PSG – Auxerre 1-1, 14/05/88, Division 1 87-88

PSG – Auxerre 1-1, 14/05/88, Division 1 87-88

Samedi 14.05.1988, Championnat de France, Division 1, 35e journée (18e place)
à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – A.J. AUXERRE  1:1 (0:1)
– 38 512 spectateurs. Buts : Dutuel, 15′ ; Bruno Roux, 84′.
L’Équipe du PSG : Joёl Bats – Jean-Luc Vasseur, Michel Bibard, Philippe Jeannol, Franck Tanasi – Jean-François Charbonnier, Oumar Sène, Safet Sušić – Daniel Xuereb (Bruno Roux, 60′), Amara Simba, Gabriel Caldéron. Entraîneurs : Gérard Houllier et Érick Mombaerts.
Avertissements à Philippe Jeannol et Jean-Luc Vasseur.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 1987-88

Programme :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Tête de Michel Bibard (D. Clément)
Safet Susic balle au pied (D. Clément)
Bruno Roux est félicité par Gabriel Calderon et Safet Susic (D. Clément)

Compte-rendu (France Football) :

15′ : première contre attaque auxerroise par Dutuel qui résiste à deux charges avant d’ajuster de vingt mètres un tir au ras du poteau (0-1).
33′ : contre somptueux en une-deux de Mlinaric et Cantona. Contré in extremis.
45′ : tete de Charbonnier, tout seul à six mètres des buts. Au-dessus.
51′ : montée de Dutuel qui démarque Cantona. Contrôle et tir. Bats sauve.
55′ : coup franc de Calderon et tête piquée de Bibard au ras du montant.
57′ : remise de la tête de Susic, tête de Simba et exploit de Martini qu détourne sur sa barre. Reprise de Simba que Matysik sauve sur sa ligne !
77′ : centre parfait de Susic, Sène ajuste la lucarne de la tête. A côté.
81′ : slalom de Mlinaric, relais de Mazzolini pour Cantona, seul, qui lobe… à côté.
84′ : Mlinaric perd le ballon, instantanément centré pour la tête de Roux au point de penalty qui marque (1-1).
86′ : superbe mouvement auxerrois et reprise de volée de Cantona, seul, que Bats repousse.
88′ : balle de match pour Calderon qui centre au lieu de tirer.

Note du match : 15/20

P-SG : les vieux font barrage

Membre très inquiet du « Club des cinq » pour la relégation, le Paris-SG a offert un nouveau visage contre Auxerre (1-1). Les vieux singes de l’équipe ne font plus la grimace et ont pris l’opération sauvetage en main.

Nous étions là pour « enterrer » le Paris-SG. Avec plusieurs dizaines de journalistes, fossoyeurs par obligation, et quelques charognards professionnels, nous attendions un peu honteusement sur la pelouse du Parc que soit donné le coup d’envoi. L’ambiance était aux messes basses et aux petits sourires entendus. De la dérision en guise de côte de maille. Tout indiquait que « c’était pour ce soir » : la trajectoire du Paris-SG, le souvenir de Nice, les blessures de Poullain et de Reynaud, le visage tendu de Francis Borelli, le stade vide malgré la gratuité et la détermination de onze Auxerrois sortis du vestiaire les épaules et le regard droits.

De la tribune nous n’avons pas tout de suite compris. Cette équipe avait le maillot du Paris-SG, les joueurs du Paris-SG et les approximations du Paris-SG, alors comment savoir qu’il ne s’agissait pas du Paris-SG ? Nous voulons dire du Paris-SG 1987-1988… Et ce n’est pas le but superbe de Dutuel, au bout d’un quart d’heure, qui allait nous mettre sur la voie. Au contraire, tout se passait comme prévu : Auxerre, en route pour l’Europe, étalait son talent face à des Parisiens volontaires. Incroyablement volontaires.

