Sélectionner une page

PSG – Celtic 7-1, 22/11/17, Ligue des Champions 17-18

Mercredi 22.11.2017, Ligue des Champions, 5ème journée (1ère place) à Paris au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – CELTIC F.C. (Eco.) 7:1 (4:1)
– 47 000 spectateurs environ. Buts : Dembele, 1′, Neymar, 9′, Neymar, 22′, Edinson Cavani, 28′, Kylian Mbappé, 35′ ; Marco Verratti, 75′, Edinson Cavani, 79′, Dani Alves, 81′. Arbitre : M. Sidiropoulos.
L’équipe du PSG : Alphonse Areola – Layvin Kurzawa, Thiago Silva, Marcos Marquinhos, Dani Alves – Julian Draxler (Javier Pastore, 67′), Adrien Rabiot, Marco Verratti (Giovani Lo Celso, 76′) – Neymar, Edinson Cavani, Kylian Mbappé (Angel Di Maria, 76′). Entraîneur : Unai Emery.
L’équipe du Celtic : Gordon – Lustig (Bitton, 13′), Boyata, Simunovic, Tierney – Ntcham (Eboué, 69′), Brown – Rogic, Forrest, McGregor – Dembele (Griffiths, 77′). Entraîneur : Rodgers.
Avertissements: Simunovic, 35′, Bitton, 45’+1.


Maillot utilisé (en version coupe d’Europe) :

Maillot domicile 17-18


Photos du match :

Les Parisiens avant le coup d’envoi (S. Boué)

Neymar et Kylian Mbappé : embouteillage dans la surface écossaise (20 Minutes)

Kylian Mbappé (Made in Parisiens)

Julian Draxler et Edinson Cavani (RMC)

Le premier des deux buts d’Edinson Cavani (A. Mounic)

L’une des très nombreuses scènes de joie du soir

L’équipe salue les supporters à la fin du match (Made in Parisiens)

La tribune Auteuil (Ch. Gavelle)


Vidéo (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Quel récital !

La une de L’Equipe du lendemain

Le PSG recevait le Celtic FC ce mercredi à l’occasion de la cinquième journée de la phase de poules de la Ligue des Champions et les Parisiens ont signé une nouvelle prestation majuscule malgré l’ouverture du score écossaise à la 1ère minute. Dans la foulée d’un Neymar étincelant et auteur d’un doublé, comme Cavani, les troupes d’Unai Emery ont réussi un nouveau match superbe face à un adversaire dépassé.

Le match :

C’est parti, le PSG a donné le coup d’envoi et Paris offre un corner improbable sur une mauvaise relance après un premier souci technique. Le corner est joué en retrait à ras de terre et Dembele frappe fort : c’est légèrement dévié et cela trompe Areola, pas exempt de tout reproche pour le coup (0-1, 1e) ! Paris est cueilli à froid et tente de réagir mais c’est brouillon, à l’image d’une passe trop longue de Mbappé pour Cavani (4e). Après cinq minutes, c’est le Celtic qui domine sur la pelouse du Parc et fait courir le PSG, de façon à peine croyable. Paris revoent peu et égalise même vite : Rabiot intercepte au milieu de terrain, remonte, percute et donne à Neymar côté gauche qui s’emmène bien la balle et égalise d’une frappe croisée du gauche au second poteau (1-1, 9e) !

Le même Neymar sollicite encore Gordon sur un bon coup-franc excentré mais celui-ci capte bien au sol (11e). Après ce début complètement fou, un temps mort apparaît quand Lustig se blesse tout seul, laissant sa place à Bitton (13e). Paris repart toutefois vite vers l’avant mais un défenseur intercepte une belle passe de Draxler (16e). Le Celtic est intéressant sur des contres conclus par des centres mais Dembélé rate sa reprise au point de penalty (18e). Mbappé lui répond par une volée extrêmement compliquée sur un centre d’Alves mais il ne cadre pas plus (20e). Les visiteurs sont encore dangereux sur une frappe de loin de Ntcham qui passe à un petit mètre à côté (21e). Paris a tellement de qualités que le Celtic explose : Rabiot trouve Neymar aux 35m qui sollicite le une-deux avec Verratti devant lui. C’est parfaitement réussi et Neymar accélère avant de frapper victorieusement du gauche en angle fermé pour conclure une action collective somptueuse (2-1, 22e).

