Sélectionner une page

PSG – Guingamp 4-2, 24/01/18, Coupe de France 17-18

Mercredi 24.01.2018, Coupe de France, 1/16 de finale à Paris au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – E.A. GUINGAMP 4:2 (2:1)
– 40 000 spectateurs environ. Buts : Adrien Rabiot, 21′, Deaux, 25′ contre son camp, Thuram, 33′ sur penalty ; Javier Pastore, 64′, Ngbakoto, 75′ sur penalty, Marquinhos, 89′. Arbitre : M. Gautier.
L’équipe du PSG : Kevin Trapp – Yuri Berchiche, Presnel Kimpembe, Thiago Silva, Dani Alves – Giovani Lo Celso (Thiago Motta, 61′, Christopher Nkunku, 68′), Adrien Rabiot (Julian Draxler, 61′), Marco Verratti – Neymar, Kylian Mbappé, Angel Di Maria. Entraîneur : Unai Emery.
L’équipe de Guingamp : Johnnson – Ikoko, Eboa-Eboa, Kerbrat (Sorbon, 63′), Rebocho – Deaux, Phiri – Ngbakoto, Blas (Salibur, 80′), Coco (Briand, 74′) – Thuram. Entraîneur : Kombouaré.
Avertissements : Yuri Berchiche, 36′, Giovani Lo Celso, 41′.


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot domicile 17-18


Photos du match :

Les deux équipes avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)

Presnel Kimpembe (Made in Parisiens)

Yuri Berchiche (Ch. Gavelle)

Javier Pastore… Partira, partira pas? Cela ne l’empêchera pas de marquer ! (Made in Parisiens)

Edinson Cavani restera muet (Ch. Gavelle)

Les « siffleurs » de Neymar contre Dijon ont un message…


Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Un bon rebond après Lyon

Le PSG recevait Guingamp ce mercredi (18h30) à l’occasion des 16e de finale de la Coupe de France et les Parisiens se sont imposés 4-2 grâce à Rabiot, Deaux contre-son-camp, Pastore et Marquinhos. Paris a fait le métier et a eu beaucoup d’occasions, souvent gâchées par un Cavani volontaire mais très peu réaliste. Peu importe, le PSG file en 8e de finale et a rebondi après la défaite à Lyon.

Le match :

C’est Paris qui donne le coup d’envoi et Draxler est finalement le relayeur droit, Pastore étant l’ailier gauche. Il ne faut que 30 secondes pour voir une action : Di Maria déborde et centre pour Rabiot mais il rate sa tête en très bonne position (1e) ! Paris prend vite la main mais Kimpembe doit intervenir après un ballon perdu (3e). Cavani tente aussi d’exploiter une erreur adverse mais la dernière passe est contrée (4e). La 1e frappe cadrée est finalement de Di Maria mais plein axe et de loin donc facile à attraper (5e). Guingamp répond par une superbe frappe de loin de Marcus Coco qui se recentre et enroule mais Trapp claque en corner (7e). Paris pense aussi ouvrir le score sur un superbe centre au second poteau de Yuri pour la tête de Cavani mais sa reprise est un poil trop croisée (8e). Peu à peu, le PSG entre dans son match et Di Maria tente encore sa chance de loin, cette fois au-dessus.

Paris perd aussi bêtement des ballons et Coco est trouvé seul au second poteau sur un centre. Berchiche et Kimpembe se jettent pour le gêner et l’attaquant tire au-dessus en très bonne position (14e). Le PSG répond par une énorme occasion : Draxler s’infiltre et sert Cavani en retrait tout seul. Il tente de contrôler mais se loupe en parfaite position (15e) ! Guingamp n’est pas du tout ridicule et Coco parvient ainsi à centrer, sans pour autant être dangereux pour Trapp (19e). Di Maria déborde aussi et centre, obtenant un premier corner (20e). Le même Di Maria le tire et Rabiot coupe parfaitement au premier poteau pour ouvrir le score (1-0, 21e). Paris continue de pousser et Di Maria provoque un bon coup-franc côté gauche dans une série de dribbles. Di Maria tire parfaitement au point de penalty et Lucas Deaux dévie tout seul au fond des filets (2-0,25e).

