Sélectionner une page

Leonardo de retour : Son histoire avec le PSG

6 ans après son départ, Leonardo est de retour au PSG ! Les supporters le réclamaient, ils ont enfin été entendu. L’ancien joueur du club (1996/97) et auteur des fondations du projet QSI débarque à nouveau pour redonner de l’espoir à tous les amoureux des rouges et bleus. Retour sur l’histoire passionnée entre le Paris SG et Leonardo : 

Début professionnel

Leonardo Nascimento de Araújo ou tout simplement Leonardo voit le jour le 5 septembre 1969 à Niterói, ville de l’état de Rio de Janeiro. Le foot, il le découvre au club omnisports de Rio de Janeiro, le CR Flamengo. C’est dans ce club qu’il y fait ses classes de 1984 à 1987, avant d’y débuter en pro à l’âge de 17 ans. Il y côtoie notamment un certain Zico, véritable légende de Flamengo. Après une soixantaine de matchs, il signe au Sao Paulo FC en 1990, découvre la sélection brésilienne et débute son amitié avec Rai. Chez les Paulistano, il ne reste qu’une saison et file en Espagne du côté du FC Valence.

Dans l’Est de l’Espagne, il y reste deux saisons et il y dispute 71 matchs. Mais voyant sa place en Seleção compromise pour la World Cup 1994, il décide de retrouver à Sao Paulo. Nous sommes en 1993 et ce choix s’avère payant. Sans Rai, partie au PSG un an avant, Leo et Sao Paulo remportent la Coupe intercontinentale 93 contre le Milan AC. En effet, l’OM avait été privé de ce droit à la suite de son implication dans une sombre affaire de corruption.

Ses prestations lui assurent une place dans les 22 Brésiliens qui iront aux USA pour la Coupe du Monde. Et cette coupe du monde, le gaucher la joue dans une position assez particulière, il sera arrière gauche. Et dans cette position, il s’en sort plutôt bien jusqu’à ce huitième de finale contre le pays hôte. Leonardo, qui porte le numéro 16, assène un violent coup de coude à Tab Ramos. Carton rouge et coupe du monde fini pour Leo. De son coté, Tab Ramos finira avec une fracture du crâne et trois mois d’hospitalisation.

Découverte du Japon

Champion du monde, il prend un virage surprenant pour sa carrière en signant au Kashima Antlers. Il y rejoint son ancien coéquipier à Flamengo, Zico, devenu directeur technique du club. La destination est surprenante, surtout que le championnat japonais vient d’être créé et fête à peine son premier anniversaire. Dans le club de la préfecture d’Ibaraki, le brésilien s’épanouis et devient de plus en plus offensif. En 49 matchs avec le Kashima, il marque une trentaine de pions dont certains beaux buts. On pense notamment à son petit numéro de jongle dans la surface au milieu de quatre joueurs du Yokohama Flugels.
https://www.youtube.com/watch?v=eaa_G55GZL8

Arrivée au PSG

Champions de J1 League en 1996, Leo ne manque pas d’offres, notamment de propositions venant d’Italie. Mais c’est finalement le PSG qui l’emporte après que sa cible principale, le Lensois Pierre Laigle, refuse l’offre parisienne. Ce dernier alors au RC Lens signe à la Sompdoria de Gènes contre 15M de Francs (2,2M€). Le PSG se rabat sur Leonardo et finalise le transfert le 15 juillet 1996. Le joueur, alors âgé de 26 ans, signe contre 17M de Francs (2,5M€). Le Paris Saint-Germain tient le remplaçant de Youri Djorkaeff, parti à l’Inter de Milan. Et le nouveau numéro 7 parisien ne cache pas son enthousiasme à la vue du défi parisien. Il déclara :

Propos trouvé sur le site www.psgmag.net
« Le PSG est le défi le plus passionnant que l’on m’ait proposé. De plus, là-bas, je retrouverai mon ami Raí, et je jouerai dans une équipe qui a gagné la coupe des coupes. C’est très excitant. Enfin, je veux venir en France, car elle accueillera la coupe du monde 1998. »

