Sélectionner une page

PSG – Toulouse 2-1, 19/01/16, Coupe France 15-16

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3522/56691/match/Paris-Toulouse-2-1/Paris-Toulouse-2-1)

Mardi 19.01.2016, Coupe de France, 1/16 de finale à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – TOULOUSE F.C.  2:1 (0:1)
– 35 000 spectateurs environ. But : Moubandjé, 11′ ; David Luiz, 54′, Zlatan Ibrahimović, 89′ sur penalty.
L’Équipe du PSG : Salvatore Sirigu – Grégory Van der Wiel, David Luiz, Presnel Kimpembe, Layvin Kurzawa – Ángel Di María, Benjamin Stambouli, Adrien Rabiot, Ezequiel Lavezzi – Hervin Ongenda (Lucas Moura, 64′), Edinson Cavani (Zlatan Ibrahimović, 64′). Entraîneur : Laurent Blanc.
Avertissements à Ángel Di María.


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot domicile 2015-16

Maillot domicile 2015-16


Photos du match :

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3522/56691/match/Paris-Toulouse-2-1/Paris-Toulouse-2-1)

Adrien Rabiot, titulaire au milieu et auteur d’un bon match (Ch. Gavelle)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3522/56691/match/Paris-Toulouse-2-1/Paris-Toulouse-2-1)

Salvatore Sirigu gardait les cages parisiennes (Ch. Gavelle)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3522/56691/match/Paris-Toulouse-2-1/Paris-Toulouse-2-1)

Angel Di Maria, dans un jour sans (Ch. Gavelle)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3522/56691/match/Paris-Toulouse-2-1/Paris-Toulouse-2-1)

Incroyable scène de joie après l’égalisation de David Luiz. Blasés, les Parisiens? (Ch. Gavelle)

Photo Ch. Gavelle, psg.fr (image en taille et qualité d'origine: http://www.psg.fr/fr/Actus/105003/Galeries-Photos#!/fr/2015/3522/56691/match/Paris-Toulouse-2-1/Paris-Toulouse-2-1)

Le penalty de la victoire, signé Zlatan Ibrahimovic (Ch. Gavelle)


Vidéo (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Qualifiés en souffrant

En 16ème de finale de la Coupe de France, le PSG a souffert mais s’est finalement qualifié grâce à un penalty tardif de Zlatan Ibrahimovic, entré en jeu. Toulouse avait ouvert le score en début de match avant que David Luiz n’égalise. Le TFC a vendu très chèrement sa peau mais c’est le PSG qui est en 8ème de finale de la Coupe de France.

Le match :

Après un début de match tranquille qui voit les Parisiens prendre leurs marques dans le 4-2-3-1 du soir, Di Maria se met en route et envoie un centre superbe depuis la gauche que Cavani coupe bien au premier poteau mais Goicoechea capte la reprise de l’extérieur du pied droit de l’Uruguayen, fort habile sur le coup (6e). Toulouse réagit avec une ouverture que Kimpembe remet dans la course de Braithwaite dans la surface ! Le Danois centre ensuite au second poteau pour Regattin qui n’attrape pas le cadre de près (7e) ! Cette alerte ne réveille pas un PSG qui commence à s’endormir et la deuxième occasion sera finalement la bonne pour les visiteurs. D’une superbe ouverture, Moubandje trouve dans la surface Regattin qui, face à Sirigu, remet pour le latéral gauche. Ce dernier était le seul qui avait suivi l’action et marque dans le but vide (0-1, 11e).

Paris est légèrement sonné et réagit par des nombreux centres de Di Maria, surtout, Kurzawa ou encore Van der Wiel, mais le goal ou la défense adverse veille. La plus grosse opportunité est finalement pour Cavani, à la réception d’un long ballon de David Luiz, mais le double tacle toulousain écarte le danger (18e). Toulouse est très bien en place, bien plus volontaire et n’est que peu perturbé, s’offrant même quelques opportunités sur des contres. Le PSG se met en route et, après la demi-heure de jeu, s’approche de plus en plus de la surface adverse. Ongenda est à deux doigts de trouver Cavani dans la surface, puis c’est Stambouli qui perce pour l’Uruguayen qui ne parvient pas à se mettre dans le bons sens avant que Rabiot ne provoque un bon coup-franc aux 20m plein axe. David Luiz s’élance et tire en force mais Goicoechea repousse en corner la frappe puissante (38e).

