Sélectionner une page

PSG – National Bucarest 1-0, 14/11/02, Coupe de l’UEFA 02-03

Ronaldinho balle au pied (Ch. Gavelle)

Jeudi 14.11.2002, Coupe de l’UEFA, 32e de finale, match retour à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – F.C. NATIONAL BUCAREST (Rou.)  1:0 (0:0)
– 35 000 spectateurs environ. But : Laurent Leroy, 57′.
L’Équipe du PSG : Lionel Letizi – Cristóbal Parralo, Mauricio Pochettino (Frédéric Déhu, 46′), Francis Llacer, Lionel Potillon – Selim Benachour, Felipe Teixeira (Alioune Touré, 78′), Hugo Leal, Alex Nyarko – Ronaldinho Gaùcho (Martin Cardetti, 63′), Laurent Leroy. Entraîneur : Luis Fernandez.
Avertissements à Frédéric Déhu et Hugo Leal.


Maillot utilisé :


Billet :


Programme (non officiel) :


Fanion :


Photos du match :


Vidéo :


Compte-rendu (psg.fr) :

L’essentiel et rien d’autre

L’histoire n’en retiendra que le score. En maîtrisant parfaitement son élémént, Paris a déjoué le moindre suspens tout comme la moindre folie. Cette soirée européenne n’en a eu que l’odeur, les saveurs sont restées dans les tiroirs. Finalement c’est le but de Laurent Leroy qui donne un peu de piment à cette rencontre. Marqueur à l’aller comme au retour, Leroy est bien de retour.

Luis a tenu parole, la rencontre aussi. Et malheureusement dans les deux cas, il n’y a pas eu de lien de cause à effet. Si Paris débute comme prévu avec la formation annoncée la veille, en revanche les deux buts d’avance du match aller ne sont pas là pour donner des ailes aux Parisiens. C’est donc dans une enceinte quelque peu dépeuplée que Monsieur Mikulski donne le « la  » à cette rencontre.

Et les bonnes affaires ne tardent pas à se présenter. Ce sont d’abord les hommes de Walter Zenga qui ouvrent les débats, mais la demi-volée de Petrescu n’inquiète pas Letizi outre mesure (1re). Avec un milieu de terrain chargé de délivrer le passeport créatif qu’il manque au PSG (Benachour et Ronaldinho associés), les ballons remontent effectivement plus vite vers les buts de Vintila. Mais voilà, Paris pèche dans la finition. Llacer (3e), mais surtout Leroy, après un joli débordement et un centre en retrait de Benachour, ne cadrent pas leurs tirs (11e).

Et ce manque criant dans la finition n’est pas des plus rassurants. Le jeu se déroule essentiellement au milieu du terrain, et ce ne sont que les rares accélérations de Ronaldinho qui donnent un peu de vie à cette morne plaine. Le plus beau geste de cette première période est à mettre au crédit du Brésilien. Le Champion du monde s’offre ainsi un premier tir sans élan à l’entrée de la surface de réparation que Vintila boxe en corner (29e). Juste avant le repos, les Roumains affolent la défense parisienne. Le une-deux entre Ilie et Petrescu envoie le premier face à Letizi. Une fois encore, le dernier rempart parisien est sur ses gardes (42e). Bref, comme on l’imagine, le spectacle n’est pas du tout au goût du public, et c’est donc sous un tonnerre de sifflets que les acteurs de cette rencontre regagnent leurs pénates.

Leroy retrouve les filets du Parc

Et c’est dans un tout autre état d’esprit que Paris repart à la bataille. Sans Pochettino, touché à la cheville en première période, c’est donc une défense qui s’organise autour de Déhu. Et les dix premières minutes de cette deuxième période sont d’ailleurs à sens unique. Une faute de Nemtanu sur Ronaldinho offre un coup-franc idéalement placé aux dix-huit mètres, légèrement désaxé. La frappe de Ronaldinho, cadrée, prend la direction de la lucarne, mais contrairement au match aller, cette fois le mur de Vintila n’est pas à côté de la plaque (53e). Sur le corner qui suit, cette fois c’est Benachour qui enlève une jolie volée que le portier roumain boxe comme il peut (54e).

La conclusion à tout cet acharnement va trouver une fin logique. Sur un enième ballon remonté par l’omniprésent Nyarko, le jeu file à gauche vers Llacer qui glisse à Benachour. Le jeune international tunisien réussit une géniale pichenette sur Petrescu. Son centre fort et rasant devant le but trouve le plat du pied droit de Leroy (57e). L’attaquant parisien n’avait plus marqué au Parc depuis le 7 avril 2001 face à Auxerre (3-0). Avec plus de trois buts à remonter – et on imagine difficilement comment ils y parviendraient – l’affaire est pliée.

