Sélectionner une page

Manchester City – PSG 1-0, 12/04/16, Ligue des Champions 15-16

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3603/59345/match/Manchester-City-Paris-1-0/Manchester-City-Paris-1-0)

Mardi 12.04.2016, Ligue des Champions, 1/4 de finale, match retour à Manchester, au Etihad Stadium :
MANCHESTER CITY F.C. (Ang.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1:0 (0:0)
– 53 039 spectateurs. But : De Bruyne, 76′.
L’Équipe du PSG : Kevin Trapp – Serge Aurier (Javier Pastore, 61′), Thiago Silva, Marcos Marquinhos – Grégory Van der Wiel, Thiago Motta (Lucas Moura, 44′), Adrien Rabiot, Maxwell Scherrer – Ángel Di María – Zlatan Ibrahimović, Edinson Cavani. Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Javier Pastore, Kevin Trapp et Grégory Van der Wiel.


Maillot utilisé (sponsors au format « Europe ») :

Troisième maillot 2015-16

Troisième maillot 2015-16


Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3603/59345/match/Manchester-City-Paris-1-0/Manchester-City-Paris-1-0)

Les Parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)

Thiago Silva (A. Mounic)

Thiago Silva (A. Mounic)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3603/59345/match/Manchester-City-Paris-1-0/Manchester-City-Paris-1-0)

Lucas, entré peu avant la mi-temps, à la place de Thiago Motta, blessé (Ch. Gavelle)

Angel Di Maria à la lutte...

Angel Di Maria à la lutte…

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3603/59345/match/Manchester-City-Paris-1-0/Manchester-City-Paris-1-0)

Adrien Rabiot (Ch. Gavelle)


Vidéo (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Tombés sans combattre

Hors du coup durant toute la rencontre, le PSG s’est logiquement incliné 1-0 sur un but tardif de Kevin De Bruyne et est éliminé en quarts de finale de la Ligue des Champions. Après une mi-temps catastrophique dans un 3-5-2 sorti de nulle part, les hommes de Blanc n’ont guère été meilleurs par la suite et sortent logiquement de la compétition.

Le match :

Le match commence par un gros pressing anglais qui met en difficulté l’expérimental 3-5-2 parisien et il faut près de 5 minutes au PSG pour réussir une vraie action. Le nouveau système se met en place petit à petit et, sur la deuxième très longue séquence parisienne, une passe bien vue de Di Maria est malheureusement trop longue pour Cavani plein axe et interceptée par Joe Hart (8e). Paris s’installe dans sa possession mais celle-ci paraît craintive vu que les Parisiens assurent leurs passes plus qu’autre chose, et rarement vers l’avant. Il faut un coup-franc puissant de 31m d’Ibra pour amener un peu de danger mais Hart claque en corner (16e). Dans le jeu, le PSG a très largement le ballon mais ne se procure pas la moindre occasion.

City commence à entrer dans le match après 20 minutes et Agüero frappe hors cadre du gauche sur un contre dans un angle très fermé (23e). Dans la même minute, le même Argentin retente sa chance et sa frappe passe au ras du montant, même si Trapp semblait dessus. Le PSG commence à perdre des ballons et City pousse donc. C’est chaud comme en début de match mais il n’y a pas plus d’occasions au bout. Juste avant la demi-heure de jeu, Aurier rate encore une relance et De Bruyne récupère puis lance Agüero en profondeur. Trapp le fauche et concède donc un penalty des plus logiques. L’Argentin s’élance pour se faire justice lui-même mais il ouvre trop son pied et tire à côté (30e) ! Le PSG tente de construire mais n’y arrive pas et Navas se retrouve encore tout proche d’ouvrir le score. Aurier manque une nouvelle relance plein axe, Navas récupère et tente une frappe enroulée qui passe de peu à côté d’environ 20m (40e).

Le PSG continue de sombrer quelques secondes plus tard quand Motta se blesse à la cuisse et est obligé de sortir, mais en deux temps. Lucas, amené à le remplacer, n’est pas prêt du tout et le changement tient au tragi-comique avec un Motta qui erre comme un milieu pendant quelques instants au milieu, sans pouvoir courir… Le PSG repasse donc en 4-3-3 et la pause arrive enfin. Paris n’est pas mené par miracle et peut encore y croire malgré un match catastrophique jusque là.

Paris reprend bien la seconde période et Cavani obtient un bon coup-franc à 30m environ. Ibra s’en charge et sollicite encore Hart sur une frappe très puissante. Le goal anglais détourne encore en corner (49e). Le match s’anime enfin et Lucas marque un but hors-jeu mais le PSG joue enfin. Sur un ballon gratté haut, Di Maria apparaît enfin et percute. Son centre semble proche d’être repris mais Clichy dégage en corner juste devant Lucas (57e). City ne craque pas vraiment et se montre même régulièrement dangereux sur des ballons joués par Agüero. Fernando loupe ainsi le cadre de la tête sur un corner provoqué par le petit Argentin (60e).