Avant d’ajouter dans l’émission Telefoot dans un sujet qui lui est consacré :

Propos trouvé sur le site www.psgmag.net
«J’aime jouer en ayant beaucoup de libertés, et faire des actions offensives. Je me sens attaquant, et j’aime participer devant. J’espère trouver une place qui corresponde à cet aspect. Il me faudra sans doute un peu de temps, je dois m’adapter. »

Et son adaptation se passera à merveille. Il marque pour son premier match avec le PSG lors d’un déplacement à Strasbourg. Le brésilien marquera le seul but du match grâce à un tir en pivot juste après la demi-heure de jeu. Le PSG s’impose 1-0 et Leonardo lance sa saison. Pour sa première au Parc des Princes, il se distingue et donne une passe décisive à Loko pour le deuxième but parisien. Le duo qu’il forme avec Rai enchante le Parc et il continue d’enchaîner les bonnes prestations. Notamment contre Vaduz lors du premier match de Coupe des Coupes 1996/1997, qui le verra inscrire un but et faire deux passes décisives. Il illuminera aussi le PSG-RC Lens de la septième journée de ligue 1, avec une passe décisive et deux buts. Dont ce joli enchaînement amorti poitrine, reprise de volée.
https://www.youtube.com/watch?v=xNq4wCAuNBk

Une deuxième partie de saison moins bonne

Lors du premier quart de la saison, du 08/08/1996 au 31/10/1996 Leonardo inscrit 9 buts et délivre 7 passes décisives. Le tout en 15 matchs. Mais la traditionnelle crise de novembre pointe le bout de son nez et comme le PSG, Leo est pris dans cette spirale. Le PSG piétine et perd la tête du championnat au profit de Monaco. Leonardo ne marquera plus en championnat et son but face au FC Metz le 11 octobre 1996 sera son dernier but en première division.

 

Malgré sa deuxième partie de saison moins bonne, il met tout le monde d’accord sur l’homme qu’il est sur et en dehors du terrain. Classe et habille balle au pied, il l’est aussi dans le maniement de la langue de Molière. En effet, il apprend très vite le français et n’hésite pas à donner des interviews dans cette langue.

Si le PSG accède à la finale de la Coupe des Coupes 1997, il le doit en partie à son numéro 7. En effet, lors du match aller contre Liverpool au Parc des Princes, Leonardo ouvre le score à la douzième minute. Sur le deuxième but Parisien, il est passeur décisif pour Benoit Cauet. Le PSG s’imposera 3-0, perdra le match retour, mais ira quand même en finale pour la deuxième année consécutive.

 

En finale, le PSG s’inclinera, Leonardo ratera sa tentative en envoyant le ballon au-dessus du but barcelonais. Mais difficile de lui imputer le résultat de ce match. En championnat, le PSG arrachera la deuxième place et aura donc accès au tour préliminaire de la ligue des champions. Entre temps, Leonardo ira remporter la Copa America 1997 et reviendra à Paris début août.

Départ du PSG

Et ce mois d’août sera marqué par les rumeurs de départ du brésilien pour le Milan AC. Les négociations sont très avancées, car le PSG a besoin de liquidité depuis son coup de folie pour recruter l’attaquant italien du Milan AC, Marco Simone. Pour compenser cet achat, Michel Denisot est donc obligé de se séparer de son brésilien. Mais à la suite de la défaite sur tapis vert 3-0 contre le Stuea Bucarest la donne change et le Denisot déclara quelques années plus tard :

« J’avais dit à Leonardo la veille : Si on perd, tu ne pars pas à Milan. On est dans une phase où tout le monde se fout de nous, si on perd, tu ne pars pas. S’il y a un exploit et qu’on gagne, tu pars ».

Le PSG s’imposera 5-0 dans un match d’anthologie et Leonardo distillera 4 passes décisives, dont une superbe ouverture pour le quatrième but inscrit par Maurice. Deux jours plus tard, le 29 août, le quotidien sportif L’équipe titrera « Leo, reste avec nous !». Mais rien n’y fait, Leo s’envole pour Milan contre 68M de Francs, soit environ 10,5 M€, seulement un an après sa signature au PSG.