Ce n’est qu’en seconde deuxième mi-temps, et même au bout de ce match que Cantona n’avait pas daigné gagner par K.-O., que le Paris-SG nouveau s’est révélé. Un but, une explosion, et tout s’est éclairé subitement : il y avait quarante mille spectateurs, un Paris-SG qui se battait comme jamais, une égalisation que l’on n’attendait plus et un enterrement qui n’aurait pas lieu. Pas ce soir.

En bleu de chauffe

L’équipe du président Borelli a vécu samedi un épisode régénérant de son agonie. Car elle a enfilé, pour la première fois, le bleu de chauffe. Trop tard, diront certains. C’est en tout cas un événement. Auxerre a eu affaire à un commando, sans génie, mais déterminé, dans lequel la fierté de chacun, son standing et ses états d’âme étaient supplantés par l’humilité, la solidarité et toutes ces qualités premières qui font que rien n’est jamais perdu. « Sans cette volonté, on n’égalisait pas, reconnaît Daniel Xuereb. Beaucoup d’équipes auraient baissé les bras. » Par exemple, celle du Paris-SG il y a quelques semaines…

De ce Paris-SG new-look né face à Auxerre, Philippe Jeannol parle avec une certaine émotion : « C’est une autre équipe au niveau de la mentalité. Nous nous sommes rendu compte que nous portions un maillot qui doit rester parmi l’élite. Nous n’avions pratiquement jamais été à la hauteur collectivement cette saison au Parc, nous n’avions jamais démontré autant de solidarité. Chacun a réagi, que son avenir soit ici ou ailleurs. » Renouveau confirmé sans discussion par Michel Bibard : « C’est le match où nous nous sommes le plus battus ensemble. » Suivi de cette déclaration d’intention : « Nous sommes tous coupables, des dirigeants aux remplaçants, mais si on s’en sort, le club en tirera les leçons et cela n’arrivera plus. »

Sur le plan mathématique, le match de samedi est une contre-performance. Pourtant, l’horizon de Gérard Houllier s’est éclairci. Il constate : « Le verre est à moitié vide, mais nous avons compris deux choses : qu’il faut se battre sur un terrain, et là je tiens à féliciter les joueurs, et que tout le monde doit effectuer toutes les tâches. J’ai vu des gens qui ne sont pas des défenseurs dans l’âme venir tacler derrière, j’en ai vu travailler autant avec le ballon que sans. Il ne faut pas être suffisants, le talent et l’expérience ne sont qu’une partie du football. »

Cette prise de conscience n’est pas seulement le fait de Gérard Houllier. Elle constitue une victoire pour tous les joueurs. Mécanisme expliqué par Joël Bats, impérial samedi : « On a tous compris que la moindre des choses, c’était de se battre à fond. Pour que, quoi qu’il arrive à chacun en fin de saison, on puisse dire quand on se rencontrera : toi, au moins, tu nous as aidés jusqu’au bout à nous en sortir… »

La manifestation tangible de cette autogestion de la motivation réside dans la mise au vert de deux jours demandée comme préparation par les joueurs eux-mêmes. Une initiative dont se félicite l’entraîneur : « Cela a créé un climat de mise sous pression, dit Houllier. Nous renouvellerons peut-être l’expérience. » Chacun semble y avoir trouvé son compte. « Je me suis préparé comme s’il s’agissait d’une finale de Coupe de France », avoue Jeannol. Que s’y est-il fait exactement ? « On s’est beaucoup parlé, raconte Bats. On s’est dit qu’on allait essayer, pendant les quatre derniers matches, de gommer toutes les conneries qu’on a pu faire cette saison… » Bref, ils ont décrété l’union sacrée. Et ça a marché.