Paris est encore très dangereux par Cavani sur un excellent centre de Meunier mais le Matador coupe de la main le centre tendu du Belge, pas du pied (27e). Guingamp est aussi dangereux sur une frappe de loin de Phiri que Trapp capte en deux temps (29e). Pastore fait passer un frisson en enchaînant deux dribbles fabuleux avant de décaler Cavani qui tente un lob superbe en une touche. Johnsson dévie du bout des doigts en corner (30e) ! Paris est encore dangereux à deux reprises mais il faut à chaque fois un miracle guingampais dans les 6m mais c’est finalement Trapp qui relance le match. Ngabokoto est lancé en profondeur et le gardien le fauche dans la surface, percutant l’attaquant dans la surface et provoquant un penalty logique (32e). Marcus Thuram transforme calmement d’un intérieur du pied droit (33e, 2-1). La partie est relancée et le même Thuram provoque même un carton jaune pour Berchiche sur un duel malin (36e).

Le match est ouvert et, après un nouveau raté d’un Cavani vraiment pas dans le match, Rabiot percute côté gauche pour obtenir un bon coup-franc. Di Maria le tire et Draxler dévie mais pas assez croisé pour marquer (39e). Paris gère la partie sans la maîtriser totalement et Lo Celso se montre ainsi très en retard sur un tacle devant sa surface, récoltant un carton jaune. Guingamp rate heureusement le coup-franc (42e). Le PSG reste aussi dangereux quand Pastore accélère les actions dans les petits espaces mais le corner obtenu est repoussé (45e). La mi-temps est sifflée juste après. Le PSG mène 2-1 et a eu plusieurs grosses occasions mais Guingamp n’est pas ridicule du tout et a su revenir dans le match.

La 2nde période reprend et aucun changement n’est fait. Meunier est en revanche très bien trouvé dans la surface mais il loupe son contrôle (47e). Di Maria est en revanche bien plus tranchant et il envoie un bon centre que Pastore coupe de la tête, malheureusement trop sur le gardien (48e). Blas parvient aussi à déborder Meunier mais son centre ne trouve personne (50e). L’EAG est régulièrement menaçant mais cela manque de justesse, à l’image de plusieurs hors-jeux largement évitables (52e). Alors que Trapp sort bien devant sa surface, l’action continue et Di Maria est servi dans la surface. Il centre parfaitement pour Cavani seul qui voit sa tête être repoussée par Johnsson de façon acrobatique, idem sur la reprise qui suit (55e) ! Paris pousse et cela chauffe dans la surface guingampaise mais un poil de réussite est manquant (56e). Lo Celso donne un amour de passe à Cavani qui se repique et frappe mais Johnsson réussit un nouvel exploit devant le Matador maudit (58e) !

A l’heure de jeu, les occasions sont nombreuses et les espaces se créent mais il n’y a toujours qu’un but d’écart entre les deux équipes, Guingamp tenant bon. L’EAG obtient même son 1er corner de la 2nde mi-temps sur une possession bien gérée (63e). Cela craque finalement juste après : Draxler récupère un ballon au second poteau sur un long centre. Il dépose le ballon sur la tête de Pastore bien placé aux 6m (64e, 3-1). Paris frôle même le 4-1 juste après : Pastore décale parfaitement Cavani qui est face au gardien mais il préfère passer à Di Maria seul ! C’est raté vu qu’un Guingampais revient bien alors que tout le Parc attendait le but de Cavani (66e) !

