Sélectionner une page

Troyes – PSG 0-2, 03/03/18, Ligue 1 17-18

Samedi 03.03.2018, Championnat de France, Ligue 1, 28ème journée (1ère place) à Troyes au Stade de l’Aube :
E.S.T.A.C. TROYES – PARIS ST-GERMAIN F.C. 0:2 (0:0)
– 20 006 spectateurs. Buts : Angel Di Maria, 47′, Christopher Nkunku, 77′. Arbitre : M. Abed.
L’équipe du PSG : Alphonse Areola – Layvin Kurzawa, Presnel Kimpembe, Thiago Silva, Thomas Meunier – Adrien Rabiot (Thiago Motta, 61′), Lassana Diarra, Giovani Lo Celso (Timothy Weah, 79′) – Christopher Nkunku, Julian Draxler, Angel Di Maria (Dani Alves, 57′). Entraîneur : Unai Emery.
L’équipe de Troyes : Zelazny – Cordoval, Vizcarrondo, Hérelle, Obiang – Bellugou, Azamoum (Nivet, 73′) – Grandsir, Walter (Ben Saada, 82′), Pelé – Suk (Khaoui, 56′). Entraîneur : JL. Garcia.
Avertissements : Suk, 36′, Azamoum, 56′, Lassana Diarra, 67′, Zelazny, 78′.


Maillot utilisé :

Maillot extérieur 17-18


Photos du match :

Giovani Lo Celso (Made in Parisiens)

Julian Draxler balle au pied (Made in Parisiens)

L’ouverture du score d’Angel Di Maria (F. Faugère)

Timothy Yeah, entré en fin de match (Made in Parisiens)

Christopher Nkunku marquera le 2nd but (Goal)

Les supporters parisiens


Vidéo (cliquez sur le lien « Visionner sur YouTube » qui s’affiche dans la vidéo) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris tranquille avant le grand choc

Le PSG se déplaçait à Troyes ce samedi à l’occasion de la 28ème journée de Ligue 1 et les Parisiens ont fait le boulot malgré une équipe très remaniée : Di Maria a ouvert le score dès le début de la seconde période, Nkunku a mis le but du break et le PSG s’est tranquillement imposé. Le score aurait même pu être beaucoup plus lourd sans un Zelazny de gala dans les buts troyens, auteur de 11 arrêts !

Le match :

Troyes a donné le coup d’envoi mais c’est Paris qui prend le ballon d’entrée (2e). La première frappe est pour les locaux par Azamoum mais Areola se couche bien (4e). La première occasion est parisienne avec Nkunku qui intercepte et sert Draxler devant lui. Il donne ensuite à Di Maria aux 18m qui frappe mais Zelazny repousse bien des pieds (8e). Troyes répond par un bon centre que Meunier doit renvoyer en corner de la tête (8e). Ils sont dans le match et construisent même avec un certain talent même si le centre de Pelé est facilement capté (13e). Paris se montre aussi et Draxler lance bien Rabiot qui est touché et offre un bon coup-franc à 29m. Di Maria s’élance et envoie une jolie frappe enroulée mais le gardien capte plein axe (16e).

Le même Zelazny est aussi très bon pour plonger dans les pieds de Nkunku à la suite d’une montée de Meunier (20e). Alors que Paris a du mal à s’approcher, c’est Lo Celso qui tente sa chance aux 20m mais le portier adverse repousse d’une main ferme (26e). Sur un bon centre de Di Maria, c’est Meunier qui gêne Nkunku en bonne position (28e). Après un léger arrêt de jeu suite à un coup dans les testicules de Kimpembe, Paris reprend sa domination mais la frappe de Rabiot est hors-cadre (31e) tandis que celel de Di Maria est trop sur le gardien (32e). Paris a largement la main-mise et accélère mais un bon centre de Di Maria n’est pas capté (37e). Le PSG pousse et Lo Celso tente encore sa chance mais Zelazny fait un superbe arrêt au premier poteau pour repousser (38e). Sur le corner, Kimpembe et Silva se gênent au second poteau.

Le gardien troyen est encore énorme sur un retourné de près de Nkunku qu’il repousse d’un arrêt réflexe devant sa ligne (40e). Paris finit fort face à un ESTAC acculé sur son but mais cela tient, à l’image d’une frappe de Di Maria repoussée en corner (45e+2). Cela ne donne rien et l’arbitre siffle la pause jsute après. Le PSG aurait dû mener au score vu les nombreuses occasions en sa faveur mais le meilleur joueur aura été le portier adverse, auteur de cinq arrêts dans ses buts.

Aucun changement n’a lieu à la pause, tout juste la pluie s’est-elle mise à tomber, et la partie reprend. Il ne faut que quelques secondes à Paris pour marqruer : Troyes rate une relance, Di Maria récupère et cela retombe sur Draxler qui contrôle et lance l’Argentin vers le but. Face au but, il réussit un petit ballon piqué parfait et ouvre le score (0-1, 47e). Paris n’est pas rassasié et continue de pousser : un long centre de Di Maria au second poteau est remisé par Kimpembe et le gardien repousse (50e). Le PSG a complètement le match à sa main et Troyes ne ressort plus du tout, coincé dans sa moitié de terrain alors que le PSG fait vivre le ballon (55e). Le seul point noir est un horrible tacle d’Azamoum sur le tibia de Lo Celso, seulement sanctionné d’un jaune (56e). Le coaching commence alors avec Alves qui remplace Di Maria (57e).

