Sélectionner une page

Pontivy – PSG 0-4, 06/01/19, Coupe de France 18-19

Dimanche 06.01.2019, Coupe de France, 1/32ème de finale à Lorient au stade Yves-Allainmat :
G.S.I. PONTIVY (N3) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0:4 (0:1)
– 14 201 spectateurs. Buts : Julé, 24′ contre son camp ; Neymar, 70′, Kylian Mbappé, 76′ sur penalty, Julian Draxler, 87′. Arbitre : M. Lavis.
L’équipe du PSG : Alphonse Areola – Thomas Meunier, Thilo Kehrer, Thiago Silva (Juan Bernat, 80′), Stanley N’Soki, Layvin Kurzawa (Kevin Rimane, 63′) – Daniel Alves, Julian Draxler, Neymar – Christopher Nkunku (Moussa Diaby, 62′), Kylian Mbappé. Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe de Pontivy : Daoudou – Kerjean, Guével, Paillot – Dahyot (Le Nouen, 60′), Péru, Person, Julé (Ayivi, 64′), Le Cunff – Jégu, Pierre-Charles. Entraineur : Blanchard.
Avertissements : Péru, 31′, Kurzawa, 32′, Neymar, 52′, N’Soki, 74′, Bernat, 83′.


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot domicile 2018-19


Photos du match :

Kylian Mbappé, auteur d’un match en demi-teinte (Made in Parisiens)

Le grand retour de Layvin Kurzawa (Made in Parisiens)

Kylian Mbappé transforme le penalty qu’il a provoqué (PSG.fr)

Neymar balle au pied (PSG.fr)

Les Parisiens célèbrent l’un des buts du soir (Made in Parisiens)

Le parcage parisien (PSG.fr)


Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris sans pitié pour sa rentrée

Le PSG affrontait le GSI Pontivy ce dimanche à l’occasion des 32e de finale de Coupe de France et les Parisiens se sont imposés 4-0, creusant l’écart après la pause par Neymar, Mbappé et Draxler après avoir ouvert le score en première période sur un but contre-son-camp. Le PSG a fait le métier pour sa première rencontre de 2019.

Le match :

Paris a donné le coup d’envoi et joue finalement en 3-5-2 et Pontivy fait le premier tir du match avec une tentative de Pierre-Charles de très loin (1e). Paris répond avec un centre de Neymar que MBappé reprend de la tête, hors du cadre (2e). La première tentative cadrée est pour Neymar qui frappe un bon coup-franc mais le goal est bien placé (4e). Le gardien est aussi très bien placé sur un bon ballon de Neymar pour Mbappé (6e). La GSI est aussi dangereuse sur un corner dévié que N’Soki repousse dans les 6m (7e). Le match est très ouvert et le ballon arrive sur Alves aux 16m qui frappe de volée et force le gardien à un bel arrêt (7e). Une bonne tête de Nkunku est aussi trop haute sur corner (10e).

Pontivy joue aussi crânement sa chance et sollicite Areola de loin, captant tranquillement (11e). Daoudou dans les buts adverses est aussi très sollicité mais il est propre devant les centres de Meunier (14e). Neymar fait aussi un joli numéro de soliste mais Nkunku ralentit trop la fin de l’action (17e). Le goal de Pontivy est encore présent sur une bonne frappe de Mbappé en angle fermé (19e). Alors que Paris commençait à se casser les dents, le PSG ouvre le score sur un coup de chance : long ballon de Neymar et Julé marque contre-son-camp en ratant son dégagement (0-1, 24e). Sur l’engagement, c’est pourtant Pontivy qui se montre dangereux avec Pierre-Charles qui se retrouve en bonne position mais il rate sa frappe devant Areola (25e).