Le but est superbe et l’action qui suit aussi avec une ouverture de Neymar reprise de volée et du gauche par Cavani. C’est hors-cadre et l’Uruguayen hors-jeu mais très bien vu (26e). Paris déroule et marque vite un troisième but : Alves trouve dans le dos de la surface Neymar qui, gêné par Mbappé, remet au centre de l’épaule. Cavani est là pour marquer de près (3-1, 28e). On retrouve le même Cavani quelques minutes plus tard mais sa volée n’est pas cadrée sur le bon centre d’Alves (33e). Le Celtic subit et craque encore sur un coup-franc de Neymar excentré et mal dégagé : Marquinhos récupère et transmet à Mbappé dans la surface. Il contrôle et frappe victorieusement, malgré la déviation de Gordon (4-1, 35e).

Neymar est dans un grand soir et régale avec une ouverture complètement folle pour Mbappé pratiquement arrêté : le jeune Français reprend de volée mais Gordon réussit un grand arrêt pour repousser cette tentative exceptionnelle (41e). Paris s’amuse tellement qu’on retrouve même Thiago Silva dans la surface adverse sur une action placée après une louche superbe de Neymar (42e). Le PSG se fait une petite frayeur quand Dembélé déborde Alves dans la surface mais le Brésilien qui semblait débordé parvient à récupérer le ballon de façon incroyable (45e+1). Sur le contre, Neymar provoque un carton jaune et un bon coup-franc qu’il tire. Marquinhos ne cadre pas sa reprise juste avant la pause. Mené, Paris a littéralement retourné le Celtic en une mi-temps à peine et signé une performance offensive exceptionnelle.

Aucun changement n’a lieu à la pause mais Verratti se fait mal au bout de 25 secondes quand Dembélé lui retombe sur le pied après un tacle. L’Italien se relève et le jeu repart, le temps pour Neymar de servir Kurzawa dans la défense mais le latéral ne parvient pas à gagner son duel dans la surface (47e). Le match repart tranquillement et le Celtic tente sa chance sur une frappe hors-cadre (50e). Côté Paris, Neymar tente bien de lancer Draxler mais il est repris dans la surface (52e). Le PSG n’est qu’à moitié revenu des vestiaires et Dembélé est trouvé sur un contre du Celtic, il tente sa chance du gauche mais ne cadre pas (56e). Paris se réveille et répond par une tentative improbable de Cavani : il contrôle dos au but et enchaîne une volée superbe qui passe de peu à côté (58e).

Le Celtic souffre désormais et Alves contre le gardien, cela retombe sur Cavani qui tente sa chance de volée dans un angle fermé, de peu au-dessus alors que Mbappé était seul au centre (61e). Paris joue désormais par à-coups et Mbappé est lancé par Rabiot suite à une énorme percée mais le centre de l’attaquant est trop long pour Neymar (65e). Le coaching commence alors avec Pastore entrant pour Draxler (66e) et Eboué pour Ntcham (69e). On retrouve encore Neymar dans la surface à s’amuser en dribblant mais il est contré aux 6m avant de frapper (72e). Le Brésilien s’amuse et sert Mbappé sur un contre mais le Français tope sa frappe (73e). Paris marque finalement un cinquième but par Mbappé qui déborde et centre en retrait. Le Celtic repousse mal et Verratti prend sa chance des 18m d’une frappe croisée qui va au fond (5-1, 75e).