Le PSG pousse fort en cette fin de mi-temps mais la défense de Toulouse tient comme elle peut, à l’image de son gardien qui repousse une frappe lointaine de Kurzawa (44e). A la pause, Toulouse mène 1-0 au Parc grâce à un début de match très réussi mais a malgré tout bien souffert dans la seconde partie. Côté PSG, on peut regretter le manque de présence dans la surface sur les centres.

Paris semble bien revenu mais c’est pourtant Toulouse qui frôle le break d’entrée après un mauvais renvoi de la défense du PSG. Des 20m, excentré côté gauche, le gaucher frappe du droit et Sirigu se détend de son long pour dévier en corner (48e). Sur le corner, l’arbitre siffle une faute toulousaine dans un cafouillage tandis que le ralenti montrait plutôt le contraire et le PSG s’en sort donc très bien. La réponse tarde à arriver et quand Paris se procure un bon coup-franc, Di Maria gâche complètement l’occasion. Contre toute attente, Paris égalise pourtant sur un corner bêtement concédé par Toulouse. Lavezzi envoie un corner parfait au premier poteau que David Luiz catapulte d’une tête surpuissante au 1er poteau (1-1, 54e).

Paris est lancé, malgré un contre mal joué par Ongenda ou encore un centre dangereux de Kurzawa dévié de peu, c’est surtout un centre de retrait de Cavani pour Di Maria qui offre une bonne occasion au PSG. Las, la reprise du droit de l’Argentin est contrée (58e). Deux minutes plus tard, sur un nouveau contre éclair, c’est cette fois Di Maria qui tente une talonnade inopportune dans la surface et gâche une belle opportunité (60e). Blanc fait alors son coaching avec Lucas et Ibrahimovic à la place d’Ongenda et Lavezzi et il faut 5 secondes à peine au Suédois pour marquer sur un coup-franc lointain qu’il reprend après une tête repoussée de David Luiz. Dommage pour le Suédois, le Brésilien étant hors-jeu au départ et le but est refusé (65e). Après une légère accalmie, Paris accélère encore et Spajic sauve du bout des pieds une passe qui envoyait Lucas au but (69e). Le même Spajic se dégage ensuite comme il peut sur une remise acrobatique de Zlatan que Kurzawa allait reprendre aux 6m(69e).

Toulouse souffre derrière mais s’offre aussi des contres, forçant des avertissements pour le PSG (Di Maria et David Luiz) et Didot tente même une frappe des 20m que Sirigu capte bien après un bon contre (70e). Le TFC souffre toutefois énormément et Goicoechea sauve dans les pieds de Cavani suite une belle passe en profondeur de Di Maria, pourtant touché quelques secondes avant dans un duel (75e). Au milieu de cette furia parisienne, Regattin frôle le lob de l’année du rond central et Sirigu se fait même mal sur l’action en se détendant alors qu’il vient de frôler un but complètement ridicule (79e) ! Le gardien est touché mais ses partenaires continuent de jouer et Lucas est dangereux sur une frappe lointaine que le goal adverse repousse de façon étrange (81e). Sirigu reste dans les buts et se fait même strapper alors qu’il est réellement blessé, sa sortie sur un centre l’indiquant très bien (86e).

Malgré la situation précaire du gardien, Paris continue de pousser et Kurzawa obtient un penalty alors que tout semble bloqué. Il s’arrache dans la surface pour gratter un second ballon et Spajic fait faute sur lui à l’entrée de la surface alors que le latéral s’éloignait du but. Ibrahimovic ne se pose pas de question et transforme en ouvrant son pied, trompant le gardien (2-1, 89e). Le PSG tente de gérer la toute fin de match mais Toulouse voit quand même Bodigier s’offrir une dernière frappe dans la surface, ratée. Rabiot lui répond d’une frappe puissante que le gardien repousse.

Le PSG s’impose finalement 2-1, non sans avoir souffert, mais se qualifie malgré tout grâce à une deuxième période où les coups de boutoir du PSG ont fini par payer.

