Marseille – PSG 2-4, 21/05/16, Coupe France 15-16

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3634/60793/match/Marseille-Paris-2-4/Marseille-Paris-2-4)

Samedi 21.05.2016, Coupe de France, finale à Saint-Denis, au Stade de France :
OLYMPIQUE DE MARSEILLE – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  2:4 (1:1)
– 80 000 spectateurs environ. Buts : Blaise Matuidi, 2′, Thauvin, 12′ ; Zlatan Ibrahimović, 47′ sur penalty, Edinson Cavani, 57′, Zlatan Ibrahimović, 82′, Batschuayi, 87′.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sirigu – Serge Aurier, Marcos Marquinhos, Thiago Silva, Maxwell Scherrer – Adrien Rabiot, Benjamin Stambouli (David Luiz, 75′), Blaise Matuidi – Ángel Di María, Zlatan Ibrahimović (Layvin Kurzawa, 89′), Edinson Cavani (Lucas Moura, 76′). Entraîneur : Laurent Blanc.


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot domicile 16-17

Maillot domicile 16-17


Billet :

1516_OM_PSG_CdF_billet


Photos du match :

Les Parisiens avant le coup d'envoi (photo L'Equipe)

Les Parisiens avant le coup d’envoi (photo L’Equipe)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3634/60793/match/Marseille-Paris-2-4/Marseille-Paris-2-4)

L’ouverture du score de Blaise Matuidi (Ch. Gavelle)

Thiago Silva (photo L'Equipe)

Thiago Silva (photo L’Equipe)

Zlatant Ibrahimovic redonne l'avantage au PSG sur penalty (photo L'Equipe)

Zlatan Ibrahimovic redonne l’avantage au PSG sur penalty (photo L’Equipe)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3634/60793/match/Marseille-Paris-2-4/Marseille-Paris-2-4)

Ibra célébrant son second but, le 50ème de la saison ! (Ch. Gavelle)

La joie des Parisiens après le match (photo L'Equipe)

La joie des Parisiens après le match (photo L’Equipe)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3634/60793/match/Marseille-Paris-2-4/Marseille-Paris-2-4)

Thiago Silva soulève la 10ème Coupe de France du club! (Ch. Gavelle)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3634/60793/match/Marseille-Paris-2-4/Marseille-Paris-2-4)

Scène de joie presque banale… (Ch. Gavelle)

Les Ultras parisiens au Stade de France (photo L'Equipe)

Les Ultras parisiens au Stade de France (photo L’Equipe)


Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

un monde d’écart

En finale de la Coupe de France, le PSG a battu logiquement 4-2 malgré des absents surprises (Motta et Pastore). Après une première mi-temps équilibrée, le PSG a fait exploser l’OM grâce à ses cadres Ibrahimovic, Cavani et Matuidi. Le PSG rejoint l’OM au palmarès de la Coupe avec 10 trophées.

Le match :

Après 30 secondes de jeu, Barrada tente sa chance de plus de 25m et envoie un missile du droit qui frôle le montant de Sirigu, un peu surpris (1e). Le PSG répond par un contre supersonique : Ibra se bat entre Rekik et Nkiulou, récupère et sert Matuidi dans la surface qui tire fort. Mandanda capte cette frappe trop sur lui mais c’était chaud côté olympien (1e). C’est finalement l’action suivante qui permet à Paris d’ouvrir le score : Di Maria est servi côté droit et envoie un centre fabuleux de l’extérieur du pied gauche que Matuidi coupe aux 6m pour ouvrir le score (0-1, 2e)

Paris semble bien parti et on voit par exemple Ibra s’amuser dans la surface avant de frapper, malheureusement contré (5e). Problème le PSG s’endort légèrement et Marseille revient dans le jeu : Thauvin est servi à 25m légèrement désaxé côté droit, il repique sur son pied gauche et frappe de l’entrée de la surface. Sirigu est trompé par un très léger contre et l’OM égalise déjà (1-1, 12e).

La partie se rééquilibre ensuite et les occasions deviennent plus rares, même si M. Turpin est très gentil avec les Marseillais quand Mendy découpe Aurier alors que le Parisien allait entrer dans la surface (16e). Côté olympien, on se montre par moments : Fletcher est repoussé par Silva devant la surface mais cela revient sur Thauvin qui frappe puissamment au-dessus (20e). Petit à petit, le PSG se remet en place dans le jeu, notamment parce que les offensifs décrochent pour organiser mais les occasions sont rares et le jeu est majoritairement au milieu du terrain.