Les deux acteurs de ce but sortent dans la foulée, remplacés par Di Maria et Lo Celso, mais la fête peut continuer. Neymar décale Kurzawa côté gauche qui envoie un excellent centre au second poteau : l’Uruguayen reprend d’une reprise de volée parfaitement croisée et victorieuse (6-1, 78e). Cela tombe dans tous les sens et Dani Alves s’offre aussi son but sur un ballon remis en retrait par Lo Celso. Le Brésilien est arrêté mais il envoie une frappe imparable au second poteau (7-1, 80e).

Et le pire est que Gordon fait deux miracles dans la foulée sur des frappes de Lo Celso et Cavani avant que Di Maria ne cadre pas sa tentative lointaine (84e). La fin de match est à sens unique et Boyata sauve encore son camp dans la surface sur une frappe de Pastore après une légère déviation (90e). Lo Celso tente aussi sa chance mais il n’attrape pas le cadre (92e).

L’impact au classement :

Après la rencontre, le classement est le suivant :

PSG : 15 points (+23)
FC Bayern : 12 points (+5)
Celtic FC : 3 points (-12)
Anderlecht : 0 point (-16)

Réactions :

Edinson Cavani :

Beaucoup de plaisir ou trop facile ?
«Je pense que l’équipe a mis beaucoup d’intensité, beaucoup de pression. Quand toute l’équipe joue comme ça, c’est dur pour les autres et le résultat en est l’exemple. De la première minute à la dernière, on a fait un gros match avec beaucoup de concentration. Et le résultat est juste.»

Une blessure grave au coude ?
«Non, je ne pense pas.»

Le record de buts de Zlatan :
«On m’en parle beaucoup mais je pense à marquer pour l’équipe, pour continuer. Je sais qu’il manque encore beaucoup, le chemin est long, nous avons beaucoup de compétitions à jouer, quatre, et c’est bien de maintenir la concentration, de regarder match après match. Les choses importantes, ce sont les objectifs du groupe.»

Ce qui peut freiner le PSG ?
«Je ne sais pas, je pense à continuer à jouer comme ça. L’équipe est bien, elle est en confiance, on a juste besoin de continuer à travailler et on verra match après match ce qui se passera.»

Thiago Silva :

Encore un carton pour le PSG :
«On a eu un début un peu difficile. Je ne sais pas (ce qu’il s’est passé), je pense que c’est un peu un manque de concentration et on a pris ce but du 1-0. Après, nous sommes revenus dans le match et c’est la chose la plus difficile, revenir après avoir pris un but. Je crois que la personnalité de l’équipe a permis de rester tranquille dans la tête. Et après, on a maîtrisé tout le match.»

Les petits détails comme marge de progression du PSG ?
«Ce sont ces petites choses qui font de nous une équipe différente. Même si tu es derrière au score, c’est là que tu dois maintenir la concentration, le mental fort. C’était super de finir la première mi-temps à 4-1. En marquer trois autres après était magnifique pour nous.»

Bayern/PSG en finale de groupe :
«Il faudra batailler ! Il faut continuer comme ça. Jusque-là, on a rien gagné, juste cinq matches, et on ne veut pas s’arrêter là, on veut continuer, jour après jour, match après match, pour s’améliorer encore plus.»

Unai Emery :

Les deux meilleurs matches de la saison contre le Celtic ?
«Nous sommes contents mais nous avons l’humilité de reconnaître que nous pouvons améliorer les détails. Maintenant, on va analyser ce match et voir comment l’équipe a répondu mais aussi comment nous pouvons nous améliorer pour les prochains matches. Mais c’est vrai que l’équipe a fait un match complet, globalement. Si on pouvait enlever ce but adverse encaissé, ce serait mieux. Mais l’adversaire joue, il travaille sur les choses pour marquer contre nous et ils ont bien travaillé. Après, l’équipe a su surmonter le but et elle a maîtrisé le match, avec le ballon et avec le positionnement. Nous avons fait beaucoup de choses que j’estime être sur le bon chemin pour maintenir et continuer la progression. Il reste quelques détails à améliorer : le positionnement des joueurs à la perte du ballon, la position des joueurs pour vite le récupérer, choisir quand c’est le moment d’attaquer les espaces de l’adversaire, quand le match demande de la patience et d’avoir la possession plus ou moins longue… Mais je crois que l’équipe a très bien fait tout ça aujourd’hui et qu’elle progresse comme nous le souhaitons mais nous ne pouvons pas nous arrêter car tous les matches vont demander que l’équipe continue cette progression.»