L’impact :

Le PSG est qualifié pour les huitièmes de finale de Coupe de France dont le tirage au sort aura lieu mercredi prochain. La rencontre aura lieu le 10 février au Parc des Princes, soit moins d’une semaine avant PSG/Chelsea.

Réactions :

Laurent Blanc :

Une victoire compliquée :
«Ce genre de situation me plaît surtout quand il y a la victoire au bout. On peut s’apercevoir qu’on peut être en difficulté mais qu’on surmonte ça pour gagner. À la 88e minute, j’avais une peur bleue de devoir jouer une prolongation. On doit passer ce mois de janvier qui est compliqué, avec ce calendrier assez fou. On ne veut pas se faire éliminer des deux Coupes, on est Paris. On ne peut pas se permettre cela. Toulouse, décidément, nous pose des difficultés, et si cette équipe joue comme ça, elle va embêter beaucoup de monde. Ils sont en train de retrouver une âme. »

Une rencontre en deux temps :
« Pour nous, il y a encore eu une différence notoire entre les deux périodes. Les 20 premières minutes, on n’est pas dans le match, c’était mieux ensuite, avec un recadrage à la mi-temps. Il y a eu du déchet mais des occasions. En ce moment, le banc amène ce qu’il doit amener, c’est une bonne chose. On va trouver des choses à améliorer, mais ce que je trouve bien, c’est qu’on ne veut pas perdre. Et j’ai dit aux joueurs qu’on serait de mieux en mieux. Ca va nous donner du peps pour la suite.»

Benjamin Stambouli :

Le match :
« C’est une équipe qui arrive à nous poser quelques problèmes, ils ont de la qualité dans leur effectif et on l’a vu même s’ils ont changé d’équipe par rapport à samedi. Ils ont quand même réussi à nous mettre en difficulté sur certaines actions. Mais, à force de patience et grâce aux consignes du staff, on a réussi à venir à bout d’eux, dans la douleur, mais c’est une victoire qu’on savoure beaucoup. »

Ce qui pousse le PSG à chaque match :
« On a une équipe qui est poussée par les records. C’est quelque chose qui nous motive beaucoup, savoir qu’on a des records à aller chercher, et nous surpasser. On est des grands compétiteurs et on essaye de gagner chaque match, on ne lâche rien. Pour l’instant, on le fait très bien et on espère que cela va encore continuer. »

David Luiz :

Un match compliqué :
« Oh oui. C’était un match difficile et ce n’est jamais facile de gagner ce genre de matches. Ils ont vraiment très bien joué et nous n’avions pas beaucoup d’intensité, nous étions un peu endormis, aussi bien en attaque qu’en défense. Et quand ne ne jouons pas à un haut niveau, les matches deviennent plus difficiles. La seconde période a été meilleure et nous avons gagné le match. Ce n’était pas toujours comme nous le voulions mais c’est le football. »

Le début de match raté :
« Je pense que c’est une question de mental. On a commencé trop doucement dans nos têtes, on a laissé de l’espace, beaucoup trop. Et quand tu commences comme ça, ce genre de choses peut arriver. Nous avons été chanceux de ne concéder qu’un seul but car, normalement, avec un début pareil, vous pouvez en commencer deux ou trois et le match est terminé. Nous nous sommes réveillés en seconde période et on a gagné ce match. Cela fait partie de mon rôle de réveiller mes partenaires, c’est ce que j’ai fait ce soir. Nous étions vraiment lent dans le rythme, c’était compliqué. On n’a pas très bien joué ce soir mais on a gagné. Si on continue dans cette voie, avoir des résultats, c’est bien on doit avoir de l’intensité. »

Recadré par le staff à la mi-temps ?
« Oui, bien sûr. Nous avons parlé dans le vestiaire, tous ensemble, et tout le monde a été honnête, c’était bien. Quand vous voyez que vous avez été mauvais, que vous le dites et que vous êtes bon ensuite, c’est très bien. »

L’arrêt de Sirigu à 1-0 , le tournant du match ?
« Oui, je suis d’accord. C’est un arrêt très difficile, Sirigu a fait un grand arrêt. L’arrière gauche a fait un match fantastique et Sirigu fait vraiment un super arrêt. »


Le stade :

Le Parc des Princes

Le Parc des Princes


 

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)