Maria qui lèche la lucarne, mais du mauvais côté (58e). Peu à peu, Angers recule et Paris pousse, forcçant les Angevins à défendre de plus en plus (60e). Matuidi est encore trouvé dans la surface mais sa tête, compliquée, n’est pas cadrée (62e).

Stéphane Moulin sent son équipe en difficulté et fait son premier changement mais Paris reste dominant, même si Marquinhos rattrape Toko-Ekambi sur un contre (66e). Di Maria, trouvé par chance au 2nd poteau est quant à lui contré de près (67e). Le SCO fait des fautes et Traoré frôle le rouge pour un attentat sur Draxler (68e) mais le coup-franc accordé ne donne rien. Ndoye se montre aussi sur une grosse tête mais le cadre est très loin (70e). Face au bloc angevin, Emery réagit et sort le discret Draxler pour Pastore (72e). A l’entrée du dernier quart d’heure, le score est toujours nul et vierge mais Thiago Silva puis Troaré se signanent pas deux bonnes interventions défensives à tour de rôle (75e et 77e).

Paris s’énerve un peu et Maxwell demande un penalty qu’il obtient logiquement pas sur une montée où il est un peu bousculé (82e). Dans ce marasme, Cavani frôle l’ouverture du score sur un long ballon de Pastore. Cavani bat le défenseur mais loupe le cadre devant Letellier en bout de course (85e). Verratti s’offre aussi une énorme percée, contrée aux 18m, mais le jeune Italien est contré aux 18m, Di Maria n’obtenant ensuite qu’un corner qui ne donne rien (89e). Angers est proche de craquer en cette fin de match mais ne concède que des corners (91e). Sur celui-ci, Di Maria tire fort au premier poteau et Issa Cissokho marque contre son camp de la tête (1-0, 91e) !

L’arbitre donne à peine le coup d’envoi que la partie est finie. Paris gagne sa onzième coupe de France est désormais le recordman de victoires !

Réactions :

Serge Aurier :

Une Coupe de France arrachée dans la douleur :
«C’est l’un des titres les plus difficiles vu la finale. On savait que c’était une équipe courageuse, il faut les féliciter aussi parce qu’ils ont fait une très grande saison et ils se sont bien battus ce soir. Il méritait aussi de marquer, la chance était de notre côté ce soir, on a eu des bonnes occasions aussi et on aurait pu marquer rapidement. Mais on est tombés contre une bonne équipe et il faut les féliciter pour leur parcours. Ce titre est important pour nous car tout n’a pas été rose cette saison. On a eu la chance de gagner quand même des titres et celui-là est encore plus important : on a commencé avec un titre, on finit avec un autre. C’est toujours bon et ça va dans l’armoire, c’est magnifique.»

Une saveur particulière vu la saison ?
«C’est la centième aussi ! Il y a beaucoup de points à soulever sur ce dernier match. C’est le dernier match de Max aussi, la 100ème, la saison un peu difficile et on apprend toujours de tout, donc de cette saison-là. En tout cas, ce titre-là va être savouré comme il se doit parce qu’il est mérité. Et encore une fois félicitations à Angers, il faut leur tirer notre chapeau, c’est une équipe courageuse et on est contents d’avoir joué contre eux en finale.»

Maxwell :

Un moment spécial pour lui :
«Oui, c’est très émouvant, très difficile mais il y a aussi la joie de finir à Paris avec un titre, un autre titre. Je suis vraiment béni d’être passé ici et de voir à quel point le club a grandi, a changé. C’est une fin de cycle pour moi mais je suis heureux de cette fin.»

Un souvenir de sa carrière ?
«A la fin, il y a des bonnes et des mauvaises expériences. Tout nous fait grandir comme personne, comme joueur, et la chose la plus importante pour moi est d’avoir respecté et d’avoir reçu du respect dans tous les clubs où je suis passé, avec tous les joueurs avec lesquels j’ai joué et de la part de toutes les personnes avec lesquelles j’ai travaillé. Je dois remercier beaucoup de gens et il arrive une fin pour tout, c’est arrivé pour moi à Paris mais je suis content, heureux de tout ce que j’ai vécu et il faut maintenant réfléchir et savoir quoi faire.»

Son futur :
«Je pense décider dans les deux prochaines semaines. On va beaucoup fêter ça ce soir et, avec le temps, on va bien réfléchir et décider ce qui est le mieux pour moi et ma famille. On verra ce qui se passe. Dans le football ? Forcément, c’est ce que j’ai fait toute ma vie et je vais continuer. C’est un sport que j’adore, ma passion, et avec toute l’expérience que j’ai, je vais rester dans le football.»


Le stade :

Le Stade de France


 

Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)