Sélectionner une page

PSG – Angoulême 3-2, 09/09/73, Division 2 73-74

Othniel Dossevi balle au pied

Dimanche 09.09.1973, Championnat de France, Division 2, Groupe B, 4e journée (1re place) à Saint-Germain, au Stade Georges-Lefèvre :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – A.S. ANGOULÊME  3:2 (2:0)
– 2 191 spectateurs. Buts : Jean-Pierre Dogliani, 12′, Jean-Louis Brost, 30′ ; Christian André, 57′, Kérvarec, 78′, Bečirbašić, 87′. Arbitre : M. Cauchy.
L’équipe du PSG : Camille Choquier – Éric Renaut, Jacky Bade, Jean-Louis Léonetti, Louis Cardiet – Bernard Dumot, Jean Deloffre, Jean-Pierre Dogliani – Jean-Louis Brost, Christian André, Othniel Dossevi. Entraîneurs : Just Fontaine et Robert Vicot.
L’équipe d’Angoulême : Palma – Baly, Desremeaux, Buffat, Chaffard – Marchetti, Latour – Baptiste, Kervarrec, Becirbasic, Verdonk (Tejedor, 27′). Entraîneur : Goujon.


Maillot utilisé (en version été, à manches courtes et col échancré) :

Maillot domicile 1972-73

Maillot domicile 1972-73


Programme :


Photos du match :

Jacky Bade face à l'Angoumoisin Kervarec

Jacky Bade face à l’Angoumoisin Kervarrec

Louis Cardiet

Louis Cardiet devance Marchetti

Camille Choquier sort sur le Yougoslave d'Angoulême Becirbasic

Camille Choquier sort sur le Yougoslave d’Angoulême Becirbasic sous les yeux de Jean-Louis Brost et Tejedor

Othniel Dossevi balle au pied

Othniel Dossevi balle au pied face à Desremeaux

Sur le banc, Robert Vicot en discussion avec Just Fontaine, tandis que Daniel Hechter allume sa cigarette…


Compte-rendu :

[Premier avec trois victoire en trois matchs, le Paris-SG accueille au Camp des Loges l’AS Angoulême, au bilan parfaitement équilibré (une victoire, un nul et une défaite). Et le scénario du match va être conforme à la forme du moment des protagonistes : Jean-Pierre Dogliani , servi par Jean-Louis Brost, ouvre le score dans le premier quart d’heure, avant que le passeur ne se mue en buteur à la demi-heure. Le troisième but, synonyme d’un point de bonus, sera marqué par Christian André. Les parisiens se relâcheront en fin de match, encaissant deux buts, finalement sans conséquence…

 

Presse (merci à Stéphane Grandvalet) :

Le bon tour de Paris-S.-G.

Pour la formation de Paris Saint-Germain vaincre Angoulême représentait au minimum une marge de deux points d’avance sur ses principaux rivaux, à savoir Toulouse et le Red Star.

Cette victoire, c’est encore et toujours, avec le bonus qu’ils l’ont acquise et, par là même confirmé et consolidé leur place de leader au-delà de toute espérance. Mais il y a quelque chose de cassé dans cette équipe sans qu’on puisse vraiment déceler la faille. Il est anormal que la formation sangermanoise n’ait pu maîtriser le jeu en fin de seconde mi-temps alors qu’elle menait par 2-0.

Les Sangermanois opérèrent par des attaques tranchantes et dangereuses en élaborant un jeu constructif qui fut sanctionné fort logiquement par un premier but de Dogliani (12e) Brost et André récidivant (30e) pour le premier nommé et 57e pour le second. Donc, en cette première mi-temps Paris Saint-Germain pratiquait un football basé sur des accélérations de jeu, sur la précision des passes, la permutation et les jaillissements des avants ainsi que l’habileté des arrières permettant de malmener une formation angoumoisine intelligemment et avec beaucoup d à-propos, mais qui ne put jamais assurer sa dernière passe. Bode, Renaut et Cardiet en défense faisant preuve d’une constante vigilance, notamment les deux premiers nommés qui effectuèrent une grande partie alors qu’en milieu de terrain Léonetti et Dumot pratiquaient une circulation de balle intelligente et productrice. Il fallut tout le brio de Palma pour que l’addition ne devienne plus lourde, les multiples tirs des avants locaux échouant de peu.

La seconde période menée toujours avec autant de détermination baissa quelque peu de rythme. L’avance de trois buts d’écart pour Paris Saint-Germain pouvait expliquer cette baisse de régime, mais ils accusèrent fortement le coup lorsque les hommes d’Yvon Goujou se montrèrent menaçants et plus percutants. Emmenés par Kervarrec, Bercibaci, Latour, ils allèrent, à l’aide d’une meilleure organisation défensive, jouer en évitant de perdre le ballon grâce aux qualités techniques d’hommes comme Verdoncq. Marchetti, Buffat. La maîtrise d’Angoulême s’est affirmée et au cours d’une superbe flambée de Bercibasic, réduisait par deux fois la marque.

En conclusion, c’est la meilleure équipe sur le terrain qui a remporté fort justement le gain du match, Paris Saint-Germain ayant effectué un jeu simple, toujours en mouvement sans gestes superflus. Chez les Angoumoisins, rien n’est à leur reprocher sinon qu’ils ont perdu le moral trop tôt.

Réactions :

Just Fontaine (entraîneur du PSG) : « Les joueurs ont fait preuve d’une trop grande décontraction. On a pas été assez vigilant et on a perdu des ballons faciles. Nous devons déceler la faille, mais quoi qu’il en soit, ne faisons pas la fine bouche après ce succès ! »


Stade :

Vue aérienne du Stade Georges-Lefèvre

Vue aérienne du Stade Georges-Lefèvre


Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)