Sélectionner une page

PSG – Lucé 6-0, 15/10/72, Division 3 72-73

Dimanche 15.10.1972, Championnat de France, Division 3, Groupe Ouest, 8e journée (2e place) à Saint-Germain-en-Laye, au Stade Georges-Lefèvre :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. –  A.L.F. LUCÉ  6:0 (3:0)
– 795 spectateurs. Buts : Christian André, 4′, Christian André, 39′, Christian André, 40′ ; Jean-Louis Brost, 55′, Michel Marella, 58′, Richard Vanquelles, 67′. Arbitre : M.Picard.
L’équipe du PSG : Camille ChoquierOthniel Dossevi, Bernard Béréau, Pascal Schmitt, Michel BéhierRobin Leclerc, Michel MarellaJacques Laposte, Christian André, Éric Renaut, Jean-Louis Brost (Richard Vanquelles, 65′). Entraîneur : Robert Vicot.
L’équipe de Lucé : Braun – Bordier, Salaün, Debray, Zarotti (Rubichon, 55′) – Rolland, Bassierne – Boudebza, Gorgiatti, De Ortels, Dufoy. Entraîneur : Chiarelli.


Maillot probablement utilisé :

Maillot domicile 1972-73


Photos du match :

40ème minute : le défenseur lucéen ne peut que constater les dégâts. Christian André vient d’inscrire le but du 3-0, sa 3ème réalisation personnelle !


Compte-rendu (presse, merci à Stéphane Grandvalet) :

Face à Lucé, Saint-Germain fit un cavalier seul. A la quatrième minute, sur une faute de la défense visiteuse, André fusille le gardien Braun de Lucé.

Les hommes de Chiarelli opposèrent une vive résistance à l’avant-garde parisienne, mais à la trente-huitième minutes André inscrivit le second but ; deux minutes plus tard le même André, sur un centre de Brost, trompa Braun.

A la reprise, domination constante de Paris-S.-G. et, à la cinquante-cinquième minute, sur un nouveau cafouillage de la défense de Lucé, Brost mit la balle au fond des filets. Deux minutes plus tard, à la suite d’une magnifique passe en profondeur de Schmitt sur André, celui-ci centra dans les pieds de Marella qui trompa Braun. C’est enfin à la 67ème minute que Vanquelles insrivit le dernier but pour les locaux.

Compte-rendu (La Liberté de la Vallée de la Seine) :

Accueillant la difficile formation de Lucé, l’équipe du Paris-SG, encouragée par près de 1.000 spectateurs, n’était pas tellement rassurée avant le coup d’envoi sifflé par l’excellent arbitre M. Picard. Pourtant dès la 4e minute, Saint-Germain prit un avantage déterminant lorsque sur une faute de la défense l’opportuniste avant-centre noir André trompa une première fois Braun, le malheureux gardien de but visiteur. Piqués au vif, les hommes de Chiarelli, l’ex-Sedanais, se ruèrent à l’assaut des buts de Choquier, mais la défense bien commandée par Béreau tint bon et permit au même André d’inscrire 2 nouveau buts peu avant la pause et de creuser un écart définitif.

Complètement découragée l’équipe de Lucé fut obligée de subir la loi d’une équipe transcendante, amorçant des combinaisons offensives de toute beauté. A ce jeu il était normal que la marque fut aggravée et le mérite en revint à trois joueurs différents : Brost (55e), Marella (58e) et Vanquelles (87e).


Le stade :

Vue aérienne du Stade Georges-Lefèvre en 1972

Vue aérienne du Stade Georges-Lefèvre


Loic
Suivez-moi
Les derniers articles par Loic (tout voir)