Sélectionner une page

Strasbourg – PSG 2-4, 13/12/17, Coupe de la Ligue 17-18

Mercredi 13.12.2017, Coupe de la Ligue, 1/8 de finale à Strasbourg au Stade de la Meinau :
R.C. STRASBOURG – PARIS ST-GERMAIN F.C. 2:4 (1:2)
– 25 349 spectateurs. Buts : Angel Di Maria, 12′, Angel Di Maria, 25′, Grimm, 37′ ; Dani Alves, 62′, Julian Draxler, 78′, Blayac, 88′. Arbitre : M. Lesage.
L’équipe du PSG : Kevin Trapp – Dani Alves, Presnel Kimpembe, Marcos Marquinhos, Thomas Meunier – Julian Draxler (Christopher Nkunku, 79′), Giovani Lo Celso, Marco Verratti (Lucas Moura, 81′) – Angel Di Maria, Edinson Cavani (Kylian Mbappé, 79′), Javier Pastore. Entraîneur : Unai Emery.
L’équipe de Strasbourg : Oukidja (Bonnefoi, 68′) – Lala, Kone, Salmier, Seka – Grimm, Nogueira (Liénard, 63′), Aholou, Gonçalves – Saadi, Bahoken (Blayac, 74′). Entraîneur : Laurey.
Avertissement : Gonçalves, 49′.


Maillot utilisé (avec les sponsors additionnels de la Coupe de la Ligue) :

Maillot extérieur 17-18


Photos du match :

Marco Verratti (Ch. Gavelle)

Lucas (Made in Parisiens)

Débordement de Pastore, sous les yeux de Unai Emery (P. Lahalle)

La joie des Parisiens (Made in Parisiens)

La joie de Dani Alves, buteur (Ch. Gavelle)


Vidéo (cliquez sur le lien « Visionner sur YouTube » qui s’affiche dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris ne se fait pas piéger deux fois

Le PSG se déplaçait à Strasbourg à l’occasion des 8e de finale de la Coupe de la Ligue et les Parisiens ne se sont pas faits piéger comme en Ligue 1 il y a peu en s’imposant 4-2 grâce à des buts de Di Maria, Alves, Draxler et un contre son camp. Paris a eu le match à sa main durant toute la partie malgré deux buts concédés de façon un peu bête et file en quart de finale.

Le match :

La partie est à peine démarrée que le PSG a une énorme occasion : Meunier centre de la droite, Pastore dévie et Di Maria rate l’immanquable au second poteau mais il est finalement hors-jeu (1e). Le premirer arrêt est encore pour Strasbourg avec Cavani qui récupère un ballon puis frappe mais Oukidja capte bien (3e). Le RCS souffre et Paris s’offre un premier corner que Di Maria tire au second poteau. Alves reprend de volée mais n’attrape pas le cadre des 20m (5e). Peu à peu, le match se rééquilibre et Saadi tente sa chance en angle fermé mais Trapp repousse (9e). C’est pourtant le PSG qui ouvre le score : Lo Celso fait une bonne talonnade au milieu et Draxler décale Di Maria côté gauche. Le centre est tendu et Salmier détourne au fond de ses propres filets (0-1, 12e).

Paris fait aussi mal en contre et une longue balle de Pastore est déviée du bout du pied en corner alors qu’une occasion se profilait (15e). Paris est bien en place et dominant mais la passe de Pastore pour Cavani est un poil trop longue et le gardien adverse sort (19e). Le PSG pense même doubler la mise sur un but de Marquinhos suite à une belle passe en profondeur mais le Brésilien est hors-jeu (22e). Ce deuxième but arrive finalement juste après : Pastore envoie Di Maria au but mais le gardien sort. L’Argentin voit toutefois le gardien lui rendre balle de façon incroyable et il double la mise de près (0-2, 25e). Le troisième est tout proche dans la foulée avec Pastore qui accélère et lance Cavani. Seul face au gardien, l’Uruguayen ne cadre malheureusement pas sa frappe croisée (29e)

Le PSG est largement au-dessus sur la pelouse de la Meinau mais il rate aussi ses coups de pieds arrêtés (31e). Et quand Strasbourg attaque, Kimpembe repousse bien en corner (32e). Et alors que Paris semble totalement gérer la partie, Strasbourg va revenir : Gonçalves rate son centre mais Grimm arrive dans la surface et réduit le score d’une frappe croisée malgré l’opposition de Kimpembe (1-2, 36e). Le PSG répond par une belle percée de Di Maria qui profite des feintes de ses partenaires pour s’avancer puis tirer mais sa frappe est trop croisée (41e). C’est ensuite Alves qui tente sa chance mais Oukidja est bien placé et capte malgré les joueurs devant lui (44e). Paris pousse avant la pause et Pastore obtient un dernier corner mais c’est repoussé (45e).

A la pause, le 2-1 est bien payé pour un Racing qui n’a pratiquement pas existé mais a su marquer sur une de ses seules incursions. Le PSG avait pourtant creusé un écart logique en profitant bien des faiblesses adverses. Sans aucun changement, le match reprend avec une faute bête de Lo Celso en bonne position. Le coup-franc est bien tiré au second poteau et Trapp intervient après une reprise ratée de Salmier (47e). La mi-temps repart comme la première et Paris obtient un premier corner, tiré par Di Maria mais repris au-dessus par Kimpembe (51e). Le PSG est encore dans la surface et Verratti tente d’obtenir un penalty sur un micro-contact mais l’arbitre ne siffle pas (52e). Paris est aussi dangereux quand Draxler reprend un centre de Di Maria dans la surface mais un défenseur repousse aux 6m (55e).

