Sélectionner une page

Calais – PSG 1-1, 20/08/72, match amical 72-73

Dimanche 20.08.1972, match amical de pré-saison, probablement à Calais au Stade Julien-Denis :
R.C. CALAIS (D3) – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:1 (1:1)
– ? spectateurs. Buts : Bruno Lefebvre, 19′, Lawson, 31′.
L’équipe du PSG (composée de 10 joueurs en 1ère mi-temps magré le refort des Calaisiens Lefèbvre et Aulou) : Camille Choquier – ?, Bernard Béreau, ?, Jean-Louis Brost – Joseph Aulou (?, 46′), ?, Bruno Lefebvre – Christian André, ?. Entraîneur : Robert Vicot.
L’équipe de Calais : Leprêtre – Lyleire, Vasseur, Piedbois, Fontaine – Flandrin, Baron – Fardoux, Goudal, Boulanger, Lawson (Aulou, 46′). Entraîneur : Claude Plancque.

Merci à quiconque ayant plus d’information de bien vouloir les partager en commentaire…


Maillot utilisé (celui de la saison précédente) :

Réédition du maillot domicile 1970-72, version été (collection MaillotsPSG)


Photos du match :

Bernard Béreau au pressing sur l’attaquant calaisien Fardoux

Jean-Louis Brost déborde Piedbois


Compte-rendu (La Voix du Nord) :

Le Racing, sans convaincre, obtient un nul flateur face à Paris-Saint-Germain : 1 – 1

Ce dernier match amical contre Paris Saint-Germain n’aura sans doute pas apporté grand-chose de positif à l’entraineur racingman Claude Plancque et ce, malgré un résultat satisfaisant quant au score lui-même, mais beaucoup moins en ce qui concerne la manière.

En effet, le résultat est flatteur, bien flatteur pour les « Noir et Or » qui furent dominés collectivement et techniquement par un ensemble de Paris Saint-Germain manœuvrant avec autrement d’aisance que la formation racingman.

Aulou et Bruno Lefebvre permettent à l’équipe de Paris-Saint-Germain, incomplète, de prendre l’avantage.

Et pourtant, conséquence d’une malencontreuse panne de voiture, l’équipe saint-germinoise se présenta composée de huit joueurs. La partie commença donc avec une demi-heure de retard et il fallut que Bruno Lefebvre et Joseph Aulou complètent le team de Paris Saint-Germain qui, malgré cela s’alignait à dix.

Mais, ce handicap numérique n’eut guère d’influence, ni de conséquence sur le déroulement de la première mi-temps au cours de laquelle le moins qu’on puisse dire est que Bruno Lefebvre, à l’aile droite et Joseph Aulou, s’adaptèrent vite dans cet ensemble saint-germinois improvisé. Mieux même, ils surent tirer l’épingle du jeu et permirent à leurs coéquipiers, d’un moment de prendre l’avantage. En effet, à la 19e minute, sur une balle transversale de Aulou, Lefebvre s’engagea et, d’une balle reprise de la tète, loba Leprêtre.

Un service de Goudal plaça ensuite Lawson dans de bonnes conditions et le tir en coin de ce dernier trompa l’excellent Choquier (31e minute).

La situation était rétablie. mais néanmoins Saint-Germain manœuvrait mieux, bien appuyé sur une défense efficace et bien organisée autour du valeureux Béreau et grâce aussi à la vitalité de Brost.

Et, à la 38e minute, Lefebvre suivit admirablement Christian (note, probablement André!) dont le tir passa au ras de la transversale. Goudal répliqua pour le Racing et le repos fut sifflé sur un score nul (1 à 1).

Une seconde mi-temps pour rien

Claude Plancque qui avait aligné en première mi-temps Leprétre au but Lyleire, Vasseur, Piedbois et Fontaine en défense ; Flandrin et Baron au milieu du terrain et en attaque, Fardoux, Goudal, Boulanger et Lawson, remplaça à la reprise, Lawson par Aulou lequel se montra moins à l’aise qu’avec Saint-Germain.

Quant aux Saint-Germinois, au complet cette fois, le reste de la formation étant arrivée à la pause, ils dominèrent mais ne surent pas conclure malgré plusieurs occasions caractérisées.

La rencontre se termina sur le score inchangé de 1 à 1 et assez flatteur pour les « Canaris » huit jours du championnat, il faut bien convenir que les Racingmen n’ont guère convaincu et que Claude Plancque aura quelques problèmes à résoudre avant le match contre Reims, dimanche au stade Julien Denis.


Le stade :

Vue aérienne du stade Julien-Denis


Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)