Paris pense doubler la mise sur un coup-franc de Neymar repoussé par le poteau et repris par Nkunku dans le but mais Kehrer a touché le ballon sur la frappe au départ et le but est refusé pour un hors-jeu bien réel (29e). Le même Nkunku se met en évidence sur un coup-franc repoussé mais sa demi-volée est déviée en corner (31e). Le PSG est bien en place et Draxler donne un ballon superbe à Meunier qui centre instantanément pour Mbappé mais le Français rate un peu sa reprise (35e). Pontivy souffre en cette fin de mi-temps et Mbappé marque mais il est hors-jeu, de peu (42e). Kurzawa offre aussi une belle occasion à l’adversaire mais la frappe est captée par Areola (43e). Le Français est aussi impeccable sur un corner adverse tiré dans les 6m et Mbappé une nouvelle pris hors-jeu sur un ballon de Neymar (45e). A la pause, il n’y a donc que 1-0, un score logique.

Le match repart sans changement et Nkunku est vite hors-jeu sur un bon contre (46e). Après un bon centre de Kurzawa bien capté, c’est une autre action plus douteuse qui a lieu avec une sortie complètement ratée de Daoudou sur Mbappé mais l’arbitre ne siffle pas le penalty qui s’imposait (48e). Le PSG est plutôt bien rentré dans la seconde mi-temps, malgré un avertissement reçu par Neymar, mais les occasions tardent à arriver (54e). Dans un match où les individualités tentent à tour de rôle, c’est Neymar qui s’amuse et sollicite le portier, solide pour détourner (58e). Paris bute sur la défense adverse et Tuchel fait 2 changements dès l’heure de jeu avec les sorties de Nkunku et Kurzawa pour Diaby et Rimane, Paris passant à quatre derrière (63e).

La physionomie de la partie reste la même avec un PSG qui pousse sans vraiment pousser et un Neymar qui butte sur la défense. Diaby sert aussi Draxler qui frappe mais Daoudou repousse encore en corner (68e). C’est le duo Neymar/Diaby qui fait finalement le break pour le PSG avec un double une-deux côté gauche conclu par le Brésilien sur une balle passe en retrait (0-2, 70e).

Les amateurs souffrent désormais physiquement malgré un bon coup-franc obtenu par Ayivi mais Areola capte dans les airs (75e). C’est Mbappé qui se met en évidence sur une grosse percée et trouve Alves en très bonne position mais c’est repoussé en corner. Sur l’action suivante, Mbappé perce encore et provoque un penalty (76e). Il se fait justice lui-même d’un contre-pied assuré (0-3, 77e).

Tuchel sait qu’il a match gagné et fait sortir son capitaine pour les 10 dernières minutes, Thiago Silva donnant le brassard à Areola (80e) ! Paris déroule désormais et Meunier provoque un nouveau corner face à des Bretons épuisés et en souffrance mais cela ne donne rien (82e). A peine entré, Bernat se signale d’ailleurs par un gros tacle qui lui vaut un avertissement bien mérité (83e). Paris marque finalement un 4e but sur une action limpide avec Neymar trouvé plein axe par Rimane qui accélère sur 30m et décale Draxler qui trompe le gardien d’un petit ballon piqué impeccable (0-4, 87e).

Ce sera finalement la dernière action d’un action d’un match bien géré par les Parisiens, sérieux et appliqués de bout en bout face à une équipe amateur qui a fait ce qu’elle a pu.

Les réactions (CulturePSG) :

Thomas Tuchel :

Le match :
«C’est bien mais c’est toujours un peu difficile de préparer ce match parce qu’on n’a pas d’images de l’adversaire. Et pour eux, c’est le plus grand match de la saison donc c’est toujours un peu compliqué. On n’a eu que deux entraînements donc c’était le troisième jour. Pour ça, on a bien commencé, on a été sérieux et on gagné de façon méritée. Pas de joueurs sont blessés. C’est top.»

Un PSG pas très huilé collectivement :
«C’est normal et ce n’est pas toujours facile pour les joueurs de jouer avec motivation car ils sont arrivés ici aujourd’hui et on a eu des vacances qui étaient aussi nécessaires. C’était le troisième jour et je suis content. On peut jouer mieux, c’est très clair, mais ce n’était pas nécessaire aujourd’hui et, pour cette raison, c’est un bon début d’année.»

Un premier but arrivé assez rapidement :
«Oui et c’est toujours l’objectif de marquer très vite (rire). L’objectif était aussi de jouer un peu plus simple, de ne pas perdre trop de ballons et nous avons perdu un peu trop de ballons. Et pour ça, c’était un bon entraînement car on a fait beaucoup de courses défensives. (Eurosport lui montre le deuxième but avec Diaby qui sert Neymar et Tuchel enchaîne) Moussa a eu un rôle décisif encore et c’est bien pour nous, c’est important.»

