Sélectionner une page

PSG – Borussia Dortmund 2-0, 11/03/20, Ligue des Champions 19-20

Mercredi 11.03.2020, Ligue des Champions, 1/8ème de finale retour, à Paris au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – BORUSSIA DORTMUND (All.) 2:0 (2:0)
– Match à huis-clos. Buts : Neymar, 28′, Juan Bernat, 45′. Arbitre : M.Taylor
L’équipe du PSG : Keylor Navas – Juan Bernat, Presnel Kimpembe, Marquinhos, Thilo Kehrer – Leandro Paredes (Tanguy Kouassi, 92′), Idrissa Gueye – Neymar Jr, Pablo Sarabia (Kylian Mbappé, 64′), Angel Di Maria (Layvin Kurzawa, 79′), Edinson Cavani. Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe de Dortmund : Bürki – Piszczek, Hummels, Zagadou – Hakimi (Götze, 87′), Can, Witsel (Reyna, 71′), Guerreiro – Sancho, Hazard  (Brandt, 69′) – Haaland Entraîneur : Favre
Avertissements : Haaland (16′), Hummels (61′), Bernat (68′), Zagadou (85′), Can (89′), Di Maria (90′), Mbappé (93′)
Exclusion : Can (89′)


Maillot utilisé (avec les sponsors au format Europe) :

Premier maillot 2019-20


Photos du match :

Calme dedans (iconsport)

Mais bruyant dehors (reuters)

Des milliers de personnes ont répondu au présent pour encourager le PSG

La rage de vaincre du capitaine Marquinhos (iconsport)

La joie de Neymar et de ses coéquipiers après l’ouverture du score (reuters)

Paris chasse ses démons et retrouve les 1/4 !

La réponse au chambrage de Haaland, Paris soulagé

Une communion extraordinaire entre joueurs et supporters (iconsport)


Vidéo (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Qualifiés sans ambiance mais sans trembler

Le PSG accueillait le Borussia Dortmund ce mercredi à l’occasion des huitièmes de finale retour de la Ligue des Champions et les Parisiens se sont imposés 2-0, se qualifiant pour le tour suivant. Neymar et Bernat ont fait la différence en première mi-temps et Paris a tenu bon ensuite !

C’est parti, le PSG a donné le coup d’envoi et Sarabia joue bien en attaque avec Cavani, Neymar étant sur le flanc gauche. Premier contact d’entrée et Can envoie Neymar au sol (1e)…. La partie part sur un rythme étrange, avec Paris qui cherche à construire et insiste côté gauche (3e). Le PSG tente de poser le jeu et y parvient peu à peu mais le centre de Sarabia est trop long (6e). Peu à peu, les duels se durcissent et Neymar reste au sol, semblant se tenir l’épaule après être retombé d’un tacle régulier de Hummels (8e). Il revient finalement sur le terrain et Dortmund ne fait rien de sa première vraie possession (10e). Une bonne action parisienne est malheureusement un peu gâchée par un contrôle trop long de Neymar (11e). Paris a une bonne action issue d’une relance superbe de Kimpembe mais Neymar ne parvient pas à donner la dernière passe (15e).

Alors que Paris est en contrôle, une action rapide de Dortmund se développe : Haaland loupe le centre de Hakimi mais Hazard récupère et centre en retrait pour Sancho qui contrôle et frappe, heureusement à côté (19e) ! Globalement, le PSG manque de vitesse dans le jeu et ne parvient pas à déstabiliser Dortmund (20e). Le PSG est proche de se faire prendre en contre mais Kimpembe réussit un gros retour devant Haaland (22e). Paris a finalement une énorme occasion quand Di Maria donne une balle de but à Cavani qui s’avance et frappe mais Bürki réussit un énorme arrêt du pied droit (25e) ! Cette occasion lance Paris qui se met à pousser et obtient plusieurs corners, sans réussite jusqu’à ce que Di Maria en envoie un sur la tête de Neymar (1-0, 28e) !

