Sélectionner une page

PSG – Metz 5-0, 10/03/18, Ligue 1 17-18

Samedi 10.03.2018, Championnat de France, Ligue 1, 29ème journée (1ère place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. METZ 5:0 (4:0)
– 47 225 spectateurs (ayant payé leur place). Buts : Thomas Meunier, 5′, Christopher Nkunku, 20′, Christopher Nkunku, 28′, Kylian Mbappé, 45’+1 ; Thiago Silva, 82′. Arbitre : M. Delerue.
L’équipe du PSG : Alphonse Aréola – Yuri Berchiche, Presnel Kimpembe, Thiago Silva, Thomas Meunier – Julian Draxler (Adrien Rabiot, 71′), Lassana Diarra, Marco Verratti (Giovani Lo Celso, 64′) – Christopher Nkunku, Kylian Mbappé, Angel Di Maria (Timothy Weah, 71′). Entraîneur : Unai Emery.
L’équipe de Metz : Kawashima – Balliu, Niakhaté, Selimovic, Rivierez – Cohade, Diagne (Rivière, 64′), Poblete, Milicevic (Niane, 86′) – Roux, Dossevi. Entraîneur : Hantz.
Avertissement : Diagne, 40′.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 17-18


Photos du match :

Thomas Meunier (Made in Parisiens)

Kylian Mbappé devant Cohade (Made in Parisiens)

Angel Di Maria poursuivi par Niakhaté (Made in Parisiens)

Les Parisiens célèbrent l’un des cinq buts du soir (Made in Parisiens)

Julian Draxler prend le meilleur sur Cohade (Made in Parisiens)

Kylian Mbappé taclé (Made in Parisiens)

Tentative de Timothy Weah (F. Denat)


Vidéo (cliquez sur le lien « Visionner sur YouTube » qui s’affiche dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Une tranquille relance

Le PSG recevait le FC Metz ce samedi à l’occasion de la 29ème journée de Ligue 1 et les Parisiens se sont imposés 5-0 face à la lanterne rouge. Un but rapide de Meunier, un doublé de Nkunku, un but de Mbappé et un dernier de Thiago Silva ont offert aux joueurs parisiens un succès très facile après la claque face au Real Madrid (1-2).

Le match :

Le PSG a donné le coup d’envoi et tente de jouer, c’est Nkunku qui joue ailier plutôt que Draxler, au milieu. Paris tente vite d’attaquer mais Mbappé est hors-jeu sur une passe de Draxler (3e). Le but arrive toutefois bien vite : Berchiche déborde côté gauche et centre en retrait pour Mbappé qui frappe. Un défenseur repousse sur Meunier qui conclut d’une belle reprise de volée croisée (1-0, 5e).

Malgré ce but précoce, Paris a peur sur une relance ratée de Berchiche finalement sauvée par Verratti dans la surface (8e). Metz met le PSG en difficulté aevc ce pressing très haut mais Paris s’en sort bien et Mbappé rate sa dernière passe pour Di Maria sur un bon contre (10e). Paris a très chaud sur un contre après un ballon perdu de Nkunku. Dossevi se retrouve dans la surface et frappe. Kimpembe dévie légèrement et c’est la barre qui repousse (11e). Côté Paris, c’est Di Maria qui est trouvé dans le dos de la défense mais il rate sa volée (12e). La partie est très ouverte, Metz se montrant aussi dangereux à plusieurs reprises vu qu’Areola doit sortir devant un attaquant avant de repousser une frappe des 18m (16e). Et alors que les Messins sont bien dans la partie, c’est le PSG qui double la mise sur une action limpide : Berchiche monte et remet à Draxler qui trouve Verratti pleine axe. Il s’enfonce et décale Nkunku dans la surface, chirurgical face à Kawashima d’une frappe puissante du gauche (2-0, 20e).

