Sélectionner une page

PSG – Stade Français 8-0, 26/11/72, Coupe de France 72-73

Dimanche 26.11.1972, Coupe de France, 5e tour à Saint-Germain, au stade Georges-Lefèvre :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – STADE FRANÇAIS (DHR)  8:0 (5:0)
– 379 spectateurs. Buts : Didier Ledunois, 22′, Jean-Louis Brost, 26′, Othniel Dossevi, 35′, Éric Renaut, 37′, Éric Renaut, 40′ ; Christian André, 53′, Christian André, 67′, Éric Renaut, 74′. Arbitre inconnu.
L’équipe du PSG : Camille Choquier – Didier Ledunois (Thierry Coutard, 46′), Bernard Béreau, Pascal Schmitt, Michel Béhier – Robin Leclerc, Jacques Laposte – Jean-Louis Brost, Christian André, Éric Renaut, Othniel Dossevi. Entraîneur : Robert Vicot.
L’équipe du Stade Français : Basteni – Borreguero, Chansard, Zaher, Avisse – Lobinet, Levêque – Lemeute, Gobert, Newey, Desbordes. Entraîneur : Luber.


Maillot sans doute utilisé :

Maillot domicile 1972-73


Programme :

(Archives Michel Basteni)


Photos du match :

La 4ème but du PSG : sur un centre d’Eric Renaut, Jean-Louis Brost ne laisse aucune chance à l’infortuné Basteni


Compte-rendu :

Pour son entrée en lice en Coupe de France, dès le 5ème tour, le sort a désigné comme adversaire le voisin du Stade Français. Cet ex-grand club n’est plus que l’ombre de lui-même et évolue maintenant en division d’honneur régional (le 5ème échelon national) soit deux divisions en dessous du PSG. Après un round d’observation au cours duquel les débats furent assez équilibrés, le premier but de Didier Ledunois fût le déclencheur d’une véritable avalanche de buts, emportant le Stade Français et ses espoirs de qualification…

– La Liberté de la Vallée de la Seine :

8 buts de Paris-St-Germain

Abordant ce match de Coupe de France contre le Stade Français (Honneur Régional) avec beaucoup de prudence, Paris-Saint-Germain dut attendre la 22e minute pour ouvrir la marque par son arrière-droit Ledunois. Ce fut le premier d’une série extraordinaire, qui permit aux attaquants de tromper 8 fois le gardien adverse Basteni.

Brost, Dossevi et Renaut marquèrent avant ta mi-temps, tandis que André (2 fois) et Renaut étaient les réalisateurs de la seconde période.

Qualification donc facile pour les, hommes de Vicot, qui ont une nouvelle fois démontré leurs talents offensifs.

– Le Parisien (merci à Michel Basteni) :

Paris-S.G. au petit trot

Les joueurs de Paris – Saint-Germain entamèrent le match avec une grande prudence. Le Stade Français essaya de faire jeu égal et réussit à garder le contact pendant les vingt premières minutes ; c’est à la 22ème minute que Ledunois marquera le premier but d’une longue série pour son équipe. Dès lors, les San-Germanois se lancèrent à l’attaque : Brost, puis Dossevi et enfin Renaut portèrent le score à 5-0.

Les San-Germanois ayant une confortable avance, entamèrent la seconde période eu petit trot, mais ne cessant d’attaquer et de mettre leurs adversaires en difficulté. C’est André qui inscrira le premier but de la seconde mi-temps à la 33ème minute, puis Renaut, d’un magnifique tir de 25 mètres trompera une nouvelle fois, Basteni. André donnera le coup de grâce au Stade Français à la 74ème minute, d’une très belle tête.

– Le Courrier Républicain :

Paris-Saint-Germain écrase le Stade Français 8 à 0

Le match s’engagea rapidement, les deux équipes pratiquant un football agréable et équilibré de part et d’autre durant les vingt premières minutes.

C’est ainsi que d’entrée le Stade Français, par son avant-centre, alerta Choquier sur une tête plongeante (4e minute). Mais les joueurs de Paris S.G. répliquèrent à la 7e minute sur un centre de Dossevi repris de volée par Brost qui voit son tir s’écraser sur la barre transversale. Les actions des attaquants sangermanois, dès lors, se multiplièrent et c’est fort justement que les locaux inscrivirent leur premier but sur une action personnelle de Ledunois qui trompa le gardien adverse sur un tir à ras de terre. Dès lors, Paris S.G. s’envola irrésistiblement, acculant la défense adverse dans ses derniers retranchements, et à la 25e minute, André effaça successivement trois joueurs, centra sur Brost qui marqua comme à la parade. La cause étant entendue lorsqu’à la 30e minute Laposte ajusta de l’aile droite un fort joli centre, le ballon fut catapulté au son des filets par une splendide tête de Dossevi. C’est lors d’une action similaire que le ballon brossé par Renaut fut repris par Brost (37e minute). Un slalom d’André, une passe courte de ce dernier à destination de Renaut et ce fut le cinquième but. C’est sur ce score sans appel que la mi-temps fut sifflée.

A la reprise l’on assista à une véritable démonstration des joueurs de R. Vicot, les passes croisées, les dédoublements, les montées en une-deux fusaient de toute part, la défense du Stade Français devait se surpasser pour éviter le pire face à une attaque qui brillait de mille feux. Laquelle, par trois fois, trouva le chemin des buts, en voici le résumé : une montée de Béreau qui centre sur Schmitt, tir instantané de celui-ci, le gardien bien placé réceptionne la balle mais la relâche et André, l’opportuniste, loge le ballon au fond des filets (52e minute) ; il récidiva à la 74e minute. Le septième but fut inscrit à la suite d’une action de Leclerc qui transmit le ballon à Renaut qui fusilla l’infortuné gardien (69e minute).

Cette belle partie du Paris S.G. démontre les belles qualité défensives et offensives dont sont emprunts les joueurs sangermanois, ils pratiquèrent en effet, pour le bonheur et la joie des spectateurs, un jeu clair, aéré et rapide. Les joueurs du Paris S.G. sont tous à féliciter, disons-le la formation de R. Vicot est très complète et a belle allure. Mais il est juste de complimenter les joueurs du Stade Français pour leur courage et leur volonté, en effet à aucun moment ils ne baissèrent les bras.


Le stade :

Vue aérienne du Stade Georges-Lefèvre en 1972

Vue aérienne du Stade Georges-Lefèvre


Loic
Suivez-moi
Les derniers articles par Loic (tout voir)