Sélectionner une page

Naples – PSG 1-1, 06/11/18, Ligue des Champions 18-19

Mardi 12.09.2018, Ligue des Champions, 4ème journée (3ème place) à Naples à stade San-Paolo :
S.S.C. NAPLES (Ita.) – PARIS ST-GERMAIN F.C. 1:1 (0:1)
– 55 489 spectateurs. Buts : Juan Bernat, 45’+2′ ; Insigne, 62′ sur penalty. Arbitre : M. Kuipers.
L’équipe du PSG : Gianluigi Buffon – Thilo Kehrer (Eric-Maxim Choupo-Moting, 92′), Thiago Silva, Marcos Marquinhos – Juan Bernat, Julian Draxler, Marco Verratti, Thomas Meunier (Presnel Kimpembé, 73′) – Neymar, Kylian Mbappé, Angel Di Maria (Edinson Cavani, 77′). Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe de Naples : Ospina – Maksimovic (Hysaj, 76′), Albiol, Koulibaly, Mario Rui – Callejon, Allan, Hamsik, Fabian Ruiz (Zielinski, 71′) – Insigne, Mertens (Ounas, 83′). Entraîneur : Ancelotti.
Avertissements : Kylian Mbappé, 29′, Thilo Kehrer, 32′, Fabian Ruiz, 45’+3′, Marco Verratti, 89′, Neymar, 90’+1′.


Maillot utilisé :

Maillot 2018-19 version Ligue des Champions


Photos du match :

Le onze du Paris-SG avant le coup d’envoi

Thilo Kehrer (Made in Parisiens)

La joie des Parisiens après le but de Juan Bernat (Made in Parisiens)

Kylian Mbappé ne trouvera pas le chemin des filets (Made in Parisiens)

Marco Verratti (Made in Parisiens)

La parcage parisien (CulturePSG)


Vidéo (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

entre satisfaction et frustration

Le PSG se déplaçait ce mardi soir à Naples pour affronter le Napoli à l’occasion de la quatrième journée de la phase de poules de la Ligue des Champions et les Parisiens repartent avec le point du match nul, de façon plus ou moins logique. Bernat avait ouvert le score juste avant la pause mais Napoli a su égaliser à l’issue d’un énorme temps fort. Le match nul est logique mais le scénario et la physionomie du match donneront probablement des regrets aux Parisiens.

Le match :

C’est parti à Naples et un round d’observation se met en place (3e). La première occasion est pour Paris avec Neymar qui fixe et sert Verratti en retrait dont la frappe est repoussée en corner (5e). Paris est toutefois bien dans le match et fait tourner pour trouver la faille mais les deux équipes semblent un peu se craindre en ce début de match (10e). Le PSG prend son temps pour construire et Meunier est trouvé dans la surface mais son centre est dévié et capté (12e). Alors que le Napoli commence à se montrer, Paris déroule côté droit et Neymar donne à Meunier dans la surface mais le Belge tente une passe complètement ratée pour le Brésilien au lieu de frapper (16e) ! Neymar semble dans un grand jour et s’offre une percée folle mais il est repoussé en corner au dernier moment (18e). Il fait de même sur le corner mais le centre est au-dessus.

Après 20 minutes, Paris est dominant mais Naples bien en place et peu en danger. Les Napolitains sortent enfin et Callejon tente un centre-tir qui manque d’effet et est donc hors-cadre (22e). La réponse est un superbe ballon de Neymar pour Mbappé en profondeur que le François reprend de volée du gauche de peu au-dessus (23e). Le Napoli a aussi un bon coup-franc indirect mais la reprise de Mertens est à côté (24e). Alors que Mbappé se rate dans un duel un contre un face à l’immense Koulibaly, il écope même dans la foulée du premier avertissement (29e). Kehrer l’imite dans la foulée quand il découpe Callejon (32e). Alors que la partie se tend, Meunier envoie un centre bien dangereux mais Koulibaly est devant Mbappé pour couper. Di Maria le tente directement, forçant le goal à assurer (36e). Le corner suivant aboutit à une frappe de loin de Di Maria, trop sur Ospina (37e).