Surpris par le records de buts en Ligue des Champions ?
«Tous les chiffres, les statistiques individuelles ou collectives, les records sont les bienvenus. Après, il ne faut pas oublier que l’objectif est de terminer premier de ce groupe devant le Bayern, ce qui n’est toujours pas fait. Nous devons aller à Munich et les deux équipes peuvent encore être premières. C’est vrai que nous avons l’avantage du 3-0 ici mais ce sera un gros match, avec beaucoup de difficultés. Mais les records sont bons à prendre, après la victoire et les performances collectives.»

Un PSG qui a sous-estimé l’adversaire dans les premières minutes ?
«Nous en avons parlé et le répétons à chaque fois : il faut avoir du respect pour l’adversaire. Nous faisons l’analyse pour mieux les connaître et réduire leurs options. Mais ils sont aussi capables de créer la surprise et de marquer. Lors des premières quinze-vingt minutes nous avons concédé des contre-attaques. Puis au fur et à mesure du match, l’équipe a bien travaillé et a fermé les espaces. C’est aussi une chose que nous avons besoin d’améliorer mais ce n’est pas un manque de respect de l’adversaire, nous en parlons beaucoup dans le vestiaire.»

Une remontada à craindre face au Bayern le 5 décembre prochain ?
«Le Bayern Munich en est capable. C’est une équipe différente de celle que nous avons vue ici et je rappelle aussi qu’ils avaient fait un bon match, mais notre efficacité et la qualité de nos transitions avaient été très grandes et nous avons gagné 3-0. Ce sera un gros match et un bon test face à une équipe importante et capable de gagner la Ligue des champions. Nous voulons jouer le match comme cette équipe du Bayern mais le match à Monaco dimanche est déjà un bon premier test. Ils sont deuxièmes et ont tout notre respect, comme les autres équipes du championnat. Mais avec le Bayern, c’est l’autre gros match d’ici à Noël.»

Neymar qui repart de l’avant :
«Oui, c’est extraordinaire. C’est un joueur qui veut être sur le terrain, et nous aussi. Il veut jouer les matchs et est content quand il est présent sur la pelouse. Il fait profiter à tout le monde, les joueurs et les supporters de son talent. C’est extraordinaire. Il a été arrêté quelques matches pour différentes chose, mais quand il est bien, mentalement et physiquement, il peut jouer.»

Dans quels domaines le PSG peut progresser ?
«Par exemple, dans le vestiaire, nous avons parlé des matchs à Montpellier (0-0), à Dijon (2-1), à Marseille (2-2). Parmi les choses qu’il y à améliorer, il y a notamment la constance. Rester exigeant, ne pas perdre l’ambition au cours des matches, maîtriser et être compétitif les 90 minutes. Après, il y a les choses tactiques, individuelles, collectives. Ce soir, il y a eu de moments où nous avons donné plus possibilités à l’adversaire dans la transition durant les 15 premières minutes. Nous pouvons améliorer cette maîtrise qui fait que nous ne donnons pas cette option à l’adversaire. Après l’analyse du match en vidéo, on va chercher des choses à améliorer. En 90 minutes, il y a beaucoup d’informations que tu peux voir, mais quand tu regardes le match, on va avoir plus de choses à voir et à améliorer.»


Le stade :

Le Parc des Princes


Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)