Troyes a fait entrer du sang frais mais Paris est encore dangereux sauf que Kurzawa loupe son centre en très bonne position (60e). Le coaching continue avec Motta qui remplace Rabiot, Diarra passant relayeur droit et Lo Celso à gauche. Le PSG est encore dangereux sur une belle percée de Draxler enchaîné d’un centre en retrait pour Nkunku qui enchaîne un contrôle et une frappe au ras du poteau (62e). Motta tente aussi sa chance sur une frappe de loin mais c’est trop axial et donc capté (64e). Alors que Diarra écope d’un avertissement pour un tacle en retard, Troyes a un semblant de temps fort mais Silva puis Kurzawa dégagent (68e). C’est beaucoup plus chaud quand Alves centre puisque repoussé devant la ligne (69e)… Diarra est aussi présent côté droit et accélère très fort avant de centrer en retrait pour Draxler qui loupe sa reprise en bonne position (70e).

Le PSG finit bien plus fort mais la passe de Lo Celso pour Meunier dans la surface est un poil trop longue et Zelazny repousse donc (72e). Après un petit temps faible, l’intensité est de retour dans ce match avec plusieurs gros contacts impliquant Alves et Diarra, heureusement sans casse (75e). Le PSG marque finalement un second but sur une action confuse : Alves récupère un ballon haut après une touchette étrange de Meunier et envoie un centre au second poteau pour Nkunku. Le jeune joueur contrôle et frappe victorieusement (0-2, 77e). Le but troyen est furieux.

Côté Paris, on en profite pour sortir Lo Celso au profit de Timothy Weah, le jeune attaquant parisien entrant ainsi en jeu pour la première fois de sa carrière professionnelle (79e). Alors que Troyes a fait son dernier changement, c’est Nivet qui tente sa chance de loin mais Areola s’envole et détourne en corner (83e). Paris s’offre aussi quelques contres bien saignants mais il manque le dernier geste à chaque fois. Côté troyen, c’est aussi très brouillon dans la surface (86e). Grandsir tente aussi sa chance de loin mais c’est au-dessus (87e). Le PSG passe même tout près du 3-0 sur un bon centre au second poteau bien repris par Nkunku mais Zelazny est encore là pour repousser (89e). Areola fait aussi preuve d’une belle autorité sur une sortie dans sa surface (91e). La fin de match est globalement anecdotique malgré quelques vélléités troyennes mais c’est Paris qui a la dernière occasion : Nkunku lance Weah en profondeur mais le jeune attaquant perd son duel face au gardien. Cela revient ensuite sur Alves qui marque mais c’est refusé pour un hors-jeu inexistant (94e).

Paris s’impose finalement 2-0, un minimum vu l’énorme écart entre les deux équipes et le nombre d’arrêts du goal adverse. Place au Real désormais !

L’impact au classement :

PARIS SG 74 points (+67)
MONACO 60 points (+39)
MARSEILLE 56 points (+24)

Réactions :

Unai Emery :

Pas de blessés, le plus important ?
«En premier, il y a la victoire. Après, les blessures sont une chose de la profession, tu peux te blesser en match, au dernier entraînement, c’est pour ça que je ne pense pas aux blessures, je pense au jeu et aux joueurs qui étaient prêts à jouer aujourd’hui. On a pensé aux deux matches contre Marseille puis ensuite au match contre le Real Madrid. Aujourd’hui, les joueurs étaient prêts, ils nous ont menés à la victoire et c’est bon pour la confiance. On a maintenu notre but inviolé, c’est bien, et nous sommes prêts pour mardi.»

Des choses qu’il sent en faveur de l’exploit ?
L’intervieweur lui fait remarquer sa superstition en fin de question, d’où sa réponse.

«La superstition, c’est une manière de se protéger. J’ai des petits trucs mais ce n’est pas de la superstition, c’est par habitude. Et comme je l’ai dit, le plus important, c’est la victoire, la confiance de l’équipe, on va regarder ce qui a été produit individuellement et collectivement mais l’équipe a fait un match très très sérieux et c’est bien. C’est bien pour être prêts mardi. Si tous les joueurs sont bien après ce match, c’est bien aussi. Tous les joueurs qui se sont entraînés aussi à Paris comme Marquinhos, Verratti, Cavani ou Kylian, s’ils sont prêts pour mardi, c’est parfait.»

Son onze contre le Real Madrid déjà en tête ?
«On va bien analyser ce match déjà et voir comment sont les joueurs. J’ai confiance en tous les joueurs et je veux, avec cette envie de l’équipe et des joueurs, avec de la confiance, penser à tout ce qui peut se passer mardi. Et on va penser à des choses positives.»

Nkunku buteur mais pas titulaire mardi ?
«C’est une bonne chose aussi qu’il marque. Une chose qu’il faut remarquer, c’est qu’on a joué avec six joueurs français et ce n’est pas si normal au PSG d’en avoir autant et quatre du centre de formation. Comme Nkunku, c’est bien. C’est un message pour tout le centre de formation, que le travail est bon et qu’ils peuvent arriver à l’équipe première avec du travail et de l’exigence.»

Un PSG qui se qualifie mardi soir ?
«Je suis optimiste.»


Le stade :

Le stade de l’Aube


Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)