La vieille garde fait son mea culpa

Reste à savoir pourquoi ce qui échouait hier réussit aujourd’hui ? Réponse de Joël Bats : « Parce que ce ne sont pas les mêmes hommes. Avec les jeunes, c’était une autre dynamique. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’anciens qui se sentent concernés par ce qui arrive au club. »

Les anciens. Voilà la clé de l’énigme parisienne. En gros Bats, Bibard, Jeannol, Tanasi, Martin (suspendu samedi), Sène, Xuereb et Susic. Surtout Susic. Ils ont repris, sinon le pouvoir, du moins, pour certains, leur place. Un peu par la force des choses (blessures de Reynaud, Poullain ou Sandjak et médiocrité des autres), un peu par conviction présidentielle. Jeannol, qui joue avec une tendinite, Martin le banni et Susic le cas sont réapparus à Metz où les premiers sympthômes de « solidarité extrême » s’étaient fait jour. Il ne fait plus de doute aujourd’hui que la réaction collective porte la marque de la « vieille garde ». Ecoutez Daniel Xuereb, ex-blessé maintenant embarqué dans l’opération sauvetage :

« Je n’ai pas peur de le dire : ce sont les anciens qui ont mis le club dans la m…, c’est donc à nous de l’en sortir. Car ce n’est pasrendre service aux jeunes que de les faire jouer dans de telles circonstances. Normalement, ils sont là pour apprendre en nous regardant, mais ce n’est pas ce que nous leur avons montré qui peut les aider. Leur épanouissement passe par l’encadrement des anciens : depuis deux ans, il n’y a pas au Paris-SG ce cadre nécessaire à l’éclosion des jeunes. »

Pour Borelli

Les « vieux » du Paris-SG font leur mea culpa. Courageusement. Ils ont conscience de s’être étiolés depuis le titre en 1986. Leur réaction est tardive, mais vigoureuse. A l’image d’un Susic très combatif contre Auxerre, comme le dit plus haut, à mots couvert, Gérard Houllier. Leur volonté d’enrayer la chute du club semble sincère. Pour leur dignité, pour l’avenir des jeunes et aussi, ressort psychologique incontestable, pour le président Borelli. « Rien que pour lui, il faut qu’on s’en sorte, dit Jeannol. Il est tellement 200% football, il aime tellement les joueurs. C’est un super président. Il ne mérite pas de descendre en Deuxième Division… »

Enfin, depuis samedi soir, les joueurs parisiens se sont trouvé une source de motivation supplémentaire : le public. L’opération portes ouvertes est un succès total que tous les joueurs souhaitent voir reconduit lors du dernier match à domicile face à Lens. « C’est simple, dit Bats, s’il n’y avait eu cinq mille personnes, on aurait perdu contre Auxerre. Dans les moments difficiles, quand Cantona a eu toutes ses occasions, on entendait les gens nous soutenir. Ceux qui étaient au bout du rouleau ont continué à se battre, à faire l’effort d’y croire.

A trois étapes de l’arrivée (Marseille, Lens et Le Havre) le Paris-SG veut encore y croire. Car son jeu s’est enrichi de ces atouts décelés samedi volonté, public, orgueil. « Si on dispute nos trois prochains matches avec le même état d’esprit, dit Bibard, les barrages sont assurés. Et si nos adversaires s’en mêlent comme ce week-end, nous serons sauvés. »

Encore quatre points

Dans son malheur, le Paris-SG est en effet verni : les trois équipes qui le précèdent au classement ont perdu, ce qui a permis un retour inespéré à la dix-huitième place. celle du barragiste. « Il nous faut encore quatre points », affirme Houllier. Les deux mis en jeu contre Lens sont obligatoires. Ensuite le dernier round au Havre sera certainement décisif. « J’espère y voir la même intensité, ajoute Houllier. Et tant pis si nous écrasons nos adversaires 1 à 0. Nous manquons de chance, il faut la forcer, nous sommes en train. » Nul ne sait si le Paris-SG va réussir son pari du maintien en Division 1. Mais il se met à le mériter et c’est nouveau.


Le stade :

Le Parc des Princes
Le Parc des Princes

 

Loic
Suivez-moi
Les derniers articles par Loic (tout voir)

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die! Voir la bio de Loic...

Une réflexion sur “PSG – Auxerre 1-1, 14/05/88, Division 1 87-88

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.