Sélectionner une page

Arsenal – PSG 5-1, 28/07/18, match amical 18-19

Samedi 28.07.2018, match amical à Singapour, au National Stadium :
ARSENAL F.C. (Ang.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  5:1 (1:0)
– 50 308 spectateurs. Buts : Özil, 13′ ; Christopher Nkunku, 60′ sur penalty, Lacazette, 66′, Lacazette, 71′, Holding, 87′, Ketiah, 90’+4. Arbitre : M. Chan.
L’équipe du PSG : Gianluigi Buffon (Sebastien Cibois, 73′) – Kévin Rimane (Arthur Zagre, 73′), Lassana Diarra (Alexandre Fressange, 79′), Loïc Mbe Soh (Moussa Sissako, 73′) – Stanley Nsoki, Adrien Rabiot (Jean-Christophe Bahebeck, 68′), Antoine Bernede, Alec Georgen – Christopher Nkunku (Giovani Lo Celso, 68′), Timothy Weah (Virgiliu Postolachi, 79′), Azzedine Toufiqui. Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe d’Arsenal : Leno (Martinez, 46′) – Bellerin, Sokratis (Holding, 64′), Mustafi (Chambers, 64′), Kolasinac (Maitland-Niles, 74′) – Elneny (Lacazette, 46′), Guendouzi (Willock, 74′) – Iwobi (Ramsey, 46′), Mkhitaryan (Nelson, 64′), Özil (Smith-Rowe, 64′) – Aubameyang (Nketiah, 64′). Entraîneur : Emery.
Avertissement : Lassana Diarra, 52′.


Affiche :


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 2018-19


Photos du match :

Les (jeunes) Parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle, psg.fr)

Percée de Timothy Weah (Ch. Gavelle, psg.fr)

Parade de Gianluigi Buffon (Ch. Gavelle, psg.fr)

Adrien Rabiot échappe à Özil (Ch. Gavelle, psg.fr)

Christopher Nkunku (Ch. Gavelle, psg.fr)


Vidéos (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

dur apprentissage pour les jeunes Parisiens

Le PSG affrontait Arsenal ce samedi après-midi (13h30) du côté de Singapour à l’occasion de l’International Champions Cup et les jeunes Parisiens ont concédé une lourde défaite, s’écroulant en fin de match. La victoire des Londoniens est largement mérité, Arsenal ayant dominé les deux mi-temps malgré l’égalisation de Nkunku à l’heure de jeu.

Le match :

C’est parti, Arsenal a donné le coup d’envoi et on note que Nkunku joue à gauche en attaque, Toufiqui étant à droite. Les premiers ballons sont parisiens et Georgen est trouvé côté droit et son centre en retrait trouve Toufiqui mais la frappe est contrée (3e). Paris est bien dedans et Rabiot perce fort avant de servir Weah mais le contrôle dans la surface est trop long. Arsenal répond par une attaque rapide mais le centre n’est pas ajusté (6e). La première occasion est parisienne avec un contre mené par Rabiot : Toufiqui hérite du ballon aux 20m et tente une frappe enveloppée du gauche de peu à côté (9e). Côté Gunners, une tête de Mustafi sur un corner passe aussi assez près (12e). Arsenal ouvre finalement le score une attaque rapide : Aubameyang est trouvé tout seul côté droit, il accélère et donne un ballon en or à Özil qui conclut facilement (0-1, 13e).

C’est dur pour les jeunes Parisiens, bien entrés dans le match mais complètement dépassés sur une action dure à comprendre. Arsenal est même proche du 2-0 mais Aubameyang est trop court sur un long centre (16e). Alors qu’un hors-jeu est sifflé à tort contre Nsoki, c’est Rimane qui sauve de la tête de peu devant Iwobi (18e). Özil tombe aussi très facilement sur un duel avec Diarra dans la surface (19e). Après un bon début, le PSG souffre et se fait contrer mais Buffon gagne son duel face à Iwobi (23e). Un but est aussi refusé aux Anglais en raison d’un hors-jeu limite de Mkhitaryan mais le PSG est dans le dur (25e). Toufiqui tente encore sa chance mais c’est une nouvelle fois à côté (26e). Buffon est de son côté encore décisif face à Aubameyang qui avait effacé Mbe Soh dans la surface (29e).

Paris n’y arrive pas, les ballons d’attaque sont rares et Georgen gâche l’une des rares incursions avec un centre droit sur Leno (33e). Il faut une mauvaise relance adverse pour que le PSG soit dangereux : Georgen intercepte et sert Weah qui frappe très fort mais Leno repousse des poings (34e). Arsenal répond à cette belle tentative par une séquence de près de 3 minutes conclues par… une passe en touche (38e). Weah est encore en vue sur un bon centre de Georgen mais sa talonnade est hors-cadre au premier poteau (39e). Peu à peu, Paris va mieux et Nkunku s’offre un festival dans la surface avant de tenter sa chance mais sa frappe passe juste au-dessus du but (43e). Arsenal répond par une attaque rapide mais Buffon est toujours fort sur sa ligne face à Mkhitaryan (44e). Il est ensuite heureux de voir la tête de Mustafi passer juste à côté du cadre dans les derniers instants. A la pause, le score est logiquement en faveur d’Arsenal vu le nombre d’occasions franches. Paris a eu des bonnes périodes mais c’est peu malgré tout face à une vraie équipe.