Luis Fernandez peut faire sortir Ronaldinho, et préserver son homme fort pour le déplacement lensois. La partition est maîtrisée jusqu’au bout. Il y a bien cette frayeur sur ce ballon que Llacer sauve d’une sortie en touche. Radu, entré en jeu quelques minutes plus tôt en bénéficie et lance Ilie dans le dos de la défense. Le tir de l’attaquant roumain oblige Letizi à un ultime arrêt décisif. Plus rien ne fera se relever le public du Parc. Il est vrai aussi qu’il n’y avait franchement pas de quoi en faire une  » ola « . L’essentiel, rien que l’essentiel.

Réactions :

Luis Fernandez (Entraîneur-manager du PSG)
« Nous avons un peu souffert en début de match car même avec deux buts de retard, notre adversaire est encore venu construire une forteresse. Je félicite mes joueurs parce que face à un tel château-fort, ils n’ont cessé de tenter. En seconde mi-temps, nous les avions usé et cela nous a permis de trouver plus de solutions. Cette coupe d’Europe est encrée dans l’histoire du PSG et c’est pour cette raison que nous la respecterons jusqu’au bout. Nous donnerons notre maximum mais il y a quand même de gros clients qui arrivent de la Ligue des champions. J’espère que nous auront droit à une belle affiche au prochain tour, et que nous nous qualifierons. Dans ce cas, cela voudrait dire que nous avons progressé depuis l’an dernier puisque nous passerions un tour supplémentaire. Maintenant, place au match à Lens où nous irons pour faire un résultat. J’espère déjà que nous verrons un match un peu plus ouvert que nos dernières rencontres. »

Walter Zenga (Entraîneur du National Bucarest)
« Nous tenions à faire un résultat ici, et je suis très content que mes joueurs aient fait bonne figure. Nous nous sommes très bien comportés dans ce beau stade, face à une si grande équipe. Je pense même que le PSG a les moyens d’aller au bout de cette coupe UEFA. Je lui souhaite d’ailleurs, car je l’ai remporté deux fois avec l’Inter Milan, et ce sont de très grands souvenirs. J’espère aussi que les Parisiens gagneront cette coupe d’Europe car comme cela, on se souviendra qu’ils nous avaient éliminé. Mais ce soir, je suis déçu pour les garçons car ils auraient mérité au moins d’inscrire un but. »

Francis Llacer (Défenseur du PSG)
« Nous avons réalisé une première mi-temps un peu poussive car nous ne nous attendions pas à ce que les Roumains jouent aussi bas. Il a fallu s’adapter et c’est pourquoi le match s’est mieux déroulé en seconde période. C’était une rencontre un peu particulière et tout était réuni pour que nous tombions dans un piège. C’était important pour tout le groupe de l’emporter ce soir, car même si ce ne sont pas tous les titulaires qui jouent, la victoire est bonne pour la dynamique collective. Dimanche, nous allons être confronté à un tout autre match. Ce sera très chaud à Bollaert car il est toujours difficile de jouer là-bas. »

Lionel Letizi (Gardien de but du PSG)
« J’ai eu droit à un match plutôt facile. Même avec deux buts de retard, les Roumains se sont positionnés derrière. C’était donc un match très difficile à jouer même si en deuxième mi-temps nous avions plus d’espaces. Demain, nous penserons à Lens. C’est une équipe qui dans un match, alterne le bon et le moins bon. Mais il est tout de même toujours difficile de jouer à Bollaert. »

Selim Benachour (Milieu de terrain du PSG)
« Nous n’avons certes pas réalisé un grand match mais l’essentiel est acquis : la victoire. Avoir fait tourner l’effectif est important en prévision du match de dimanche à Lens. On s’attendait à ce que les Roumains attaquent mais ils ont finalement joué derrière. En première mi-temps, nous avons éprouvé pas mal de difficultés avant de mieux nous en sortir en seconde période. Maintenant, j’espère que nous allons aller chercher à Lens, les points perdus samedi dernier face à Sochaux. Nous avons les moyens de prendre trois points là-bas. »

Laurent Leroy (Attaquant et buteur du PSG)
« Je savoure cette victoire d’autant que cela fait toujours plaisir de marquer. C’est bien pour ma confiance. Petit à petit, je retrouve toutes mes sensations, et j’espère avoir bientôt l’occasion de jouer en championnat. Même les coups ne me font plus rien, je n’ai plus peur de rien. J’aime cette coupe UEFA, et j’espère que nous irons le plus loin possible. J’aimerai bien jouer Liverpool au tour prochain. Maintenant, tournons-nous vers Lens. Cela va me faire plaisir de revoir la famille (« Lolo » est originaire de Béthune, nda). »


Le stade :


Loic
Suivez-moi
Les derniers articles par Loic (tout voir)