Alors que Naples peine franchement à s’approcher du but parisien, c’est Verratti qui fait une faute évitable et offre un bon coup-franc plein axe au Napoli, finalement repoussé par la tête de Thiago Silva en corner (40e). Le Napoli s’offre une belle occasion avec Insigne qui enchaîne contrôle en pivot et frappe, heureusement déviée en corner par Silva et ne donnant rien (45e). C’est juste avant la pause que Paris ouvre le score : Neymar trouve Mbappé sur le côté gauche de la surface, il patiente, travaille et trouve Bernat qui arrive lancé, contrôle du droit et marque du même pied en tombant (0-1, 45e+2) !

Paris mène logiquement à la pause, les Parisiens ayant globalement dominé la partie et aucun changement n’a lieu à la pause. C’est Mbappé qui provoque la première banderille avec une accélération irrégulièrement stoppée mais le coup-franc offert à Neymar en belle position est repoussé par le mur (48e). La seconde incursion est aussi parisienne et Meunier voit Mario Rui repousse son centre dans la surface adverse sans que l’arbitre ne siffle la main qui contre (49e). Naples accélère et Maksimovic part dans le dos de Bernat avant de servir Mertens qui frappe son contrôle mais Buffon repousse en corner (51e). L’Italien est encore superbe sur un petit lob de Mertens dans la surface qu’il claque en corner (52e).

La rencontre devient folle avec un contre parisien coupé de peu puis la réponse de Naples : Callejon est démarqué dans la surface et frappe mais Kehrer contre du bout du pied en corner (54e). Naples étouffe le PSG et Buffon repousse au second poteau, Thiago Silva est ensuite là pour repousser devant la ligne en corner (54e) ! L’arbitre est aussi très gentil sur une contre-attaque avec Maksimovic qui retient Neymar sur 10m sans aucune faute accordée (57e) ! La partie est folle comme jamais et Buffon repousse une nouvelle tentative à bout portant de Meunier proche du contre-son-camp (57e).

Paris parvient enfin à mettre le pied sur le ballon et Bernat donne un centre parfait à Neymar dont la tête décroisée manque de puissance et est captée (59e). Alors que le PSG va mieux c’est une énorme erreur qui relance Naples : Thiago Silva loupe un contrôle sur un ballon évident, Callejon surgit et passe entre le capitaine et Buffon qui le percutent. Penalty indiscutable même si Callejon est hors-jeu départ de l’action (61e)… Insigne s’élance et trompe Buffon d’une frappe croisée imparable (1-1, 62e). Dur de ne pas avouer que c’est mérité vu le début de seconde période.

Le PSG se relève plutôt bien de ce but et repart de l’avant avec notamment un bon centre de Bernat repoussé au second poteau devant Meunier (68e). Alors que Zielinski remplace Fabian Ruiz, Bernat est aussi légèrement touché dans la surface mais rien n’est donné à l’Espagnol alors qu’un penalty aurait largement pu être offert (72e). Le coaching commence et Kimpembe remplace Meunier, Kehrer passant alors milieu droit (73e). Tuchel abat une de ses cartes avec Cavani remplaçant Di Maria, Mbappé passant côté droit (77e). A l’entame des dix dernières minutes, la partie est plus qu’indécise et toujours aussi intense. Un temps de pause apparaît quand Mertens se blesse tout seul et reste au sol (82e). Le Belge est finalement remplacé par Ounas (83e).

Le match reprend et Paris construit patiemment une action parfaite avec Mbappé qui décale Kehrer. L’Allemand s’avance et donne un ballon parfait à Mbappé mais le Français voit sa reprise passer juste à côté du poteau (85e). Alors que Neymar est encore une fois retenu par le maillot sans que l’arbitre ne dise rien, ce dernier donne bien vite un coup-franc intéressant au Napoli mais Thiago Silva dégage bien (88e). Neymar est énervé mais c’est tout le PSG qui tente d’arracher la victoire et pousse mais le Napoli tient bon et repousse (93e). La partie se termine sur ce match nul de très belle tenue mais qui n’arrange finalement aucune des deux équipes.