Paris continue d’attaquer face à un adversaire très faible défensivement mais une bonne action Mbappé/Di Maria est conclue par un centre trop long de l’Argentin pour Nkunku (25e). Le même Di Maria est dans l’incapacité de couper un centre de Berchiche mal ajusté aux 6m (27e). Le match est très ouvert et Nkunku brille encore : Draxler voit Di Maria devant lui et le sert. Pris à contre-pied, l’Argentin dévie vers Nkunku qui avance et envoie une frappe parfaite aux 18m qui trompe le gardien adverse (3-0, 28e). Sur l’action suivante, Meunier déboule côté droit et centre et Nkunku est tout proche de reprendre pour s’offrir un incroyable triplé (30e).

Alors que le PSG s’amuse offensivement mais manque de justesse dans les zones clés, c’est Thiago Silva qui s’emploie sur un centre en retrait dangereux de Dossevi après une belle percée (38e). Paris répond par un coup-franc puissant de Di Maria que l’Argentin tire juste au-dessus (41e). L’action suivante est une attaque rapide du PSG avec Draxler qui remonte un demi-terrain avant de servir Mbappé en profondeur mais l’attaquant perd son duel face au portier (42e). Nkunku pense même inscrire un triplé quand il reprend de la tête au second poteau un centre de Di Maria mais il est signalé à tort hors-jeu (45e) ! Le 4e but arrive juste après quand même quand Verratti trouve Mbappé dans le dos de la défense. Du gauche, il trompe enfin le gardien adverse (4-0, 45e+1). La mi-temps est sifflée juste après.

Aucun changement n’a lieu à la mi-temps et la partie reprend très tranquillement. La 1e occasion est parisienne avec Di Maria qui trouve Meunier dans la surface mais le Belge loupe la balle et ça arrive sur Mbappé qui loupe le cadre de façon à peine croyable (51e). Metz tente très vaguement d’attaquer mais la frappe lointaine de Milicevic est largement hors-cadre (56e). Meunier en profite pour s’offrir une folle percée sur le côté droit et envoie un centre parfait pour Nkunku aux 6m après avoir dribblé la moitié de Metz mais Kawashima fait l’exploit sur sa ligne (59e). Di Maria s’amuse aussi mais son centre en retrait est repoussé alors que Draxler était seul (63e).

Alors que Verratti est remplacé par Lo Celso, c’est Nkunku qui offre un ballon de but à Mbappé mais il perd un nouveau duel face à Kawashima, bien sorti (65e). Mbappé envoie en revanche une passe fabuleuse pour Di Maria qui se loupe face au gardien. Il ne fait pas mieux quelques secondes plus tard quand Lo Celso le sert bien sur un coup-franc vite joué (69e). A 20 minutes de la fin, Emery fait ses deux derniers changements avec Weah pour Di Maria et Rabiot pour Draxler (71e). Le jeune Weah est juste derrière Kimpembe qui se met en évidence sur un corner de Lo Celso mais la tête n’est pas cadrée (74e). Paris reprend sa domination et Meunier accélère côté droit avant de donner un centre en or à Mbappé qui bute sur le gardien, incroyable (75e) ! Sur le corner, Rabiot envoie une frappe terrible mais le portier est encore là ! Paris finit mieux et Lo Celso envoie un corner très haut, comme demandé par un Thiago Silva impeccable à la réception (5-0, 82e)

La fin de partie, comme le reste de la seconde mi-temps, est jouée sur un rythme très tranquille mais Rivière sollicite Areola d’une belle volée sur laquelle le gardien parisien se couche bien (89e). Paris répond avec une belle passe de Mbappé pour Weah mais le jeune attaquant perd son duel (89e). Ce sera la dernière occasion d’une rencontre très facilement gagnée par le PSG. Les supporters font même la fête avec les joueurs à la fin de la rencontre quand, deux heures plus tôt, Unai Emery était sifflé au coup d’envoi. Quatre jours après PSG/Real, le coupable a donc été trouvé.

L’impact au classement :

PARIS SG 77 points (+72)
MONACO 63 points (+41)
MARSEILLE 59 points (+25)

Réactions :

Unai Emery :

Un match qui permet d’oublier PSG/Real Madrid ?
«Oui, c’est vrai que nous avions besoin de gagner après la défaite de mardi. On continue notre chemin dans les compétitions que nous allons dans les prochaines semaines et mois. L’équipe a maintenu le niveau en championnat et elle a fait un match sérieux. Dans les premières minutes, nous avons concédé plus de situations à l’adversaire que ce que nous souhaitions. On a parlé dans les vestiaires de fermer les options qu’ils avaient. En seconde période, on a marqué un but, on a bien refermé en défense et on s’est créé pas mal d’occasions de but mais ce n’est pas entré.»

