Sélectionner une page

Marseille – PSG 2-3, 10/11/04, Coupe de la Ligue 04-05

Bernard Mendy prend le dessus sur Lizarazu (Ch. Gavelle)

Mercredi 10.11.2004, Coupe de la Ligue, 1/16 de finale à Marseille, au Stade Vélodrome :
OLYMPIQUE DE MARSEILLE – PARIS ST-GERMAIN F.C.  2:3 (2:1)
– 54 281 spectateurs. Buts : Pedretti, 38′, Bamogo, 41′ sur penalty, Branko Bošković, 45′ ; Branko Bošković, 53′, Bernard Mendy, 89′.
L’Équipe du PSG : Jérôme Alonzo – Stéphane Pichot, Hélder Cristóvão, José-Karl Pierre-Fanfan, Jean-Michel Badiane, Jean-Hugues Ateba – Bernard Mendy, Édouard Cissé, Branko Bošković (Vedad Ibišević, 70′) – Selim Benachour, Daniel Ljuboja (Bartholomew Ogbeche, 65′). Entraîneur : Vahid Halilhodžić.
Avertissements à Jean-Hugues Ateba, Selim Benachour, Hélder Cristóvão et José-Karl Pierre-Fanfan.


Maillot utilisé (à manches longues, avec les sponsors spécifiques de la Coupe de la Ligue) :

Maillot domicile 2004-05 (collection http://maillotspsg.wordpress.com)

Maillot domicile 2004-05 (collection MaillotsPSG)


Billet  :

(collection La Mémoire du PSG)

(collection La Mémoire du PSG)


Photos :

Jean-Michel Badiane (Ch. Gavelle)

Jean-Michel Badiane (Ch. Gavelle)

Jean-Hugues Ateba (Ch. Gavelle)

Jean-Hugues Ateba (Ch. Gavelle)

Jérôme Alonzo et José Pierre-Fanfan, attentifs, cernent Déhu (F. Dugit)

Bartholomew Ogbeche (Ch. Gavelle)

Bartholomew Ogbeche (Ch. Gavelle)

Le her but de Branko Boskovic (Ch. Gavelle)

Le 1er but de Branko Boskovic (Ch. Gavelle)

Branko Boskovic laisse éclater sa joie

Branko Boskovic laisse éclater sa joie

Bernard Mendy prend le dessus sur Lizarazu (Ch. Gavelle)

Bernard Mendy prend le dessus sur Lizarazu (Ch. Gavelle)

La joie de Mendy après son but (Ch. Gavelle)

La joie de Mendy après son but (Ch. Gavelle)

Les parisiens communiquent avec les supporters (Ch. Gavelle)

Les parisiens communient avec les supporters (Ch. Gavelle)

Paris est qualifié! (Ch. Gavelle)

Paris est qualifié! (Ch. Gavelle)

Le parcage parisien (Ch. Gavelle)

Le parcage parisien (Ch. Gavelle)

Craquage à l'entrée des joueurs (Ch. Gavelle)

Craquage à l’entrée des joueurs

Le tableau d'affichage du Vélodrome (Ch. Gavelle)

Le tableau d’affichage du Vélodrome (Ch. Gavelle)


Vidéo :


Compte-rendu (Loïc Prigent, psg.fr) :

0405_OM_PSG_CdL_uneLEquipe

La une de L’Equipe

Le grand huit !

Rassurés par leur victoire de dimanche et transcendés par un stade enflammé, les Rouge et Bleu ont réalisé l’exploit sur le terrain du rival marseillais. Mené de deux buts, le PSG a encore démontré qu’il savait être présent lors des grands rendez-vous. Boskovic, par deux fois, puis Mendy ont assuré à Paris son huitième succès d’affilée sur Marseille.

Au Vélodrome, Marseille n’avait pas le droit de perdre un huitième match consécutif face à Paris. Mais les joueurs du PSG présents sur le rectangle vert ont démontré que l’on pouvait compter sur eux. Les deux buts encaissés n’ont pas refroidi les Parisiens. Bien au contraire. Emmenés par un Boskovic des grands soirs, les joueurs de la capitale sont revenus au score, avant de s’imposer dans le temps additionnel sur un déboulé de Mendy.

Après quinze jours chargés, Vahid Halilhodzic a choisi de n’aligner que trois des titulaires de dimanche. Privé de Cana, M’Bami et Armand, suspendus, le PSG se présente avec une formation à cinq défenseurs. Mendy joue à nouveau au milieu de terrain, aux côtés de Cissé, Boskovic et Benachour, dont c’est la première titularisation de la saison. Devant, c’est Ljuboja qui est chargé de donner du fil à retordre à Meïté et Déhu.

Dès le début de partie, les Olympiens affichent leurs intentions, à savoir prendre leur revanche après la victoire des Rouge et Bleu à dix contre onze, dimanche. Face à une formation défensive, l’équipe locale prend donc le jeu en main et se lance à l’assaut du but gardé par Alonzo. Mais les tirs marseillais demeurent hors cadre, à l’image de cette reprise de Déhu suite à un ballon relâché par le portier parisien (4e).

Les joueurs de la capitale doivent patienter quelques minutes, avant d’obtenir une première occasion sur un tir lointain signé Benachour, qui oblige Barthez à se coucher (9e). Dans la foulée, la frappe en pivot de Boskovic n’inquiète pas le gardien marseillais, mais démontre le potentiel du quatuor offensif (10e). L’OM va toutefois repartir rapidement à l’attaque. Bamogo dans ses accélérations et Déhu sur coup de pied arrêté vont tenter plusieurs fois leur chance, sans succès.