Ce but force Dortmund à sortir et les Allemands viennent presser haut, gênant soudainement Paris (34e). Di Maria a aussi une bonne cartouche mais Can le stoppe en excellente position et, sur le contre, c’est Paredes qui offre un bon coup-franc en faisanrt une faute sur Sancho (35e). Sancho frappe fort mais Navas capte parfaitement en deux temps (36e). Peu à peu, le BVB a pris le ballon et fait défendre Paris dans son camp. Sancho se retrouve dans la surface côté gauche mais choisit la frappe en angle fermé, bien lue par Navas (38e). Dortmund a pris la balle mais n’en fait pas grand-chose malgré un ballon perdu bas par le PSG. Hazard en profite pour tenter sa chance mais c’est hors-cadre (41e).

Alors qu’on se dirige tout droit vers la mi-temps après un nouvel arrêt de jeu, Paris double la mise  : Bernat s’arrache pour récuperer le ballon et transmet à Neymar qui décale vers Di Maria puis Sarabia. L’Espagnol centre et Bernat est là pour dévier du bout du pied au fond des filets (2-0, 45e+1) ! Le PSG n’est toutefois pas concentré pour finir la mi-temps et Kimpembe doit réussir un gros sauvetage sur une action rapide avant le retour aux vestiaires (45e+3). A la mi-temps, Paris a fait le boulot et mène 2-0 !

Aucun changement n’a lieu à la pause et la partie repart, avec une équipe de Dortmund bien plus offensive et qui force de suite Paris à défendre (47e). Le PSG est même acculé et peine à tenir, ratant aussi des ballons de contre (48e). Paris bénéficie d’un temps pour souffler quand Sancho reste au sol et la partie repart (51e). Cela va mieux pour les Parisiens et Di Maria se retrouve à tirer un coup-franc superbe que Bürki dévie du bout des doigts en corner (54e) ! Paris va mieux et reprend la maîtrise au coeur du jeu mais Dortmund enchaîne un gros temps de jeu avant que Cavani parvienne à arracher un ballon pour partir en contre, provoquant un carton jaune mérité pour Hummels (61e).

A l’heure de jeu, Tuchel lance le bal du coaching et sort Sarabia, volontaire mais pas très bon, pour Mbappé (64e). Paris a pourtant un peu de chance sur un coup-franc bêtement concédé par Kimpembe mais le Français se rattrape et le dégage (65e). Le PSG tente d’utiliser Mbappé de suite avec une bonne louche de Neymar mais Zagadou intervient parfaitement, et rebelote dans la foulée (66e, 68e). Le BVB tente de réagir avec Brandt pour Hazard (69e). Dans la foulée, Reyna remplace Witsel, Dortmund jouant l’offensive (71e). Brandt se met vite en évidence avec une frappe depuis les 20m mais il ne cadre pas (73e). Le Borussia fait le siège et Can se retrouve à tirer, mais de loin et largement au-dessus (75e). C’est encore Brandt qui tente sa chance sur une frappe cadrée mais déviée en corner (78e).

Le PSG souffre désormais de plus en plus et Di Maria doit s’arrêter, littéralement cuit et obligé de céder sa place à Kurzawa (79e). Paris perd de plus en plus vite le ballon tandis que le BVB commence à beaucoup mieux le faire tourner. Le siège est permanent et le PSG ne parvient plus à tenir le ballon, l’utlisant en plus mal quand il l’a avec un Neymar qui le perd souvent (84e). Le Brésilien n’est pas meilleur sur un coup-franc de loin, mal frappé (86e). La tension est palpable et Favre fait son dernier changement, remplaçant Hakimi par Götze (87e). Les esprits s’échauffent fortement quand Emre Can fait une grosse faute sur Neymar, Marquinhos arrivant furieux pour s’en mêler (89e). Can est ensuite expulsé pour sa sale réaction initiale sur Neymar (89e) !

La fin de rencontre est confuse et un long centre fait passer un frisson. Tuchel envoie aussi Kouassi au feu à la place de Paredes complètement cuit (93e). La fin de rencontre est franchement tendue, avec beaucoup de fautes et de mauvais coups mais le chronomètre défile (94e)… Plus rien ne sera marqué et le PSG est en QUARTS DE FINALE QUATRE ANS APRES.