Sans être glorieux (vraiment pas), Paris va mieux finir la mi-temps, notamment après la demi-heure de jeu et un centre de Thauvin que Fletcher dévie sur lequel Sirigu est vigilant. Le PSG approche de la surface adverse et un coup-franc raté par Di Maria navigue dans la surface marseillaise. Cela finit sur Cavani qui frappe fort de près mais c’est dévié en corner. Sur celui-ci, Ibra est trouvé après une déviation au second poteau mais Thauvin repousse de la main sur la ligne, sans que cela n’émeuve l’arbitre (34e).

La mi-temps se finit par deux frappes de loin d’Ibra et de Rabiot mais Mandanda ne craint pas grand chose : la première est trop axiale (38e) quand la seconde s’envole littéralement (41e). A la pause, le score nul est logique entre une équipe présente dans l’esprit (l’OM) et une qui a su marquer d’entrée (le PSG).

Il ne faut que 20 secondes pour faire la décision en début de seconde période. Rabiot déborde côté droit et centre mais c’est trop long. Di Maria récupère et sert Matuidi dans la surface. Le milieu s’enfonce et est déséqulibré de façon maladroite par Nkoulou. M. Turpin, très gentil avec les Olympiens en première période n’hésite pas et siffle le penalty. Ibrahimovic se charge de transformer la sanction (1-2, 47e).

Sur l’engagement, ou presque, Maxwell repousse mal un centre et Thauvin récupère en angle fermé, il frappe fort mais c’est hors cadre (49e). Marseille fait encore mal sur un contre mais Stambouli offre un retour salvateur sur un attaquant olympien dans la surface. Paris se dégage toutefois mal et cela revient sur Fletcher qui frappe en pivot sur le centre en retrait. Barrada touche la reprise mais ne dévie pas assez et la balle file à côté du poteau (51e). Après ces deux alertes, le PSG prend le match en main et fait vaciller l’OM à chaque accélération. Rabiot arrache finalement un ballon dans les pieds d’Isla à 35m du but de l’OM. Il transmet à Di Maria qui trouve Zlatan devant lui. Le Suédois décale parfaitement Cavani dans la surface qui crucifie Mandanda de près (1-3, 57e).

Marseille s’effondre suite à ce but et Passi est obligé d’activer ses changements alors que son équipe accuse le coup moralement. Cabella remplace un Fletcher volontaire mais limité et l’OM tente de repartir de l’avant, avec notamment une frappe contrée dans la surface (65e). Les Olympiens se battent avec l’énergie du désespoir mais Paris ne souffre pas vraiment et Sirigu capte tranquillement le centre de Mendy (74e). Sur un contre mené à grande vitesse par Di Maria, Mandanda touche légèrement Zlatan dans la surface mais l’arbitre ne dit rien, peut-être par pitié (77e). De la pitié, Ibra n’en aura pas quand Matuidi le lance au but sur un contre ultra rapide. Il s’avance et aligne Mandanda (1-4, 82e).

Paris a gagné le match, ce qu’il savait déjà, mais l’OM va pourtant réduire le score après une nouvelle occasion. Nkoudou frappe fort et Sirigu repousse comme il peut. Batshuayi est le plus prompt à reprendre et marque dans le but vide (2-4, 87e). Marseille est récompensé pour ses efforts de la seconde période tandis que le PSG paye son attentisme et Nkoudou est tout proche de ramener encore son équipe à la 91e d’une frappe enroulée. Juste avant, Zlatan Ibrahimovic venait de sortir du terrain avec le maillot du PSG pour la dernière fois, remplacé par Kurzawa… Lucas frôle le 5ème but en toute fin de match quand, sur un contre, il dribble le goal et tire à côté de façon incroyable.

Le PSG gagne finalement sa 10ème Coupe de France grâce à une deuxième mi-temps accomplie, notamment de la part de ses cadres.

Réactions :

Laurent Blanc :

Le match contre l’OM :
«Je suis heureux pour mes joueurs, le club et les supporters. Cette finale était importante, comme celle de l’année dernière, mais elle avait un peu plus de piment parce que l’adversaire s’appelait Marseille. On a fait une meilleure deuxième mi-temps que la première. On s’est remis en question, on a été plus agressifs et techniquement meilleurs. Il fallait user cette équipe marseillaise venue avec de très bonnes intentions. Elle nous a gênés avant la pause dans l’élaboration du jeu mais on a été plus fort ensuite. Félicitations à mes joueurs ! Bravo à eux ! Qu’ils se reposent quand même un petit peu.»

