Sélectionner une page

22 février 2003 : L’éclair de génie de Ronaldinho

Il y a 16 ans jour pour jour, Ronaldinho livrait l’un de ses plus beaux buts à la Ligue 1 et au PSG. Pour l’occasion, Histoire du PSG va essayer de vous en faire une description des plus fidèle. Direction la Bretagne et le stade du Roudourou

Le contexte

Le PSG est 10ème à 9 points du leader Marseillais et sort d’une défaite 1-3 au Parc contre Montpellier. Tout est donc encore possible dans cette Ligue 1. En effet, il reste 11 matches et l’idée d’accrocher la C1 ou le titre n’est pas exclue. À titre de comparaison, L’Olympique Lyonnais qui sera le futur Champion de France pointe à la cinquième place, à 6 points du Leader. Mais pour espérer quelque chose, il faut gagner.
L’entraineur de l’époque, Luis Fernandez en est conscient et pour ça, il lui faut Ronaldinho. C’est un secret pour personne, les deux hommes ne s’apprécient guère. Le premier reprochant à Ronnie son hygiène de vie et ses prestations en demie teinte. Mais en ce 22 février 2003, il décide de titulariser le génie brésilien pour la première fois de l’année 2003.
C’est donc après deux défaites consécutives que Luis redonne sa chance au numéro 10. Cette chance, le brésilien ne la laissera pas passer.

 

Le match

Le PSG rentre mal dans son match, mais résiste aux 5 premières minutes de la tornade guingampaise. Il faut dire que l’EAG, qui compte dans ses rangs le duo Drogba-Malouda, est aussi à la recherche d’une victoire. En effet les Bretons n’ont plus pris les trois points en championnat depuis le 20 décembre 2002. C’était lors d’une victoire contre Ajaccio. Les hommes de Bertrand Marchand sont sur une série de 6 défaites en L1.
Cependant, après avoir résisté à l’orage, Paris met le pied sur le ballon. Le temps s’écoule et les Parisiens cherchent la solution. Cette solution, elle arrivera bientôt. Il est 17h35 en ce samedi 22 février, laissons place au chef d’œuvre.
Nous jouons la 20ème minute, Ronaldinho dont la dernière titularisation remonte au 19 décembre 2002 prend les choses en main. Pour cela, le numéro 10 n’hésite pas à décrocher pour toucher le ballon.
Potillon à gauche le long de la ligne de touche transmet au N°10. Ce dernier, pris au marquage effectue deux pas et remet en retrait pour Niarko. Le défenseur est dans le camp adverse, devant la ligne médiane à côté du rond central. Il résiste au retour de Drogba et redonne le cuir à Ronnie qui est juste à côté.

La foudre s’abat

C’est là que l’éclair de génie arrive, le tout jeune Champion du Monde entame sa chevauchée. D’abord, sur sa première accélération, il dépose un Drogba venu essayé de lui chiper le ballon. Il avance, fixe et transmet la balle à Leroy de l’extérieur du droit, ce dernier lui remet directement. Cet une-deux élimine Lionel Bah, Ronnie continue à avancer. Grace à un petit rebond, dû à la mauvaise pelouse, il lève le ballon au-dessus de lui pour éviter le tacle de Kouassi. Puis, la balle retombe et il contrôle.
Il s’avance encore en accélérant et effectue un passement de jambe qui mystifie Sikimic. Ce dernier dépassé essaie de mettre sa jambe pour tacler, mais en face c’est Ronnie. Une fois le défenseur aux fraises, le brésilien s’avance à l’angle des 5M50 et vient placer un ballon piqué. Le Roux, revenu en catastrophe, essaie tant bien que mal de tacler, mais sans succès. La balle passe au-dessus de Le Crom qui était venu à sa rencontre. Le gardien ne peut rien faire et constate les dégâts.
But de l’année en Ligue 1, ouverture du score, 0-1. Le joueur, qui porte ce jour-là le maillot blanc avec une bande rouge et bleu rappelant un des maillots des années 80, impressionne.
Il n’aura fallu que 10 secondes à Ronaldinho pour avaler les 50-60 mètres qui le séparaient du but. Heureux et peut être conscient de son but, le N°10 va fêter son chef d’œuvre devant ses supporters.

 

 

Après ce match, Lionel Bah, qui fêtait ce jour-là sa première titularisation, racontera 13 ans plus tard :

« À ce moment-là, on ne se rend pas vraiment compte qu’il a marqué un but de malade. C’est quand on le revoit après, à la télé, qu’on se dit que ce qu’il a fait est énorme. […] Ronaldinho était vraiment au-dessus. Sur les premiers mètres, sur ses appuis, ses accélérations […] On n’avait pas le temps de voir ce qui arrivait. Sur cette action, il partait de tellement loin qu’on ne pensait pas qu’il irait au bout.« 

La suite du match

Les joueurs de la capitale doubleront la mise à la 54ème minute grâce au deuxième but en championnat de Jérôme Leroy. Le milieu offensif profite d’une ouverture magistrale de Ronaldinho pour se présenter seul devant Le Crom et ainsi doubler la mise. La encore, l’action part du milieu du terrain. Ronaldinho, après un relais avec Paulo César balance une passe lobé de l’intérieur du pied droit. Cette passe à l’aveugle va venir lober le milieu et la défense guingampaise, le résultat et la, 2-0 pour les visiteurs.

Mais la dernière demi-heure sera fatale aux joueurs de Fernandez. D’abord, ils encaisseront deux buts entre le 61ème et la 69ème, un de Guillaume et l’autre de Drogba.
Ensuite le pire arrive pour des parisiens qui auraient pu gagner ce match. En effet Teixeira, qui venait de rentrer en jeu, rate la balle du 3-2 à la 89ème. On se dit alors que le match se finira sur un 2-2. Mais c’est sans connaître ce PSG qui nous refera une « La Corogne ».

À peine une minute plus tard, Saci centre-tir pour Drogba. Ce dernier, qui ne devait pas tarder à sortir, profite de la bourde de la défense parisienne pour pousser le ballon au fond. L’attaquant marque un doublé et donne la victoire à l’EAG. Le Rodourou explose, 3-2 score final.
Le PSG est K.O. et peu dire définitivement adieu au titre. L’objectif de ce dernier tiers de championnat sera donc d’aller chercher une qualification européenne. Cependant, il y aura aussi un autre objectif pour le PSG dans 15 jours. En effet, le Paris Saint-Germain se déplacera au Vélodrome et essayera de ralentir l’OM dans sa course au titre.
Mais ça, nous en reparlerons bientôt.

Prince Owski
Les derniers articles par Prince Owski (tout voir)