Le PSG ne change rien à la pause, contrairement à Arsenal, et repart mais Georgen manque son centre en bonne position (48e). Le PSG prend le ballon mais Weah est bien repris dans la surface (50e). Nkunku est en revanche proche de l’égalisation sur un gros coup-franc mais Martinez repousse d’une belle claquette (51e). Les hommes de Tuchel sont mieux et Toufiqui lance Weah en profondeur qui attend un peu puis frappe mais c’est repoussé en corner. Rabiot reprend de la tête celui-ci mais Guendouzi repousse devant sa ligne (55e). Alors qu’Arsenal va mieux pendant quelques secondes, Georgen lance Weah en profondeur et Kolasinac découpe Weah dans la surface (59e). Après un instant de doute, l’arbitre accorde ce penalty évident (59e) ! Nkunku transforme d’une frappe croisée imparable (1-1, 60e).

Dès l’heure de jeu, Emery sort cinq nouveaux joueurs (64e). Cela paye immédiatement puisque Lacazette redonne l’avantage en coupant bien un centre venu de la droite (1-2, 66e). Tuchel réagit en faisant deux changements, Lo Celso et Bahebeck remplaçant Rabiot et Nkunku, mais Ramsey passe pas loin du 3-1 suite à une belle remise de Lacazette dans la surface, Buffon étant là au bon endroit (69e). Lacazette s’offre finalement un doublé étrange peu après : Buffon se loupe sur une sortie au poing et cela retombe sur Lacazette qui marque de la tête de près (1-3, 71e). Alors que Paris tenait bon, l’édifice s’est effondré d’un coup et Tuchel change donc ses joueurs : exit Buffon, Mbe Soh et Rimane pour Cibois, Sissako et Zagre (73e).

Le tout jeune Zagre se montre en récupérant un corner mais c’est mal joué et Arsenal se dégage (77e). Paris se bat avec l’énergie du désespoir et Lo Celso envoie un ballon en profondeur à Weah qui frappe du gauche mais est contré (78e). Les Gunners sont dangereux sur un raid de Nelson conclu par une frappe mais Cibois détourne bien la tentative (81e). Paris de façon volontaire mais les jeunes joueurs manquent souvent de justesse sur le dernier geste, à l’image de Fressange dans la surface (84e). Côté Arsenal, on combine bien et c’est Cibois qui repousse un centre dangereux puis surtout une frappe depuis les 10m en excellente position. Il doit en revanche s’incliner sur la tête de Holding qui file dans la lucarne sur le corner qui suit (1-4, 87e).

Le jeune gardien doit encore intervenir sur un long ballon devant Lacazette, signe d’un PSG qui a renoncé malgré une frappe de Bahebeck contrée sur un contre (92e). Les jeunes Parisiens encaissent finalement un dernier but sur une action où l’attaquant d’Arsenal semble largement hors-jeu. Ketiah va finalement défier et tromper Cibois sur une frappe croisée imparable (1-5, 94e). La partie s’arrête là-dessus, le PSG a eu de bonnes périodes mais a complètement craqué dans les 20 dernières minutes, comme face au Bayern…

Réactions :

Thomas Tuchel :

« Il y a beaucoup de responsabilités sur les épaules de Lassana, d’Adrien et de Christopher Nkunku. Ils donnent tout en ce moment et c’est ce qui compte. On essaye d’éviter les blessures car l’intensité est élevée. Personne n’aime perdre mais quand on regarde la feuille de match avant de jouer, on sait qu’on a presque aucune chance de gagner à ce niveau.»

«Nos matchs sont importants mais le plus important c’est le repos des joueurs, on en peut pas les faire jouer et espérer que tout aille bien. C’est un groupe très restreint en défense, il faut ajouter des joueurs à l’équipe. Autrement j’ai peur qu’on mette trop de pression sur les épaules des joueurs qui sont déjà là. »

«Il y avait de l’intensité, ça allait d’un camp à l’autre. On ne voulait pas ça mais ce fut pourtant ainsi. On a peut-être été trop optimistes avant le match, en voulant contrôler. C’était mon approche, j’en prends la responsabilité. Les joueurs se sont bien entraînés, on avait bien joué avec le ballon contre le Bayern, on a pensé qu’on était prêt à refaire ça aujourd’hui sous la pression. Mais c’est une équipe de Premier League, la qualité était trop élevée pour dominer le jeu. On a fait trop d’erreurs mais ce n’est en aucun cas la faute des joueurs, ils ont donné le maximum. »


Le stade :

Le National Stadium


Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)