Sélectionner une page

L’épopée du PSG lors de la Coupe des Coupes 95-96

Le 8 mai 1996 résonne comme un jour de gloire pour tout supporter du Paris Saint germain. Enfin, après 3 années à stagner en demi-finale, le PSG dispute sa première finale européenne de son histoire. Mais avant de parler de cette finale, penchons-nous sur les 4 adversaires précédents.

Seizième de finale Aller contre Molde FK

Le match aller contre les Norvégiens à lieu le 14 septembre 1995 et est délocaliser à Oslo. Pour ce premier match, le PSG compte pas mal d’absent, les principaux sont Rai et Lama. La première période est dominée par un PSG stérile qui retourne aux vestiaires sur un score nul et vierge.
La seconde période est tout autre, Paris domine, mais se fait prendre en contre et c’est Ole Gunnar Solskjær qui vient placer une frappe juste avant l’entrée de la surface. Le ballon fuse à ras de terre et vient battre Dutruel, le gardien du soir. (56è)

Le PSG mettra 20 minutes à s’en remettre et devra son salut à une frappe de Le Guen. Le défenseur à l’extérieur de la surface et excentré sur la droite décoche une frappe qui va atterrir filet opposé. (76è).Les Parisiens égalisent et prendront même l’avantage deux minutes plus tard. Fournier centre en direction de Nouma, ce dernier est accroché dans la surface. Le penalty est sifflé et c’est Djorkaeff qui se charge de le transformer pour donner l’avantage au PSG.

Alors que l’on pensé le PSG à l’abri, les Norvégiens égaliseront trois minutes plus tard. Molde bénéficie d’un corner à droite et Stavrum vient placer une tête pour tromper Dutruel. (81è) Ce 2-2 n’est pas un mauvais résultat en soit, mais les Parisiens en veulent plus et l’obtiendront. Guérin récupére le ballon sur l’aile gauche et lance Nouma qui rentre dans la surface et frappe. Le gardien repousse dans les pieds de Valdés qui n’a plus qu’à placer un plat du pied pour le 2-3. Score qui sera le résultat final du match.

Seizième de finale Retour contre le Molde FK

En ce jeudi 28 septembre 1995, le PSG est en position favorable et se doit de finir le travail. Et le travail sera fini rapidement, dès la 7ème minute. À droite, Djorkaeff et Loko combinent, the Snake centre pour Nouma aux 5m50, ce dernier reprend de la tete. 1-0 la PSG et sur la bonne route et doublera même la mise encore grâce à Nouma. À la suite d’un corner de Le Guen, l’habituel remplaçant reprend et inscrit le but du 2-0 dès la 13ème minute.

Le reste ne sera qu’un entraînement et le PSG ira inscrire le troisième but à 13 minutes du terme par l’intermédiaire de Djorkaeff. Allou déborde à droite et remet en retrait pour Youri qui place un plat du pied qui fini au fond. Le PSG s’impose 3-0 et accède aux huitièmes de finale.

Huitième de finale Aller contre le Celtic

Le tirage au sort a donc donné l’historique club Ecossais du Celtic comme adversaire à notre PSG. Le match aller se dispute au Parc des Prince le 19 octobre 1995. Pour ce match aller, Luis Fernandez enregistre le retour de Rai dans l’effectif. En effet, le brésilien était absent pendant 1 mois.

Ce match, le PSG le domine, mais n’arrive pas à trouver la faille. Loko touchera bien le poteau à la suite d’un bon centre de Fournier, mais à part ça, pas grand-chose. (8è) C’est même le Celtic qui manque l’ouverture du score après une tete de Van Hooydonk. (36é). Le deuxième mi-temps aura la même physionomie, le PSG domine, mais n’est pas assez efficace. À l’image de Djorkaeff qui touche le poteau à 15 minutes du terme après une frappe lointaine. Mais le PSG trouvera quand même la faille une minute plus tard grâce encore à Djorkaeff.

Guérin est lancé à droite, il déborde, rentre dans la surface Celtique et centre instantanément. Le ballon atterris dans les pieds de Youri placé aux 5m50, ce dernier contrôle et marque son troisième but en autant de match. (76è) . Le score ne bougera plus, le PSG peut avoir des regrets de ne pas avoir gagné ce match plus largement. Le retour à Glasgow risque d’être bouillant.

Huitième de finale Retour contre le Celtic

Pour ce match, les Parisiens se ressaisissent et mettent tout de suite le pied dur le ballon. Les actions sont construites et limpides et le jeu à une touche de balle du premier but est magnifique. Bravo devant la surface, relance sur Djorkaeff au milieu, qui contrôle et transmet à Rai. Captain’ Rai donne instantanément à Guerin, qui redonne à Rai pour lancer Loko, qui donne à Fournier. L’arrière droit reprend de volée mais voit le gardien repousser sa frappe.

Derrière, Loko a suivi et pousse le ballon au fond, le PSG ouvre le score à la 36ème minute. Le PSG à remonter le terrain en six passes, mais le plus important est fait, le PSG a marqué ce but à l’extérieur. Il faut maintenant que le Celtic marque trois pour se qualifier et à la vue du match, cela semble difficile.