Blanc tente un dernier coup à l’heure de jeu en sortant le catastrophique Aurier pour Pastore, le PSG ayant alors 30 minutes pour marquer un but. L’Argentin a un impact immédiat sur une percussion mais son centre est sur Hart (61e). Le match devient peu à peu dénué de toute notion tactique, les blocs s’étirant de plus en plus et les corners se muliplient. Sur l’un d’entre eux, Thiago Silva coupe au premier poteau mais Hart repousse comme il peut la tête piquée du capitaine parisien (66e). Paris tente bien de pousser mais c’est terriblement désorganisé côté parisien tandis que City ne joue que par à-coups. C’est sur l’un d’entre eux que le PSG craque finalement. Sur un centre de Clichy mal dégagé, Fernando récupère aux 20m et transmet à De Bruyne. Celui-ci feinte pour éliminer Cavani et frappe dans le petit filet d’un Trapp qui ne peut rien faire (1-0, 76e)

Paris tente très vaguement de réagir et est surtout KO debout mais se procure toutefois une énorme occasion de revenir au score quand Lucas lance Cavani au but mais Hart sort bien et repousse la frappe du gauche de l’attaquant uruguayen (79e). Paris croit réduire l’écart quelques instants plus tard quand Ibra marque sur un centre de Maxwell mais il est hors-jeu de plusieurs mètres et le but logiquement refusé (85e). Les dernières minutes sont un calvaire à vivre avec un PSG sans vie et sans jus qui s’effondre petit à petit.

Paris sort par la toute petite porte de la Ligue des Champions après cette défaite 1-0 tout à fait logique. Le PSG ne s’est procuré pratiquement aucune occasion tandis que City a su exploiter les très nombreuses erreurs parisiennes. Le score aurait même pu être plus lourd vu la prestation ridicule des joueurs du PSG, pas aidés par un coach dont la tactique suicidaire sortie de nulle part n’a pas rendu service à ses hommes.

Réactions :

Laurent Blanc :

Un PSG qu’on n’a pas reconnu :
«Sur les deux matches, ce n’est pas tout à fait faux. Après, il y a des éléments qui peuvent expliquer cela mais on ne va pas les donner car on ne va pas se retrancher derrière ça. Sur les deux confrontations, notamment la dernière ici, on a essayé de faire ce qu’on voulait faire mais on n’en avait peut-être pas les moyens, même si on est tombés sur une très bonne équipe et qu’il faut la féliciter. Je pense qu’on peut être déçus parce qu’on aurait dû et pu faire mieux. Ce n’est pas passé très loin mais cela n’a pas suffi. City peut être satisfait de ces 2 rencontres car ils ont mis plus d’intensité dans la phase défensive, ils ont été meilleurs que nous dans cette phase-là. Nous, notre gros problème, c’est qu’on n’est pas arrivés à marquer un but sur nos temps forts, que cela soit à l’aller ou au retour. A partir de là, c’est difficile de gagner les matches. »

Le 3-5-2 :
«On a fait une analyse, on a pris en compte les suspensions de David Luiz et Blaise Matuidi. On a préparé ce match-là avec des joueurs, certes, mais un minimum. On avait bien vu à l’aller qu’ils possédaient dans le domaine offensif des joueurs très vifs et très rapides. On s’était dit qu’on voulait protéger l’axe sans dénaturer notre jeu. On s’est mis en danger en première mi-temps. Et en seconde période, par la force des choses, il a fallu réagir puisque Motta s’est blessé derrière la cuisse. On a rechangé d’équipe ou de façon de jouer mais en première mi-temps, on s’est mis tout seul en danger. Il faut revoir ça. Que ce soit à l’aller ou au retour, c’est regrettable qu’on se soit mis nous-mêmes en danger.»

La peur d’aller de l’avant du PSG :
«Si vous voulez, on peut mettre que des attaquants mais vous verrez qu’on ne gagnera pas non plus les matches. On avait nos trois joueurs offensifs, ils étaient présents sur le terrain, comme à l’aller, avec Cavani, Di Maria et Ibra. Ce soir, on joue encore avec eux. S’ils ont pêché ? Non, le bloc a été trop bas et on n’est pas arrivés à les trouver derrière ou entre les lignes. Dans ce domaine-là, Manchester City et notamment leurs deux milieux défensifs ont été très bons. Voilà, on aurait pu faire mieux mais c’est facile à dire car le match est fini. »

La signification de cette défaite :
« Vous pouvez vous imaginer la déception qu’il y a dans le vestiaire, que ce soit pour les joueurs ou le staff ou les dirigeants ou les supporters. On avait nourri beaucoup d’ambitions après le match aller, à juste titre même si je pense que le match n’avait pas été bon, ou pas extraordinaire, mais on avait senti qu’on pouvait bousculer cette équipe de City. Là, j’ai le sentiment qu’on n’en avait peut-être pas les moyens ce soir. Malheureusement, à cette période de l’année, le PSG n’est pas au complet, cela compte aussi même si on ne va pas se cacher derrière ça. »

L’avenir :
«On a une fin de championnat à terminer, une coupe de France à gagner, même si on n’est qu’en demi-finale et une coupe de la Ligue à gagner. Je sais que cela n’a pas la même odeur ou la même excitation que la Champions League mais on se doit de gagner pour le club aussi. On est très déçus ce soir, on peut l’être et il faudra surmonter cela. »


Le stade :

Le Etihad Stadium

L’Etihad Stadium


 

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)