Son avis sur la prestation de Nkunku :
«Il travaille très bien aux entraînements. C’est vrai qu’il a besoin de progresser en jouant davantage de minutes mais, tous les jours, aux entraînements ou à chaque match qu’il joue, c’est important pour lui de progresser et d’avoir ce niveau de performance sur le terrain. C’est pour ça que nous sommes contents. Aujourd’hui, c’était un match pour donner du temps de jeu à d’autres joueurs comme lui et il a fait un bon match.»

Son choix de ne pas avoir retenu Kurzawa :
«Chaque match, je choisis des joueurs en fonction de l’équipe et du moment et j’ai décidé que les joueurs qui sont dans le groupe étaient les mieux préparés pour disputer le match d’aujourd’hui.»

Des tests tactiques et des jeunes lancés d’ici à la fin de la saison ?
«Pour le projet du club, le centre de formation est important et c’est pour ça qu’il est intéressant de donner des options, s’il y a performance, aux entraînements et en match aux jeunes. Et s’ils peuvent démontrer qu’ils sont performancs, c’est bien. C’est pour ça qu’on va continuer de suivre cet objectif avec les joueurs jeunes. Tactiquement, l’équipe est habituée et adaptée au 4-3-3 ou au 4-1-4-1, selon les moments, avec la pression sur les intérieurs, les ailiers qui sont plus ou moins hauts mais je crois qu’on va continuer avec ce système.»

Des sourires qui sont revenus chez les joueurs et le public :
«Aujourd’hui, tout rappelle le match de mardi mais on va oublier ça petit à petit. On a analysé et on va travailler sur les choses que nous devons améliorer et changer. Aujourd’hui, il était important de gagner pour nous et les supporters ont été très bien. Ils ont aidé l’équipe, ils ont poussé, on a été avec eux. On avait parlé dans le vestiaire du fait que c’était important de gagner pour nous mais aussi pour toutes les personnes qui étaient aujourd’hui au Parc des Princes. Ils ont eu un très bon comportement avec les joueurs»

La méforme relative de Mbappé :
«Il a besoin d’avoir patience et constance, les deux choses. La frustration arrive plus vite quand il rate une occasion, une action. D’où la constance. Du travail sur lui. Il est jeune et il va passer des caps dans sa progression. Et par rapport à aujourd’hui, il a besoin de constance.»

Christopher Nkunku :

Vous l’avez cherché ce triplé ?
«Oui je l’ai cherché, bon on a fait une bonne entame de match, une bonne première mi-temps, on a su tuer le match rapidement et après on était plus à l’aise pour toute la rencontre.»

Est-ce que gagner 5-0 même si c’est contre Metz, le dernier, est-ce que ça efface un petit peu ce qu’il s’est passé cette semaine contre le Real ?
«Cela n’effacera pas, c’est du passé, on est éliminé mais maintenant il faut regarder de l’avant, ne plus regarder en arrière. Maintenant il reste trois titres cette saison, on va aller les chercher.»

On vous le souhaite. Sur vos buts, aujourd’hui, marquer un doublé quand on joue si peu, comment on sent après un match comme ça ?
«J’attendais d’avoir ma chance, c’est arrivé sur les deux derniers matchs. J’attendais ça depuis longtemps et j’ai travaillé toute la saison pour ça. Je suis content de mes deux prestations, encore plus aujourd’hui, je vois que je suis en progression et je vais continuer comme ça.»

Comment est l’ambiance dans l’équipe ? Allez-vous trouvez les ressources pour jouer cette fin de saison ?
«Oui on va trouver les ressources, la plupart de l’effectif c’est des grands joueurs, ils ont vécu des situations comme ça dans leur carrière. On va travailler aux entrainements pour gagner tous les matchs jusqu’à la fin de la saison.»

Kylian Mbappé :

Sa forme très moyenne du moment :
«Non, non, ce n’est pas ma meilleure période, l’élimination ça a mis un coup aussi. On va essayer de terminer du mieux qu’on peut et sans blessure pour la Coupe du Monde.»