Et les choses se compliqueront pour les Écossais, puisque Paris inscrira un deuxième but à deux minutes de la pause. En effet, Guérin déborde à droite, centre devant le but et Loko reprend de volée au premier poteau. Le PSG qui mène par deux buts est quasiment qualifié les quarts de finale. Les Parisiens inscriront même un troisième but à la 66ème grâce à Pascal Nouma. Ce dernier plein axe reprendra un centre en retrait de Djorkaeff et validera définitivement le billet pour les quarts de finale de la Coupe des Coupes.

Quart de final Aller contre Parme

Ce quart de Final est un choc avant l’heure entre Parme, vainqueur de la C3 en 1995, et le PSG. Les Italiens, favoris de la compétition, comptent bien ajouter une deuxième Coupe des Coupes à leurs palmarès. En effet, les joueurs de Parme avaient remporté l’édition 1993 et furent un finaliste malheureux contre Arsenal en 1994.

Les débats seront équilibrés entre un Parme dépendant de son meilleur, souffrant, Zola et un PSG qui commence à perdre pied en championnat. Zola qui quittera la pelouse des la 26ème minute laissant Filippo Inzaghi prendre sa place en attaque à côté de Stoichkov. C’est d’ailleurs le bulgare qui s’illustrera le premier, l’attaquant se retrouve seul et file au but défier Lama. Le portier ne se laisse pas avoir et repousse la tentative de Stoichkov. Djorkaeff lui répondra en tentant une frappe lointaine qui passera de peu à côté. Les parmesans auront encore une occasion par Mussi, mais Lama repousse.

Pour cette deuxième mi-temps, les Italiens dominent un PSG privé de Djorkaeff sortie sur blessure juste avant la mi-temps. Et cela, s’avérera payant puisque que Stoichkov trouvera la faille d’une frappe croisée juste avant l’heure de jeu. Ce but encaissé remotive des Parisiens qui pousseront pour égaliser, notamment en se procurant une double occasion. Loko dans la surface frappe et touche le poteau. Le ballon lui revient et il donne à Rai placé au 5m50, le gardien est battu, mais la défense veille. C’était l’occasion pour revenir à 1-1, surtout que derrière Parme pousse. À l’image d’Inzaghi qui voit sa tentative arrêté par Lama. Le PSG, limite la casse et peux espérer un résultat dans 15 jours au Parc des Princes.

Quart de final Aller contre Parme

Pour ce match retour, le PSG n’a pas le choix, il doit gagner et il doit le faire en étant privé de Djorkaeff. Et dès le début, Paris attaque et obtiennent un penalty après une faute de Cannavaro sur Nouma. Rai prend ses responsabilités et marque ce précieux penalty, pour remettre les équipes à égalité sur l’ensemble des deux matchs (6é).

Paris continue de pousser, mais n’arrive pas à inscrire ce fameux deuxième but et le pire arrive. Placé au 20m, quasiment dans l’axe, Melli reçoit un long ballon. L’attaquant contrôle de la poitrine et reprend de volée, le tir qui n’a pas l’air dangereux viens battre un Lama qui se troue. Lama qui avait été impériale au match aller se troue sur cette frappe qui passe en dessous de lui. Il faut maintenant que le PSG marque deux fois pour se qualifier.

Les Parisiens ne se laissent pas abattre et repartent de l’avant pour marquer un deuxième but avant la mi-temps. Ce but arrivera à la 38ème par l’intermédiaire de Loko. L’attaquant profitera d’un sombrero de Rai et d’un contre favorable, pour ajuster Bucci au point de penalty. Le PSG rentre aux vestiaires avec un but d’écart, mais il en faut un autre pour valider le ticket des demi-finales.

Lors de la deuxième mi-temps, il faudra attendre la 60ème minute pour voir de l’action et des frissons. D’abord, le Parc retient son souffle sur un tacle de Roche sur Stoichkov, l’arbitre ne siffle pas, le jeu continue. Cependant, 10 minutes plus tard, il n’hésitera pas à siffler penalty pour le PSG. Laurent Fournier profite d’un flottement de la défense italienne pour filer au but. Apolloni le tacle par-derrière et l’arbitre siffle penalty, le PSG à une occasion en or pour se rapprocher de la qualification. Rai ne tremble pas et marque le penalty du 3-1, le PSG doit tenir.

Le PSG tiendra et se qualifiera pour sa quatrième demi-finale consécutive. Mais que ce fut dur.

Demi-finale aller contre le Deportivo la Corogne

C’est tout en blanc et rouge que les hommes de Fernandez se déplacent au Riazzor, fief du brésilien Bebeto. Même s’il est favori de cette Coupe des Coupes, notre PSG n’est pas au mieux. En effet, après sa qualification 15 jours plus tôt, Paris a enchaîné 2 matchs de D1 sans victoire. Dont une défaite sur le terrain d’Auxerre, son dauphin. La conséquence de ce double affront est lourde, le PSG a perdu son fauteuil de leader et n’est pas totalement en confiance.