Des difficultés parfois constatées en attaque :
«On a aussi un peu manqué de discipline sur les positions, c’était aussi possible d’attaquer sur les côtés avec trois joueurs : Kurzawa, Neymar et Mbappé sur le côté et Alves, Meunier et Nkunku de l’autre côté. Mais les attaquants ne sont pas restés longtemps sur leurs positions, ils voulaient toucher le ballon, c’est comme ça. C’est toujours comme ça à la reprise et nous ne sommes pas trop stricts aujourd’hui.

Le programme pour la suite :
«Mercredi contre Guingamp puis samedi à Amiens. Ensuite, nous avons une semaine à Doha pour s’entraîner et c’est très important. Après, on a 17 matches, un tous les trois jours, et cela va être très très dur.»

Alphonse Aréola :

Capitaine pour la fin du match :
«Oui, c’est Thiago qui m’a appelé, je me retournais vers le but, ça m’a un peu surpris et fait plaisir en même temps. C’est un beau signe de confiance.»

Un match gagné sur la durée :
«C’est vrai que ça n’a pas été évident aujourd’hui, le terrain était un peu sec mais ce n’est pas une excuse car c’est pour les deux équipes. C’était le premier match de l’année, il fallait se remettre dans le rythme et il faut continuer à l’aller de l’avant et avancer pour être de plus en plus fort. »

Comment on vit ce genre de rencontre :
«Je n’ai pas eu grand chose à faire mais sur le peu de choses que j’avais, il fallait être concentré. Sur les matches comme ça, il faut vraiment être concentré du début jusqu’à la fin. On l’a vu, j’ai eu deux sorties aériennes dans le match, il fallait être présent et c’est mon travail.»

La grosse occasion de Pontivy juste après l’ouverture du score du PSG :
«Je m’attends à une grosse frappe donc je me mets de suite sur mes appuis et, au final, je ne sais pas, peut-être qu’il a voulu faire une petite passe sur le côté, je n’ai pas revu les images. (On lui dit que l’attaquant se rate en fait et il complète) Avec la balle qui arrivait pile sur son pied droit, je m’attendais à une grosse frappe de sa part.»

Son avis sur l’équipe de Pontivy :
«Elle nous a donné du fil à retordre, ils ont été bons, ils n’ont pas été inhibés par l’enjeu ni par nous, c’est bien pour eux, il faut qu’il continue.»

Une Coupe de France pas négligée :
«Il ne faut pas négliger les compétitions, on joue à fond et on espère rapporter le plus de titres au club.»

Un premier match très rapide après la reprise, pas trop dur ?
«On a repris rapidement mais on a eu un programme individuel à respecter donc il fallait faire le boulot pour être prêt aujourd’hui. Je pense que tout le monde a fait ce programme (sourire), surtout qu’on a eu un peu plus de jours de repos donc il ne fallait pas couper net.»

Sa saison jusque-là, sans n°1 défini :
«C’est nouveau, oui, parce que c’est vraiment un partage équitable du temps de jeu. Cela se passe super bien, je vais répéter ce que je dis à chaque fois : avec Gigi, on avance ensemble et on essaye de faire le maximum pour le club. Moi, à côté de mon idole, je profite clairement un max et j’essaye de grandir encore plus.»

Ce qui l’impressionne le plus chez Buffon :
«C’est un monsieur qui est très humble, qui n’impose pas ses choix. A l’entraînement, on fait les exercices et il ne va pas t’imposer la chose, je vais lui demander si c’est bien, s’il y a des choses à modifier ou pas et il va te l’expliquer humblement, c’est ce qui fait qu’il est un grand monsieur. (Eurosport lui montre Buffon disant des mots très gentils sur lui et Areola commente) Cela fait plaisir, ça rejoint exactement ce que je vous ai dit, c’est à moi de grandir à ses côtés.»

 


Le stade :

Le stade Yves-Allainmat, dit du Moustoir


Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)