Paris gâche encore sur un contre avec Lo Celso qui perce puis sert Cavani. Il lui remet aux 18m mais le jeune Argentin tire dans les gants du goal (69e)… Alors que Guingamp semble cuit, Coco s’échappe côté droit et rentre dans la surface. Meunier fait une faute stupide et offre un second penalty aux Bretons (74e)… Ngbakoto transforme d’un contre-pied tranquille (3-2, 75e). Paris répond par un centre de Di Maria coupé du bout du pied par Cavani mais l’Uruguayen voit sa reprise du bout du pied être dégagée en corner (76e). C’set encore le feu sur celui-ci mais Guingamp se dégage encore. Le PSG est de nouveau sous la menace et Draxler sort, remplacé par Nkunku (78e) alors que Guingamp fait son dernier changement, Salibur remplaçant Blas (80e).

Le second but guingampais a fait réagir le PSG et l’équipe d’Unai Emery tente de marquer le 4e but mais le déchet est présent dans le dernier geste. L’EAG en profite pour contrer mais la frappe de Salibur est bien trop sur Trapp (85e). Les Bretons ne poussent pas vraiment pour égaliser et c’est Di Maria qui tente sa chance d’une jolie frappe que Johnsson repousse en corner (88e). Sur celui-ci, Di Maria trouve parfaitement Marquinhos seul aux 6m qui marque d’une tête piquée (4-2, 89e). Marquinhos est aussi excellent dans la surface pour un retour devant Ngbakoto qui s’apprêtait à défier Trapp (92e).

Ce sera la dernière action de la partie, l’arbitre sifflant peu après la fin. Paris s’impose et file en 8e de finale en marquant 4 buts malgré la grande maladresse de Cavani.

Réactions :

Thomas Meunier :

L’En Avant pas si loin du 2-2 pendant un moment ?
«Oui, tout simplement. On s’est mis en difficultés avec pas mal de pertes de balle en construction offensive. Cela allait en piston, un peu haut en bas, on s’est beaucoup fatigués pour rien au lieu de pouvoir gérer la possession et d’attendre le bon moment. Beaucoup d’enthousiasme et c’est le point positif. Mais on prend deux buts sur deux penalties, c’est un peu le point négatif.»

Le penalty qu’il a concédé :
«Je ne vais pas dire qu’il n’y a pas penalty car je serais de mauvaise foi. Ce n’est pas discutable.»

Du doute au cours du match ?
«Non, je ne pense pas. Il y avait 2-0 après 25 minutes. Je m’attendais à ce qu’on enchaîne les buts au vu de l’entame de match qui était très bonne. On a eu des occasions franches via Edi, Angel ou Pastore. Si on avait été un peu plus efficaces ou réalistes, on aurait pu en mettre 4 ou 5 sans les phases arrêtées. Ce n’était pas un mauvais match du tout, on a juste fait 2 ou 3 erreurs qui nous coûté cher mais on est tombés sur une équipe de Guingamp qui était pas mal organisée.»

Cavani qui se loupe dans la quête du record d’Ibra :
«Il a eu les occasions, on le voit par exemple la double occasion avec un très bon gardien. Il a manqué de réussite ce soir, ça arrive mais je pense que si ça avait été une phobie, il aurait été encore moins altruiste. On le voit à un moment, il est en un contre un face au gardien, il met la balle à Angel alors qu’il aurait pu tuer le gardien. Il la joue collectif et altruiste, c’est très bien. Moi je félicite son geste, il pense collectif et c’est le principal pour moi»

Cavani très servi malgré l’absence de Neymar et Mbappé :
«Moi, mes relations sont un peu moins marquées que pour des joueurs offensifs mais cela ne change rien que Neymar ou Kylian soient là. Pour moi, on a énormément de qualités sur le banc qui peuvent tout aussi bien faire la différence. Je ne vois pas beaucoup de différences et on a vu aujourd’hui que l’apport pour Edi était égal aux semaines précédentes.»


Le stade :

Le Parc des Princes


Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)