La première mi-temps sera globalement maîtrisée par les coéquipiers de Lama, mais avec une seule occasion de chaque côté. Une frappe de Paco à la 20ème minute pour le Depor et une tête de Nouma en fin de période. La deuxième période sera plus difficile pour les Parisiens, les espagnoles poussent, mais Lama reste solide devant Bebeto et Manjarin.

Alors que l’on arrive à la 80ème, Djorkaeff, qui revient de blessure, remplace Valdès. Le français est bien jambe et va faire la décision à lui tout seul. Lama dégage loin sur Nouma qui est à la lutte avec son défenseur. Le ballon arrive sur Youri, ce dernier contrôle, s’avance dribble deux joueurs. Ils se retrouvent à l’entrée dans l’axe, à l’entrée de la surface et déclenche une frappe qui termine en lucarne.

Le PSG s’impose et pour la première fois de son histoire, il est en position favorable après une demi-finale aller. La finale n’est pas loin, mais il faudra confirmer cela dans 15 jours.

Demi-finale retour contre le Deportivo la Corogne

90 minutes, c’est le temps minimum qui sépare le PSG de sa première finale de Coupe d’Europe. Le PSG part favori et se doit d’assumer son statut. Le match n’est pas une grande demi-finale retour et nous sommes plutôt sur un match est fermé. Malgré ça, c’est bien le Deport qui se procure la première occasion du match. Sur un centre venant de la droite, Manjarin place une tète lobbé qui touchera la transversale d’un Lama battu.

En deuxième mi-temps, le PSG pousse pour se mettre à l’abri, mais Loko et Djorkaeff ne peuvent concrétiser. Ce duo, on le retrouvera à l’heure de jeu. Roche donne à Djorkaeff, ce dernier contrôle et transmet à Loko. Patrice s’avance jusqu’à la ligne des 16m50 et décoche une frappe à ras de terre. Le gardien est battu, le PSG ouvre le score et entrevoie grandement la finale de cette Coupe des Coupes. En effet, il reste 30 minutes et il faut 2 buts au Deportivo pour se qualifier. La tache semble impossible vue comment le PSG défend.

 

La mission s’avérera impossible pour les coéquipiers de Bebeto, Paris remporte ce match et filera à Bruxelles le 8 mai 1996 pour espérer gagner sa première coupe d’Europe.

Finale contre le Rapid Vienne

Pour cette finale, le PSG qui reste sur deux matchs sans victoire et qui a quasiment dit adieu au titre, ne se présente pas dans les meilleures conditions. Pourtant, en ce 8 mai 1996, Paris devra se faire mal pour arracher son premier titre européen. Le match se déroule donc à Bruxelles, au Stade du Roi Baudoin et devra affronter le Rapid Vienne, finaliste surprise. Après avoir éliminé Parme et le Deportivo la Corogne, Paris est le favori de cette finale.

Et ce statut, le PSG le tiendra dans ce qui sera un match globalement dominé par le PSG, mais avec très gros engagement de la part des Autrichiens. Et l’engagement des Viennois se fera ressentir des la 11ème minutes. En effet, Rai est taclé par Schöttel et se voit obligé de laisser sa place à Dely Valdes. Mais juste avant la demi-heure de jeu, cet engagement sera fatal aux joueurs du Rapid. Djorkaeff, qui 10 minutes plus tôt avait trouvé la barre, est en possession du ballon. The Snake recule jusqu’aux 30 mètres viennois et est accroché Gugi , l’arbitre siffle et accorde le coup franc.

À partir de là, le reste appartient à l’histoire. Ngotty et Djorkaeff se présentent devant le ballon, l’arbitre siffle, Youri décale le ballon pour Bruno. Le numéro 4 du soir prend deux pas d’élan, pose son pied d’appui à côté du ballon et frappe du droit. Le ballon s’élevé légèrement, file au but et est dévié au passage par Schöttel, celui même qui avait blessé Rai. Le ballon rebondis par terre, longe le poteau et fini dans le but de Konsel, le portier du soir.

Le PSG ouvre le score, le stade explose et les joueurs s’entassent sur Ngotty. Pour la suite de ce match, le PSG se contentera de contrôler en se procurant quelques occasions en deuxième. Valdes s’emmêlera les pinceaux devant le but, Djorkaeff trouvera l’extérieur du poteau et Loko verra sa frappe frôler le poteau. Après quelques occasions autrichiennes sauvées par un Lama impérial, Guerin ratera son face-à-face. Mais l’essentiel est là, l’objectif est atteint, le PSG gagne son premier trophée européen. De son coté, Fernandez devient le premier entraîneur français à remporter une Coupe d’Europe.

Avec ce trophée en poche, le PSG sauve sa fin saison et pourra défendre son titre la saison suivante. Mais ça, c’est une autre épopée.

 

Prince Owski

Heureux propriétaire du suffixe -Owski.
"Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli
Prince Owski