Sélectionner une page

Rouen – PSG 1-0, 14/11/70, match amical 70-71

Samedi 14.11.1970, match amical, au Petit-Quevilly, au Stade Robert-Diochon :
F.C. ROUEN – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  1:0 (0:0)
– 1 060 spectateurs. Buts : Pospichal, 80′ sur penalty. Arbitre inconnu.
L’équipe du PSG : Camille Choquier – Jean-Claude Fitte-Duval, Fernando Cruz, Roland Mitoraj, Daniel Guicci – Jean-Pierre Destrumelle, Bernard Guignedoux – Jean-Louis Brost, Bernard Béreau, Jean-Claude Bras, ?. Remplaçants entrés en jeu : Jacques Rémond, « Armandeau », « Philipar ». Entraîneur : Pierre Phélipon.
L’équipe de Rouen : Alliot – Mérelle, Thibault, Notheaux, Corcolle – Djadaoui, Lhoste – Szczyrba, JF. Douis, Pospichal, JM. Douis (Carrié, 46′). Entraîneur : Rizzi.

Merci à quiconque connaissant le 11ème joueur parisien, le timing des remplacements et pouvant confirmer ou corriger les identités d' »Armandeau » et « Philipar » de bien vouloir le faire en commentaire…


Maillot sans doute utilisé :

Réédition maillot domicile 1970-72, version hiver, collection http://maillotspsg.wordpress.com

Réédition maillot domicile 1970-71 (collection MaillotsPSG)


Compte-rendu (Paris-Normandie, via HAC Foot Archives) :

Ils étaient 1.060 à s’être déplacés pour assister à ce match amical qui opposait le F.C. Rouen et Paris -Saint-Germain. Il semble que le temps où les rencontres amicales permettraient aux clubs qui les organisaient de se retrouver sur le plan financier, soit révolu.

Malheureusement on ne peut pas dire que les absents eurent tort car la rencontre, si elle avait bien débuté, traîna en longueur et il fallut que Pospichal transforme un penalty à dix minutes de la fin pour réveiller quelque peu les spectateurs engourdis par le froid.

Pourtant, il faut être objectif, si le match n’atteint pas de hauts sommets, la faute en revient essentiellement aux Parisiens qui parurent, samedi soir, assez maladroits ; si les « Diables rouges » ne furent pas de leur côté transcendants, ils eurent le mérite de tenter quelque chose et finalement la victoire, acquise sur coup de pied arrêté, récompensait la formation la plus entreprenante.

J.-F. Douis à la pointe du combat

Après que l’arbitre ait fait observer une minute de silence en la mémoire du général de Gaulle, le match débuta à vive allure et d’entrée Szczyrka adressait un bon tir de 25 mètres ; mais durant toute cette première période les meilleures occasions de but furent à mettre à l’actif des Rouennais qui par Pospichal, Lhoste et les frères Douis, auraient pu ouvrir le score, alors que du côté parisien seul un tir de Destrumelle, bien stoppé par Alliot, était à noter.

La seconde période fut la répétition de la première puisqu’en une seule occasion (79e minute) Rémond inquiéta la défense rouennaise mais Alliot dans un réflexe étonnant sauvait son but. C’était le tournant du match puisque sur la contre-attaque qui suivit, Lhoste était bousculé dans les 18 mètres par Fitte-Duval et le penalty, accordé aux « Diables rouges » était transformé de belle façon par Pospichal, maître en la matière.

J.-F. Douis, Alliot, Djadaoui : mention bien

Du côté rouennais cette rencontre aura permis à l’entraîneur R. Rizzi de voir que certains joueurs étaient en forme, et à l’issue de la rencontre il se montrait satisfait : « Je pense que notre victoire est logique car Paris-Saint-Germain n’a jamais été dangereux. Ils ne jouèrent pas trop mal au centre du terrain, à l’exemple de Guignedoux, mais en attaque ils ne recherchent pas l’essentiel, c’est-à-dire le but. Je m’attendais à rencontrer une formation plus complète mais n’oublions pas qu’il s’agissait d’une rencontre amicale. Il en sera probablement différemment en championnat. Par contre je suis assez satisfait de mes joueurs. Tout ne fut pas forfait mais j’ai enregistré avec plaisir le retour de J.-F. Douis qui fut notre attaquant le plus percutant et lorsqu’il aura retrouvé une condition physique acceptable, il nous marquera des buts. D’autre part, Djadaoui fut excellent en milieu de terrain, appuyant efficacement les attaquants et venant souvent prêter main forte aux défenseurs. Quant à Alliot il se montra à son avantage le peu de fois que les attaquants parisiens lui en donnèrent l’occasion. Sur la tête de Rémond, il eut un reflexe prodigieux. Maintenant il nous faut penser à la Coupe de France qui nous mènera dimanche à Viry-Châtillon. »

Abondance de biens au F.C.R. ?

Pour cette rencontre Rizzi devra choisir entre une quinzaine de joueurs car hier des garçons comme Alliot, Djadaoui et J.-F. Douis se sont posés comme des titulaires possibles ; mais qui regretterait au F.C. Rouen cette abondance de biens. Celle-ci ne peut qu’inciter chacun à faire le maximum pour gagner une place qui maintenant risque d’être chère.


Le stade :

Vue aérienne du stade Robert-Diochon


Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)