Il fera ses adieux au PSG au Parc de Princes trois jours plus tard lors de la réception du Stade Rennais. Pour l’occasion, les supporters déploieront ce message à l’intention de la direction.

Banderole interrogative sur le départ de Leonardo. Banderole déployée le 30 août 1997 lors de la réception de Rennes.

Départ du PSG et fin de carrière

À Milan, Leonardo devient une pièce maîtresse des équipes de Fabio Capello et principalement de celles d’Alberto Zaccheroni. Avec le Milan AC, il gagne la Serie A en 1999 et recroisera la route du PSG et du Parc des Princes à plusieurs reprises. La plupart du temps en match amical et en match de charité pour l’association Gol de Letra qu’il a fondé avec Rai. Puis deux fois en match officiel lors de la Ligue des Champions 2000/2001. En effet, le PSG et le Milan AC sont tous les deux dans le même groupe pour la deuxième phase de poule. Il marquera même contre le PSG ne retenant pas sa joie sur le but. Et afin de boucler la boucle, ce but contre le PSG, sera son dernier en Europe et avec le Milan AC.

À l’issue de la saison 2000/2001, il retourne au Brésil pour rejouer un temps avec Sao Paulo et Flamengo. Puis, il décide de refaire une pige avec le Milan AC, mais il ne joue quasiment pas. Malgré un faible de temps de jeu, il marque quand même deux buts en coupe d’Italie. Il prend sa retraite en 2003 et intègre le l’organigramme du Milan AC en tant que directeur technique.

L’après football

Après diverses fonctions dans les médias et au Milan AC, il est officiellement nommé entraîneur du Milan AC à la fin du mois de mai 2009. Il ne reste qu’un an chez les Rosseneri et signe dans le club rival de l’Inter Milan. L’aventure chez les Nerazzurri ne dure que six mois.

Et si son aventure n’a pas continué, le Paris Saint-Germain n’y est pas étranger. Le club de la capitale vient d’être racheté par QSI et le nouveau président du club, Nasser Al-Khelaifi, veut lui confier le poste de directeur sportif. Leonardo accepte et son arrivée en tant que directeur sportif est officialisé le 13 juillet 2011. Lors de la conférence de presse, il ne manquera pas de déclarer, à propos de son passage au PSG de 1996 à 1997 : 

« C’était 14 mois très intenses. Ça avait été très difficile de quitter Paris. Je ne m’attendais pas à revenir comme ça. Aujourd’hui, être là me fait vraiment plaisir »

Puis il ajoutera : 

« C’était un peu la folie dernièrement, il s’est passé beaucoup de choses. Ça n’a pas été facile de quitter l’Italie, il y a eu un peu de confusion. Je suis vraiment heureux, car j’ai été choisi par des personnes qui ont vraiment envie de faire quelque chose de spécial. Je suis content de faire partie de ce projet.»

Lancement du projet parisien

Et ce projet, il le lancera superbement. En effet dès l’intersaison 2011, il recrute Pastore, Menez, SiriguSissoko et Lugano. Lors du mercato hivernal, il fait venir, Maxwell, Thiago Motta et Alex. Mais son action la plus commentée de ses six premiers mois, c’est sûrement le licenciement d’Antoine Kombouaré, afin de faire signer Carlo Ancelotti. Le PSG est alors champion d’Automne, mais l’opportunité de recruter le technicien italien est trop belle, le brésilien ne la laisse pas passer.

Pour sa deuxième saison, le PSG veut à la fois le titre et bien figurer en Ligue des Champions. Pour se faire, Leo n’hésite pas à piocher dans son ancien championnat et club. Le PSG recrute Lavezzi alors à Naples, Thiago Silva et surtout, le géant Suédois : Zlatan Ibrahimovic, qui sont tous deux des cadres de l’AC Milan. Il recrutera aussi une pépite du football italien, le jeune Marco Verratti, considéré comme le futur Andrea Pirlo. Le recrutement du milieu de poche contre une somme de 12M€ versé au club de Pescara, fait jaser. Mais l’avenir donnera raison au petit Italien et à Leonardo. Il réussit aussi à chiper Lucas Moura au nez et à la barbe de Manchester United. Même si le joueur ne viendra qu’à l’hiver 2012/2013, accompagné d’un certain David Beckham.

