PSG – Cannes 3-1, 16/08/97, Division 1 97-98

PSG – Cannes 3-1, 16/08/97, Division 1 97-98

Intervention énergique de Dider Domi...

Samedi 16.08.1997, Championnat de France, Division 1, 3e journée (1re place), à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – A.S. CANNES  3:1 (1:1)
– 27 956 spectateurs. Buts : Marco Simone, 10′, Br.Jensen, 39′ sur penalty ; Franck Gava, 58′, Raï Oliveira, 89′ sur penalty.
L’Équipe du PSG : Christophe Revault – Laurent Fournier (Jimmy Algérino, 53′), Alain Roche, Paul Le Guen, Didier Domi – Raï Oliveira, Bruno Ngotty, Vincent Guérin, Franck Gava (Jérôme Leroy, 88′) – Florian Maurice, Marco Simone (Edmilson Gonçalves, 77′). Entraîneurs : Ricardo Gomes et Joёl Bats.
Avertissements à Laurent Fournier et Alain Roche.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 1997-98 (collection MaillotsPSG)
Maillot domicile 1997-98 (collection MaillotsPSG)

Billet :

(collection La Mémoire du PSG)
(collection La Mémoire du PSG)

Photos du match :

Florian Maurice
Florian Maurice
Florian Maurice (HAC Foot Archives)
Raï acrobatique (HAC Foot Archives)
Le penalty du 3-1, signé Raï
Le penalty du 3-1, signé Raï
Intervention énergique de Dider Domi...
Intervention énergique de Dider Domi…

Vidéo :


Compte-rendu (France Football) :

8′ : Hampartzoumian s’infiltre dans la défense et tire sur la transversale.
10′ : Maurice remise sur Simone dont le tir trompe Wimbée (1-0)
39′ : mésentente Le Guen-Ngotty dans la surface. Leroy récupère et se fait faucher par Dong. Jensen transforme le penalty (1-1).
58′ : longue touche prolongée de ta tête par Raï, Wimbée, surpris, relâche le ballon et Gava, au second poteau, marque (2-1).
89′ : Raï lance Ngotty qul transperce la défense et vient s’échouer sur Wimbée. M. Kalt siffle un penalty généreux qua Raï transforme (3-1).

Paris se cherche

Interrogation. Malgré sa victoire face à Cannes et son sans faute en trois matches, le PSG ne s’est pas rassuré sur le plan défensif. Metz, qui compte également neuf points, servira de révélateur vendredi prochain dans le combat des chefs. Le choc des deux leaders est très attendu en Lorraine.

PSG a gagné. PSG est leader du Championnat avec neuf points en trois matches. PSG a encore marqué des buts. Tout irait donc pour le mieux, voire le parfait, si une fois de plus, les Parisiens n’avaient pas laissé une mauvaise impression sur le plan défensif. Après les trois buts encaissés en Roumanie, Ricardo n’avait pas caché son incompréhension de voir ses joueurs reculer alors qu’ils avaient la situation en main. Cannes devait être l’occasion de régler certains dysfonctionnements, de gommer les flottements et de rééquilibrer une équipe plus préoccupée d’aller de l’avant que de se replacer sitôt le ballon perdu.

A l’exception de Didier Domi revenu dans le onze de départ, la composition est la même qu’à Bucarest. Pas question de tout bouleverser s’il s’agit de trouver des automatismes. D’ailleurs, sur le plan défensif, Ricardo ne dispose pas de nombreuses solutions. Mais dès la première demi-heure, il apparaît que le problème soulevé depuis le match à Auxerre n’est pas résolu. En moins d’une demi-heure, les Cannois se procurent trois occasions nettes, par Leroy deux fois et Hampartzoumian qui voit son tir terminer sur la barre transversale. Peu rassurant quand on vise un titre qui ne revient qu’aux équipes solides derrière.

Les traces de Bucarest

A Paris, personne n’élude le problème. A commencer par Ricardo qui avance une explication de circonstance : « Le match de Coupe d’Europe a laissé beaucoup de traces. D’ailleurs, on était beaucoup mieux en deuxième mi-temps. Les occasions cannoises, c’est la faute au match de Bucarest. On n’était pas vifs, en retard dans le placement, et on a manqué de rigueur. On a perdu beaucoup de duels. » Toutefois, le Brésilien met l’ensemble de l’équipe en cause : « Des erreurs derrière, il y en a eu. Mais c’est l’ensemble qui doit être rééquilibré. Je n’aime pas couper l’équipe en deux. » Pourtant, ses défenseurs sont loin de présenter la sérénité attendue face à un adversaire limité mais moins recroquevillé que l’avait été Châteauroux. Fournier est régulièrement pris de vitesse tout comme Le Guen, Roche n’est pas encore revenu à son niveau et Domi tâtonne parfois dans son replacement. Bruno Ngotty, plus avancé, est au four et au moulin. Et si Florian Maurice ne lésine pas au pressing, ce n’est pas toujours le cas de Marco Simone.

Bref, on se cherche. Et Claude Le Roy tente de résumer en une formule : « Le problème, ce n’est pas la défense mais le mental défensif. » Paul Le Guen, auteur d’une partie médiocre, ne se cache pas : « On sait qu’on a du travail. Deux grands matches nous attendent contre Metz et Bucarest et on est conscients qu’il faudra être meilleurs que contre Cannes. Je parle aussi pour mon cas personnel. L’amélioration collective doit passer par une hausse du niveau individuel. »

Le PSG a une semaine pour gommer « l’érosion physique due à Bucarest », dixit Vincent Guérin. Une semaine avant « le choc des invaincus ». Quelques jours pour travailler et souffler comme le réclame Guérin. Une semaine pourtant qui s’annonce décisive pour le club. Le départ de Bernard Lama n’est toujours pas réglé. Leonardo sera définitivement fixé sur son sort (Paris ou Milan) mercredi au plus tard. Et le cas Loko est venu s’ajouter aux deux autres. Face à Auxerre, Paris s’en était sorti grâce à son potentiel offensif (auquel il faut rajouter depuis samedi Edmilson, entré dans le dernier quart d’heure) ainsi qu’à l’inexpérience des Bourguignons qui se sont usés dans une défense individuelle avant de terminer à dix. Puis la vivacité, la technique et la volonté roumaines ont souligné le manque de maîtrise parisienne.

Contre Metz, le coleader invaincu que Ricardo plaçait en début de saison dans son tiercé du Championnat, Paris devra sérieusement resserrer les lignes. « C’est une équipe très homogène, très compacte et solidaire qui a encore relevé son niveau avec l’arrivée des recrues, prévient Vincent Guérin. L’effectif n’a pas été chamboulé, donc ils ont déjà des automatismes solides. » Paris va pouvoir sérieusement se juger quatre jours avant le rendez-vous vital face à Bucarest.


Le stade :

Le Parc des Princes

 

Loic
Suivez-moi
Les derniers articles par Loic (tout voir)

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die! Voir la bio de Loic...

Une réflexion sur “PSG – Cannes 3-1, 16/08/97, Division 1 97-98

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.