C’est encore l’Allemand qui est dangereux sur une frappe suite à une bonne remise de Pastore mais c’est trop sur le gardien et capté (59e). A l’heure de jeu, Paris pousse et les centres se multplient mais les Strasbourgeois repoussent tant bien que mal avant que cela ne craque : Verratti décale Meunier côté droit qui centre au second poteau pour… Alves qui conclut de près (1-3, 62e). On retrouve le même duo quelqlues minutes plus tard, mais dans l’autre sens, sauf que le Belge est trop court (64e). Côté RCS on réagit par un contre que Marquinhos dégage bien devant Saadi (65e).

Strasbourg a pratiquement abdiqué, au bout du rouleau physiquement, et les attaques se font molles donc Trapp capte tranquillement un centre raté (71e). Le PSG pase même près du 4-1 sur une belle frappe de Pastore qui semblait partir en lucarne avant que Bonnefoi, le 3e gardien entré en jeu, ne la dévie en corner (74e). Le PSG pousse encore mais Meunier rate son centre pour Cavani tout seul au second poteau (76e). Le 4e arrive un poil plus tard : Lo Celso décale subtilement Meunier qui s’envole et sert Draxler en retrait pour le but (1-4, 78e). La partie est désormais finie et Emery fait ses trois changements coup sur coup avec Mbappé, Nkunku et Lucas qui entrent en jeu. Pastore est aussi trouvé dans la surface mais il est touché juste avant de frapper en bonne position (83e). C’est ensuite Mbappé qui se montre avec une frappe pure en angle fermé qui heurte le montant avant de sortir (85e).

Alors que Di Maria tarde trop à servir Mbappé sur un contre, le PSG est immédiatement puni avec Blayac servi dans le dos de la défense sur un long ballon. Face à Trapp, il ne tremble pas et le trompe d’une frappe puissante qui touche le pied de l’Allemand (2-4, 87e). Le PSG n’a pratiquement rien concédé mais a tout de même encaissé, comme lors d’un récent déplacement en L1…

Ce sera la dernière action d’un match que le PSG a tranquillement gagné malgré deux buts encaissés. Paris a été sérieux et a su exploiter les erreurs adverses tout en marquant quelques jolis buts collectifs. Les tenants du titre filent vers les quarts de finale sans avoir tremblé et c’est bien le principal.

Réactions :

Unai Emery:

Amiens/PSG, un bon tirage ?
«Nous voulons toujours jouer à domicile mais le tirage a donné Amiens à l’extérieur. Après la victoire d’aujourd’hui, nous sommes contents et on va continuer pour ce quart de finale à Amiens. Ils sont très bien en ce moment, ils jouent bien à domicile et poussent beaucoup. C’est pour ça que ça va être difficile mais sur un match, tu as besoin de jouer comme nous avons joué aujourd’hui, avec de la concentration de la première à la dernière minute. Bon, les deux buts que nous avons encaissés sont notre défi à améliorer. Peut-être qu’il y a aussi eu un peu de gestion dans les 5 dernières minutes après leur deuxième but mais nous avons maîtrisé tout le reste du match.»

Amiens, mieux que le Real Madrid ?
«(sourires) On va continuer et d’abord penser à samedi à Rennes. Après, on pensera à Caen à la maison. On va continuer match après match, pas à pas, et penser que nous voulons aller loin dans toutes les compétitions, le championnat, les deux coupes mais aussi la Champions League. C’est un grand match (contre le Real) mais (on y pensera) quand il arrive.»

Marco Verratti :

Le match :
C’était une bonne prestation, on a marqué quatre buts. Même si on en a pris deux, on a quand même mis quatre (sourire) et on a gagné. Ce n’était pas un match facile, Strasbourg est dans une bonne période, ils avaient gagné leurs deux derniers matches, contre nous et Bordeaux. On a commencé le match très sérieusement, on l’a bien maîtrisé et Strasbourg n’a pas eu beaucoup d’occasions mais on est dans une période où les adversaires vont marquer tout de suite. Il faut qu’on soit plus attentifs aux petits détails parce que le football, à la fin, c’est ça, mais on est satisfaits d’être qualifiés et du match.»

Un esprit de revanche ?
«Non, je ne pense pas à ça, c’était plus une revanche pour nous-même puisqu’on avait perdu ici et qu’on voulait se qualifier. Ce n’était pas un match de championnat là, c’était 90 minutes et, à la fin, ou tu es encore dans la coupe ou tu es dehors. Il fallait être sérieux, très concentré, ne pas concéder beaucoup et je pense qu’on l’a bien fait.»

Javier Pastore :

e match :
«On a encaissé 2 buts mais c’est un terrain difficile, avec une équipe qui essaye de contre-attaquer vite. Ils ont des bons joueurs en attaque et ils ont marqué mais on en a mis quatre et on a gagné ce match. Maintenant, on est en quart de finale de Coupe de la Ligue et c’est aussi un objectif cette année de prendre cette coupe.

Une revanche ?
«C’était un défi de battre cette équipe de Strasbourg parce qu’on avait perdu le premier match contre eux en Championnat et on avait très envie de gagner et de montrer que l’on était les plus forts. Aujourd’hui, on l’a fait.»

Di Maria qui voudrait jouer plus
«Sincèrement, il avait perdu de la confiance mais on revoit depuis les derniers matches le Angel que l’équipe veut voir avec des passes décisives et des buts. Il est content à Paris, c’est sûr, c’est une ville où on est très heureux mais le plus important, c’est ce qu’il resssent personnellement. Je vois qu’il est bien, surtout quand il joue, et il était décisif lors du dernier match. C’est ce que demande le coach et l’équipe.»


Le stade :

Le stade de la Meinau


Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)