Défenseur des intérêts du PSG

Si Leonardo brille dans son recrutement, il n’hésite pas à défendre le PSG lors de décisions arbitrales défavorables. Notamment en direct au Canal Football Club après un match nul à Montpellier.



Ou encore à donner des précisions sur sa manière de gérer les transferts des joueurs. Nous sommes le 15 janvier 2012 et Leonardo est l’invité du Canal Football Club. Durant l’émission, il s’exprime sur le cas Nene.

Suspension et départ

Malheureusement, le 5 mai 2013, le PSG fait match nul 1-1 au Parc des Princes contre Valenciennes avec une expulsion sévère du capitaine Thiago Silva. Il est reproché au défenseur parisien d’avoir bousculé Monsieur Castro, l’arbitre du match. À la fin de la rencontre, dans les couloirs du Parc, Leonardo bouscule l’arbitre et ce dernier fait un rapport.
Fin mai, la sanction tombe, Leonardo est suspendu de toutes fonctions officielles pendant neuf mois.
Pire, en appel le directeur sportif du PSG est suspendu jusqu’en juin 2014. Le 10 juillet 2013, prenant acte de sa suspension, Leonardo décide de démissionner de son poste de directeur sportif. Sa démission prendra effet le 2 septembre 2013, à la fin du mercato.

Avant de partir, Leonardo recrutera Cavani, le tout jeune Marquinhos et Van der Wiel. Comme prévu, Leonardo met fin à son aventure parisienne le 2 septembre 2013. Depuis, les rumeurs de son retour au PSG ne cessent de resurgir au moindre faux pas du club parisien. Mais finalement, après 4 ans d’inactivité liée au football, il prend le banc du club d’Antalyaspor fin septembre 2017. Il démissionnera de son poste après seulement deux mois.

Retour au PSG

Le 25 juillet 2018, il retrouve un poste de directeur sportif au Milan AC, mais à la suite d’un désaccord sur la vision sportive du club, il démissionne le 28 mai 2019. Il n’en faut pas moins pour déclencher la rumeur d’un retour au PSG. Et le jeudi 6 juin 2019, le journaliste Gianluca Di Marzio lâche l’info, le come-back de Leonardo au PSG est proche. Plus tard dans la journée, c’est le site Culture PSG qui révèle que le brésilien est au siège du PSG. Les choses se confirment, quand le lendemain le brésilien s’abonne, via les réseaux sociaux, à quasiment tous les comptes des joueurs du PSG.

Le Vendredi 14 juin 2018, le club communique sur le départ de son directeur sportif, Antero Henrique, . Dans la foulée, le retour de Leonardo en tant que directeur sportif est annoncé. Lors de la signature, il declare :

«Je suis extrêmement enthousiaste à l’idée de retrouver une nouvelle fois le Paris Saint-Germain. Ce club a tellement compté dans mon parcours footballistique et dans ma vie tout simplement. J’ai connu vraiment de grandes émotions ici comme joueur dans les années 1990 et plus récemment comme directeur sportif aux côtés de notre Président, Nasser Al-Khelaïfi, lorsque j’étais revenu au Club en 2011. Aujourd’hui, je reviens à Paris avec beaucoup d’enthousiasme et d’énergie à l’idée de faire partie à nouveau de ce club pour lequel j’éprouve un profond respect.»

Bon retour à la maison Leo.

 

 

Fond d’écran pour téléphone

–  Jeu de maillots de la saison 1996/1997 Domicile et extérieur dans leur version championnat et Europe
– Statistique de Leonardo avec le PSG

Prince Owski

Heureux propriétaire du suffixe -Owski.
"Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli
Prince Owski

Les derniers articles par Prince Owski (tout voir)