Une victoire qui permet d’oublier le Real ?
«Tout le monde sait qu’on a déçu les fans et tous les gens qui nous supportent. On essaie de repartir de l’avant et ce n’est pas en un match qu’on va tout faire oublier. C’est en continuant et en progressant surtout, en apprennant de nos erreurs, donc on essaie de se remettre dans le droit chemin. […] C’est vrai que la digestion va être difficile mais on est des professionnels, on doit tourner la page et tout de suite passer à autre chose. Maintenant, bien sûr qu’on va se donner à fond pour les trois titres qui restent. On va essayer de faire trois sur trois, finir la saison et aller à la Coupe du Monde.»

Les sifflets pour Emery :
«(il fait la moue) Ils sont mécontents, après c’est normal, ils attendaient beaucoup de nous, on les a déçus mais, au moins, ils sont venus au stade et pendant le match ils nous ont encouragés. Après, les quelques sifflets on est des professionnels et on va faire comme si on avait pas entendu. […] Je pense que le coach n’est pas le seul responsable, on est tous responsables. Ils ont choisi de siffler le coach. S’ils choisissent de siffler le coach ils doivent tous nous siffler parce qu’on est parti tous ensemble et c’est tous ensemble qu’on a perdu. C’est pas Unai Emery qui a perdu c’est le Paris Saint-Germain donc c’est à nous tous d’être sifflés, c’est nous qui sommes sur le terrain.»

Envie de continuer avec Emery ?
«Je sais pas, je suis pas la direction c’est pas moi qui décide. Moi je m’entends très bien avec le coach, c’est un très bon coach. Maintenant il y a une direction qui décide, c’est son travail, moi mon travail c’est de jouer sur le terrain.»

PSG/Real et ses conséquences :
«Le Real Madrid a montré ce qu’est la différence entre des grands joueurs et des champions»
«C’est simple, quand vous perdez des matchs aussi importants déjà vous regardez le match pour voir ce qui n’a pas fonctionné. Même avant le match, on savait ce qui nous manquait et il y a certaines choses qui ont confirmé nos manques. Maintenant à nous de travailler et de nous améliorer parce que, être éliminé, je ne vais pas dire que ce n’est pas grave bien sûr mais c’est encore plus grave de refaire les mêmes erreurs les années d’après. Mentalement, on a vraiment géré le match du mieux possible. Personne ne peut dire qu’on n’avait pas envie, on avait envie, mais je pense que c’est plus footballistique parce qu’on a des grands joueurs mais le Real Madrid a montré ce qu’est la différence entre des grands joueurs et des champions. On va apprendre, on a appris, mais maintenant il faut pas reproduire les mêmes erreurs l’année prochaine, et bien terminer cette saison.»

Une remise en question après cette claque ?
«Bien sûr qu’il y a une remise en question. Quand vous êtes éliminés en huitième de finale, s’il n’y a pas de remise en question, il y a un gros problème ! Mais ce n’est pas dans les semaines à venir, c’est l’année prochaine quand on va arriver à ce stade-là de la compétition : est-ce qu’on se sera servi des erreurs de cette année ? C’est là où on verra qu’on a progressé, pas avant. Ce qu’on a appris précisément ? Que chaque détail compte contre ce genre d’équipe et que la moindre erreur peut se payer cash, et on a pas mal payé je pense.»

Une élimination plus facile à digérer que l’an passé ?
«Non encore plus dur, parce qu’avec Monaco c’était du bonus, on était quand même insouciants, là c’était vraiment un objectif et de sortir comme ça, malgré le fait que c’est face au double tenant du titre mais quand même… La manière dont on est sorti, je pense qu’on n’a pas montré le meilleur visage du Paris Saint-Germain et il faut maintenant assumer et se remettre au travail. Comment je l’explique ? (embêté) On a loupé le match retour je pense. Au match aller on fait quand même une bonne performance, on loupe dix minutes clés où on prend deux buts. Il y a des choses à tirer de notre match aller. Au match retour, il n’y a pas grand chose à tirer.»


Le stade :

Le Parc des Princes


Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)