Réactions :

Thomas Tuchel :

Le match et les 20 minutes difficiles du PSG après la pause :
«D’un côté, je pense que c’est un peu normal car Naples a fait beaucoup de pressing, et avec beaucoup de qualités, ils ont joué avec beaucoup de risques offensivement. On doit accepter que c’est difficile de défendre. Mais d’un autre côté, on a manqué de courage pour fermer les espaces plus haut, on a défendu un peu trop bas et c’est difficile comme ça de défendre face à toutes les attaques. On a concédé beaucoup de corners. On a aussi eu des occasions pour faire des contre-attaques mais malheureusement on a manqué un peu de certaines choses, d’efficacité. Après ça, on a concédé un penalty sur une situation qui n’était pas dangereuse. J’ai entendu qu’il y avait hors-jeu et il y a en pls une situation avec Bernat où il y a clairement penalty. C’est nécessaire qu’à ce niveau, dans un match très fermé avec deux équipes très proches, d’avoir un peu de chance pour gagner. En seconde mi-temps, c’était difficile pour nous de jouer avec structure, de contrôler le match dans le camp adverse. C’est un peu dur d’accepter le résultat mais on doit le faire et continuer. »

Satisfait du match de son équipe ?
«Pendant un long moment, j’ai vu un bon PSG et une équipe. C’était notre défi aujourd’hui de montrer nos qualités et de montrer notre mentalité. C’était clair avant le match, montrer à tout le monde qu’on est capable de faire ça, que nous sommes prêts pour un challenge comme ça. Malheureusement, on manque aussi un peu de chance car la deuxième mi-temps au Parc des Princes était aussi un bon match mais il a été possible de marquer un but sur une frappe pour le Napoli et ce n’était pas comme ça aujourd’hui.»

La situation du PSG dans la poule :
«Ce n’était pas possible de gagner contre Naples mais le groupe est très serré et c’est super difficile. La bonne chose, c’est qu’on est responsable de nous-mêmes. Il reste deux matches, c’est possible de les gagner. Dur mais possible. C’est sûr que si on le fait, on peut aller en huitièmes. C’est le défi mais on peut voir que c’est un groupe très serré.»

Le match :
«Nous avons fait une bonne première mi-temps. Au début, c’était un peu nerveux, cela manquait de courage mais, après 15 minutes, nous avons joué avec courage, avec qualité et avec beaucoup de structure. Nous avons eu beaucoup d’occasions, beaucoup de contacts dans la surface de Naples et on a manqué d’un peu de choses, d’être décisif, avant le but. Car on a eu des situations dangereuses. Après la pause, on était trop bas et on a subi beaucoup de pression de Naples mais il n’avait pas marqué.»

Le chemin à suivre pour gagner ?
«Oui, je pense que c’est la bonne voie. Mais c’est absolument nécessaire que, dans les situations difficiles comme durant les 15 à 20 premières minutes de la seconde mi-temps, l’on s’améliore, que l’on montre de la personnalité et notre qualité dans les espaces fermés. C’est comme ça que tu peux calmer les choses si tu prends le ballon et le protèges. C’était un peu trop ouvert pour moi et nous avons joué trop dans l’axe et pas assez utilisé les latéraux gauche et droit comme en première mi-temps. Mais j’accepte ça même si je pense qu’il était possible de marquer un ou deux buts en première mi-temps et d’être plus décisifs. On doit s’améliorer mais c’était un pas en avant et j’espère qu’on pourra continuer.»

Nasser Al-Khelaïfi :

Heureux malgré le nul ?
« Honnêtement, on est venu ici pour gagner ce match mais on repart malheureusement avec le match nul, ce qui est pas mal. On est encore là, on va jouer les deux prochains matches pour les gagner, soit six points, et se qualifier à coup sûr.»

La VAR en Ligue des Champions :
«J’ai vu les images après le match, c’est sûr qu’il y avait hors-jeu (de Callejon) sur le but de Naples et il y avait penalty pour nous sur Bernat. Normalement, c’est 2-0 le résultat mais on va accepter. On a vraiment besoin de la VAR le plus rapidement possible en Champions League. Ce n’est plus possible pour les clubs et la compétition. On a perdu deux points sur deux erreurs de l’arbitre. J’espère la VAR dès janvier car on en a besoin. Aujourd’hui, cela le prouve.»

Le PSG maître de son destin :
« On joue contre Liverpool chez nous, ce sera un grand match puis un très important aussi face à l’Etoile Rouge mais on veut vraiment se concentrer sur Liverpool.»

Satisfait de l’évolution de l’équipe ?
« Le coach fait un très bon travail, je suis très content de ce qu’il fait et on n’a pas eu de chance ce soir mais ils ont tout donné. Je suis très content du coach, de son travail, du staff et des joueurs. On a fait ce qu’ou voulait faire et on ne peut pas changer le résultat.»


Le stade :

Le stade San-Paolo


Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)