Motta et Pastore absents :
«Ils se sont blessés tous les deux au mollet, la veille du match. C’est l’année du mollet (il sourit). Comme quoi, cette année, dans ce domaine-là, rien n’a été facile. Rien ne nous a été épargné. J’ai perdu quasiment 20% de mon équipe hier, en perdant deux joueurs.»

Le bilan de la saison :
«Elle a été compliquée pour diverses raisons. Je vais essayer de l’analyser dès la semaine prochaine, le plus justement possible. On aurait pu régler certaines choses avant le début de saison. Ça va qu’il y a eu du professionnalisme de la part du staff. Je pense que ça a été une saison usante mais on ne s’est pas relâché. On a eu des déceptions, des moments chauds qu’il a fallu surmonter mais on a toujours préservé l’unité du groupe. Il faudra s’appuyer sur ça la semaine prochaine même si on prend une autre direction.»

Un deuxième quadruplé consécutif :
«J’avais dit que ce serait difficile de faire la même saison que la dernière. On ne se gargarise pas non plus. Il faut être conscient qu’en Europe, on n’est pas arrivé à notre objectif. Il faut donc se poser les bonnes questions. Il y a une analyse profonde à faire de la saison mais tous les titres sont remportés au niveau national, avec une différence énorme et de nombreux records. A Paris, on ne peut pas se contenter de ça, il faut être présent en Europe. On est allés dans les 8 meilleures équipes européennes mais il faut aussi être conscient que les difficultés seront importantes pour rallier les quatre meilleurs du continent. Il va falloir bien travailler, bien analyser les choses, mais il y a des grands grands clubs dans les 4.»

Thiago Silva :

Encore un trophée :
«On a fait une bonne saison, on a fini comme l’an dernier même si le premier objectif était la Ligue des Champions. Nous n’avons pas réussi cette année mais finir la saison comme ça avec un titre important contre Marseille, c’est important. On ne va jamais oublier ce moment-là, il restera dans nos têtes. »

Un match parfois pas trop maîtrisé :
«On a eu des moments difficiles mais le staff technique a été important parce que même quand Marseille a égalisé, le coach a demandé de continuer à jouer. C’est un match pour le coach aussi. Si tu commences à dégager le ballon, c’est difficile et le coach demande toujours de jouer. Le staff technique a été très bien aujourd’hui et la 2ème mi-temps a été mieux concrétisée.»

Zlatan sur le départ :
« Quand tu perds un ami comme Ibra, c’est difficile pour recommencer, surtout Ibra qui était venu ici pour gagner. Au début, il a été incroyable et jusqu’au dernier moment, il a marqué deux fois. On ne va jamais oublier tout ce qu’il a fait pour cette équipe et ce groupe. Il va rester dans la tête comme le titre d’aujourd’hui. Ibra, c’est toujours incroyable. »

Un nom pour remplacer Ibra ?
«Il y en a beaucoup (il rigole). Il y a beaucoup de joueurs qui vont venir ici jouer avec le maillot du PSG mais ce n’est pas moi qui décide. On va essayer de bien regarder, si le président demande, pour prendre un joueur de la même qualité qu’Ibra et qui pourra être décisif comme il l’a été aujourd’hui.»

Zlatan Ibrahimovic :

Son sentiment :
«Je suis très heureux. C’était mon dernier match avec l’équipe, une équipe fantastique. C’est un groupe spécial. Après quatre ans à travailler dur, finir avec un trophée… Enfin, pas un, nous en avons gagnés 12 au total. Cela a été une aventure fantastique pour moi. Nous étions là depuis le début et nous savons ce que nous avons transféré. Nous savons comment c’était au début et comment c’est aujourd’hui. Je peux juste dire : mission accomplie. »

Sa saison
« Nous avons gagné 4 trophées l’an dernier, 4 encore cette année. Ce n’est pas facile à faire. J’ai apprécié, j’ai profité de ces moments et ce groupe me manquera.»

Ce qu’il va garder de Paris :
«Tout l’amour que j’ai reçu des supporters. Lors de mon dernier match, j’ai reçu énormément de la part des gens autour du club. C’était vraiment incroyable pour mon dernier match au Parc des Princes. Ils m’ont montré qu’ils étaient heureux que je sois là et j’étais heureux d’être ici. Quand je suis arrivé, j’avais annoncé que je prendrai soin de tout le monde et c’est ce que j’ai fait. »


Le stade :

Le Stade de France

Le Stade de France


Suivez-moi

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic
Suivez-moi

Les derniers articles par Loic (tout voir)