Sélectionner une page

PSG – Toulouse 3-0, 14/02/95, Coupe de la Ligue 94-959495_PSG_Toulouse_CdL_MBoma

Mardi 14.02.1995, Coupe de La Ligue, 1/4 de finale à Paris, au Parc des Princes :
PARIS SAINT-GERMAIN F.C. – TOULOUSE F.C. (D2)  3:0 (2:0)
– 9 872 spectateurs. Buts : George Weah, 7′, Antoine Kombouaré, 18′ ; Patrick Mboma, 62′.
L’Équipe du PSG : Luc Borrelli – José Cobos, Antoine Kombouaré, Alain Roche (Oumar Dieng, 67′), Patrick Colleter – Daniel Bravo, Pierre Ducrocq, Francis Llacer – Raí Oliveira, George Weah (Pascal Nouma, 63′), Patrick Mboma. Entraîneur : Luis Fernandez.


Maillot utilisé (col et poignets à liseré rouge et bleu) :

IMG_4334

Maillot domicile Coupe de France et Coupe de la Ligue de 1994 à 1998 (collection MaillotsPSG)


Billet :


Photos du match :

9495_PSG_Toulouse_CdL_MBoma

Patrick M’Boma dans la nasse toulousaine

9495_PSG_Toulouse_CdL_Llacer

« Cisco » Llacer… aérien!


Compte-rendu (Paris GO) :

La saison dernière, le PARIS SAINT-GERMAIN devait prendre le point du match nul pour s’octroyer définitivement le titre de Champion de France. Aujourd’hui, le onze parisien se devait de battre I équipe de la ville rose, à savoir le TOULOUSE FOOTBALL CLUB, afin, d’une part, de prendre son ticket pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue qui, dois-je vous le rappeler, offre une qualification en C3 pour le vainqueur, et surtout, d’autre part, de tirer un trait sur la défaite concédée samedi 14 février à Saint-Symphorien (2-0).

L’horaire avancé de cette rencontre (18 heures), sa programmation en semaine (un mardi) et la retransmission télévisée de la maison mère (CANAL +) auront réussi encore un peu plus à transformer le Parc des Princes en courant d’air. En effet, et même si l’équipe de Roland COURBIS évolue cette saison en Super D2, seulement 9 872 personnes vinrent assister à ce quart de finale, ce qui constitue la plus faible affluence de la saison et vraisemblablement une des moins importantes depuis l’arrivée de la chaîne cryptée aux commandes du club parisien.

A ce sujet, les BOULOGNE BOYS 85 ne se sont pas privés pour tirer le signal d’alarme en ressortant la banderole déployée lors de PSG/BASTIA « Mardi, Mercredi, Jeudi, quand la LNF et C+ vident le Parc » et sincèrement, comment leur donner tort ? De plus, 9 872 spectateurs parait un chiffre quelque peu gonflé lorsque l’on voit le taux d’occupation…

Le coach parisien, dans son souci de faire tourner l’effectif, avec en prime, la carotte au bout du bâton (Barcelone), profita de cette rencontre pour rétablir une défense à quatre et re-titulariser Patrick COLLETER, Francis LLACER, José COB05 ainsi que Patrick MBOMA, sans oublier Luc BORELLI qui faisait à cette occasion sa seconde apparition dans les cages parisiennes cette saison.

Face à une formation toulousaine composée de deux anciens joueurs ayant porté encore la saison dernière les couleurs rouges et bleues, à savoir Pierre REYNAUD (114 matches, 4 buts en 7 saisons) et François CALDERARO (30 matches, 6 buts en 2 saisons), le onze francilien n’eut cependant aucun mal à se rendre maître du ballon, et sur la première véritable occasion allait ouvrir le score.

Au départ, un centre de COLLETER mal renvoyé par REYNAUD, était repris par MBOMA qui décalait George WEAH côté droit. Le numéro 9 libérien pénétrait alors dans la surface de réparation et déclenchait une bonne frappe croisée à ras de terre qui terminait dans le coin droit des buts d’Alain CASANOVA, et ce dès la 7ème minute. Le PSG cherchait à se mettre à l’abri assez rapidement, Luis FERNANDEZ ne pouvait que s’en satisfaire.

Le quart d’heure de jeu passé, la demi-finale allait choisir définitivement l’équipe de la Capitale, Antoine « Tonio » KOMBOUARE ayant superbement repris un nouveau centre de Patrick COLLETER, son coup de tête décroisé lobant l’ancien portier havrais.

La faible affluence profitait donc tout de même d’un spectacle de bonne qualité et tout laissait présager à une aggravation de l’écart entre les deux formations. Roland COURBIS eut beau effectuer un changement en remplaçant PAILLARD par un attaquant, Mickaël SERREAU, la physionomie du match n’en fut que peu bouleversée; illustration à la 34ème minute où après une faute de Thierry MOREAU (lui aussi ancien parisien) sur Daniel BRAVO à l’entrée de la surface de réparation, RAI envoyait le cuir frôler le montant gauche.

Du côté des offensives du Téfécé, il fallait patienter jusqu’à la 43ème minute pour voir François CALDERARO pointer le bout de ses crampons, son tir passant à côté des buts de BORELLI, mais la dernière occasion de cette première période fut à mettre au crédit de Mister George dont le tir rasa lui-aussi le poteau gauche de CASANOVA.

Bref, une première période plaisante ponctuée de deux jolis buts !

Après la pause, les coéquipiers d’Alain ROCHE baissèrent un peu le pied et comme en face, ceux de NEMECEK ne parvinrent toujours pas à renverser la vapeur, la monotonie s’installa petit à petit. Heureusement pour le spectacle, Alain ROCHE et Patrick MBOMA décidèrent d’un commun accord de réveiller tout ce petit monde. Le premier en effectuant une magnifique ouverture de près de 60 mètres, le second en la concluant d un joli tir du gauche en pleine course obligeant CASANOVA à aller chercher le ballon pour la troisième fois au fond des filets.

La correctionnelle était proche pour les pensionnaires de Super D2 et après que Pascal NOUMA et Oumar DIENG aient pris la place respectivement de George WEAH et d’Alain ROCHE (Antoine KOMBOUARE hérita alors du capitanat), ces derniers tentèrent de sauver l’honneur.

Ainsi, à la 73ème minute et à trois minutes du coup de sifflet final, les Toulousains manquèrent de peu d’être récompensés. Une première fois par CALDERARO voyant sa volée repoussée magistralement par Luc BORELLI, la seconde par une tentative de Ronan SALAUN, le tir de l’ancien Caennais étant bien capté par le portier parisien qui avait donc fait le nécessaire pour préserver ses cages inviolées en deux rencontres.

Qualification aisée des hommes de Luis FERNANDEZ, la Coupe de la Ligue leur tend les bras…


Le stade :

Le Parc des Princes


 

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)