 

Les réactions :

Marquinhos (défenseur et capitaine du PSG, RMC Sport) : « Une soirée presque parfaite ? Non, c’est parfait. Toute l’ambiance qu’il y a eu avant le match. On a eu un bon mental sur le terrain, on est restés costauds, on marqué les deux buts qu’il fallait, on n’a pas encaissé de but. C’était franchement très bien, il faut qu’on garde ça pour la suite.
Je pense qu’il faut qu’on garde cette bonne mentalité et ces valeurs. Tout le temps où on était dos au mur on a montré qu’on avait des valeurs, de la personnalité pour surmonter ça. On s’est qualifiés, on va profiter de ça et il faut garder tout cet état d’esprit, cette qualité et cette personnalité pour la suite. Les supporters ? On les a entendus, on les a vus avant le match. C’était du jamais vu, moi-même je n’ai jamais vu des choses comme ça. C’est dans la difficulté qu’on retire les valeurs, la passion du foot. Le foot c’est ça, c’est les amoureux du foot, c’est la passion et c’est pour ça qu’on est là aussi, pour jouer pour notre passion, pour notre famille et pour eux aussi qui sont toujours avec nous. »

Thilo Kehrer (défenseur du PSG, RMC Sport) : « Ça nous rend fort, ça nous donne encore plus d’énergie. Ce sont des moments fantastiques. Plus qu’une simple qualification ? Oui, je pense. Tout le monde disait que c’était le match le plus important. Mais pour nous le plus important c’est notre envie, notre groupe. Les supporters ? Les célébrations disent déjà tout ! Je ne sais pas si c’est le meilleur match mais nous on profite de c e moment. On est heureux de se qualifier pour les quarts de finale, et pour nous ça commence maintenant ! »

Nasser Al-Khelaïfi (président du PSG, RMC Sport) : « Comme après Chelsea ? C’était un grand match, il y avait des doutes. Tout le monde disait que ça faisait trois ans de suite qu’on échouait en huitièmes. On a eu du caractère, les supporters n’étaient pas là dans le stade mais dans notre cœur. On a senti leur force, c’était le match parfait, on est très contents. On ne veut pas s’arrêter là, notre ambition est plus grande. On a mérité de célébrer ce soir mais on va penser aux quarts. On a fait ce match pour les supporters aussi. Ils sont très importants pour le club. On a vraiment les meilleurs supporters au monde, on a fait un grand match pour eux, les joueurs ont montré un grand caractère. »

Presnel Kimpembe (défenseur du PSG, RMC Sport) : « A la fin, avec nos supporters, franchement, je n’ai pas de mots. C’est la première fois pour moi et que pour toute l’équipe que ça se passait comme ça. C’est magnifique. On voit vraiment qu’on est soutenus et qu’on a du monde derrière nous (…) C’est l’un de mes plus beaux moments de joueur du PSG. La qualification pour les quarts enfin. Avec les erreurs on a grandi après avoir beaucoup. Mais on ne va pas s’enflammer. »

Thomas Tuchel (entraineur du PSG, RMC Sport) : « On a joué comme une équipe et cette équipe est fiable. C’était nécessaire de le montrer. Félicitations aux gars. C’était un plaisir de les coacher aujourd’hui. Un moment très bien (…) Honnêtement, on a eu une bonne atmosphère dans le bus lors de notre arrivée. Avec les Ultras notamment. C’était spécial. Et je me suis dit que c’est exactement l’énergie dont on avait besoin et il fallait profiter de cet état d’esprit. Il fallait faire les choses dans l’ordre. Le foot, normalement, c’est une relation entre l’équipe et les supporters. C’était difficile donc, mais l’équipe était formidable (…) Nos fans ? J’ai vu après le match ce qu’ils ont fait. C’était beau. Le foot c’est pour les supporters et ceux qui aiment ce jeu. C’est bien qu’ils nous aient soutenus (…) Un tournant dans notre saison ? Oui, mais on gagne depuis 28 matches et on n’a perdu qu’un seul match, celui de Dortmund à l’aller. Tournant au niveau de l’état d’esprit ? C’est sûr qu’il faut avoir un bon état d’esprit sur toute l’année. Mais les gens attendent beaucoup de nous et critiquent. C’est facile de critiquer. Mais aujourd’hui on a gagné et c’est une victoire pour ceux qui nous ont soutenus. »


Le stade :

Le Parc des Princes


 

Remi