Paris tient défensivement, et Ateba en est le parfait exemple. Koke, décisif lors des dernières sorties de Marseille, demeure totalement muet face au défenseur camerounais. Et sur un contre, Boskovic crée encore le danger. Le Serbo-monténégrin fixe Pedretti et Meïté, mais sa frappe s’envole dans les tribunes (29e). Sans doute vexé, Pedretti va alors débloquer le score sur coup-franc. Alonzo, trompé par la feinte de Ferreira, ne peut qu’effleurer le cuir qui vient se planter dans sa lucarne (37e).

Boskovic renverse la vapeur

Les Parisiens n’ont pas le temps de digérer cette ouverture du score que le remuant Bamogo obtient un penalty, concédé par Helder… et le transforme (39e). 2-0, le coup est dur à encaisser. Mais pas question de se laisser abattre. Ljuboja force d’abord Barthez à détourner un ballon qui prenait le chemin de la lucarne, avant de détourner un corner pour Boskovic, qui contrôle et fusille le portier marseillais à bout portant (45e). A quelques secondes de la pause, l’espoir renaît.

A la reprise, les joueurs de la Canebière donnent encore du travail à Alonzo, qui doit s’imposer face à Bamogo (49e), puis dans les pieds de Koke (52e). Les interventions du dernier rempart parisien permettent à ses coéquipiers de repartir de l’avant. Boskovic, encore lui, récupère un ballon à 25 mètres du but olympien et tente sa chance du droit (54e). Barthez est lobé, Paris égalise et Branko se jette dans les bras de son coach !

Les Rouge et Bleu reviennent dans la partie, sans pour autant se livrer. Les Marseillais n’avancent plus. A l’heure de jeu, Ljuboja doit quitter ses coéquipiers, après être mal retombé sur son bras suite à un tacle de Déhu (62e). Il est rapidement rejoint sur le banc par le double buteur, qui laisse sa place au jeune Ibisevic (72e). C’est donc Benachour qui va une nouvelle fois tenter de prendre l’avantage. Mais son lob lointain ne trouve pas le cadre de Barthez, qui avait déserté son but (75e).

Il faudra attendre les ultimes minutes pour voir le PSG sceller sa victoire. Lizarazu remet en retrait pour son gardien, mais Mendy surgit. Un crochet, un regard, une frappe lucide dans le but vide du portier tricolore (90e)… « Ber » s’offre les huitièmes ! Monsieur Bré ne tarde pas à siffler la fin de la rencontre. Les Rouge et Bleu peuvent célébrer leur qualification avec les supporters massés dans leur quart de virage, alors que les autres tribunes se sont déjà vidées. Un incroyable retournement de situation, qui permet à Paris de rester invaincu face à Marseille depuis huit confrontations. Le casse du siècle !

Réactions :

Vahid Halilhodzic (Entraîneur du PSG)
« Ce que nous avons réalisé ce soir est exceptionnel. Menés 2-0, nous avons su trouver les ressources pour remonter. Je tiens à féliciter les joueurs pour le grand match qu’ils ont produit. Les remplaçants ont, eux aussi, été exemplaires. Gagner comme cela à Marseille, c’est énorme. Nous sortons d’une période difficile et nous nous rapprochons doucement du sommet. Il faut à nouveau compter sur le PSG ! »

Benoît Pedretti (Milieu de terrain de Marseille)
« 2-0 à la mi-temps, ce n’était pas le même match. On était prêt à réaliser un grand truc ce soir. On était dans le match, mais on s’est relâchés à 5 minutes de la mi-temps, on a pris un but et puis après… On a perdu un objectif, mais pas de point. Il faut se reconcentrer sur Strasbourg, où la victoire sera indispensable. Il faudra reproduire le même jeu, mais en étant plus solide. Perdre deux matches contre le PSG en trois jours, c’est grave. On va essayer de se refaire. »

Bernard Mendy (Défenseur du PSG)
« Nous avions bien débuté la partie, avant d’encaisser deux buts sur des fautes que l’on ne peut pas se permettre de faire. Ils ont eu 100% de réussite sur ces deux coups de pied arrêtés. Mais nous marquons, juste avant la mi-temps, un but qui les a tués. Ensuite viennent l’égalisation et mon but qui nous donne la victoire. Nous sommes venus avec beaucoup de joueurs qui évoluent habituellement en CFA et qui avaient à cœur de montrer que tout le groupe possède le niveau pour évoluer en Ligue 1. Je pense qu’ils l’ont prouvé ce soir. »

Demetrius Ferreira (Défenseur de Marseille)
« A 2-0, nous n’avions pas le droit de perdre ainsi. Que le public ne soit pas content, c’est tout à fait normal quand on perd. L’essentiel pour nous est de renverser la situation et ne surtout pas lâcher prise. Nous allons désormais nous reconcentrer sur le Championnat. »

Selim Benachour (Milieu de terrain du PSG)
« On y a toujours cru, c’est d’ailleurs notre grande force cette saison : on ne baisse jamais les bras ! On a réduit le score juste avant la mi-temps, ce but nous a fait du bien. Dans les vestiaires, on s’est dit que c’était possible et nous sommes revenus sur le terrain avec une grande sérénité. Nous avons été solides défensivement et réalistes offensivement. Nous obtenons notre huitième victoire consécutive contre l’OM, c’est extraordinaire. Marseille jouait avec la pression du résultat, nous au contraire avons joué décontractés. Les dix premières minutes, il y avait beaucoup d’agressivité dans les duels, on sentait cette pression sur Marseille. Maintenant, on va savourer. »


Le stade :

Le stade Vélodrome

Le stade Vélodrome


 

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)