Sélectionner une page

Le PSG et le « Panic Buy » du 31 janvier 2008

Histoire du PSG, c’est archiver et partager les beaux moments, mais aussi les heures un peu moins glorieuses de notre club. Souvenir d’une journée pas comme les autres dans la maison Paris SG !

Présentation

Le 31 janvier, c’est le dernier jour de mercato hivernal. Si le club a eu de bonnes recrus lors de ce dernier jour avec, entre autres, Pocchetino, Motta et Beckham, il eut aussi des ratés.
Revenons 11 ans en arrière, saison 2007-2008. Le PSG et occupe la 13ème place du championnat, avec seulement trois points d’avance sur le premier relégable, l’AJ Auxerre. Il faut recruter pour dynamiser l’attaque et augmenter le nombre de buts inscrit. Seulement 22 buts en 23 matches, seuls les trois derniers du championnat font pire.

Alain Roche, alors directeur de la cellule de recrutement décide de tenter le coup avec un duo brésilien. Il faut dire que les deux joueurs sont chaudement recommandés par Valdo lui-même. Valdo, un des emblématiques 10 du PSG qui avait conseillé à Denisot de recruter Rai pour le remplacer. Ce conseil ne peut être que bon, lui qui avait eu le nez creux dans son conseil 15 ans plus tôt.
Ce duo, désormais mythique, est composé de Willamis Souza et Everton Santos. C’est donc tout heureux que les deux joueurs posent fièrement avec le maillot du PSG. Nous avons tous en tête cette fameuse photo d’eux, prise devant l’entrée qui mène au vestiaire du Parc des Princes. Everton porte le numéro 19 tandis que Souza prend le 10. Ce dernier devient le successeur des grands Susic, Valdo, Rai, Okocha et Ronaldinho.

Willamis Souza

Âgé de 28 ans, c’est la première saison hors du Brésil pour Williamis Souza, qui découvre donc l’Europe. Le joueur qui évoluait, comme Rai avant son arrivé, à Sao Paulo était un joueur clé de l’effectif Paulista. Dans son couloir droit, il participe à la conquête de la Copa Libertadores et de la Coupe du Monde des clubs en 2005. Titres que Rai avait lui aussi gagnés avant sa signature au PSG. Il remporte aussi par deux fois le championnat du Brésil en 2006 et 2007. Le joueur dont on ne connaît pas grand-chose à quand même des bases solides pour essayer de s’imposer au PSG. Lors de sa présentation, le joueur reste sobre dans ses déclarations et se contente de déclarer au site du PSG et ensuite relayé par Planète PSG :

« Aloisio et Alex, avec qui j’ai évolué à Sao Paulo, m’ont parlé de Paris et du championnat de France. Je connais également très bien Raï. Je participe aux matches de sa fondation Gol de Letra. Mais je n’ai pas eu l’occasion de parler avec eux du PSG. J’ai une bonne condition physique. J’aime jouer sur le côté droit et vers l’avant. À Sao Paulo, les latéraux aiment jouer vers l’avant et j’ai l’habitude de combiner avec le latéral. Cela correspond au profil de Cearà, donc nous devrions bien nous entendre. J’ai vu un match du PSG récemment. J’évolue sur le côté droit un peu comme Rothen sur le côté gauche. »

Mais cela fut tout autre, dépaysé, ne parlant pas la langue, le joueur ne s’adapte pas. Il dispute son premier match face au Mans, qui se soldera par un score vierge. Le match suivant est pour lui l’occasion de briller, en effet, le PSG se déplace chez le rival. Lors de ce match contre l’OM, Souza est milieu droit et ne peut éviter la défaite contre l’OM 2-1. Rothen ayant ouvert le score sur penalty avant que Taiwo de la tête et Niang du gauche ne donnent la victoire aux olympiens.

La suite de sa saison sera à l’image de ce PSG, longue est médiocre. Il ne disputera que 528 minutes sous le maillot parisiens. Titulaires 5 fois et rentrant 7 fois en jeu, il délivre quand même 3 passes décisives. Il remporte aussi la Coupe de la Ligue avec le club contre Lens. Victoire qui fut le seul moment joyeux dans cette saison.  Malheureusement, Souza sera plutôt l’héritier de Yakin, Boskovic ou encore Dhorasso… Sans être radieux, Souza ne sera pas non plus catastrophique en tout point. Il faut dire qu’arriver en plein hiver dans un Paris en crise n’est pas la chose la plus aisé pour son adaptation. Malheureusement pour lui, il sera prêté au Grêmio Porto Alègre à la fin de saison. Puis il y est définitivement transféré en juillet 2009. Place maintenant à son compatriote.

Willamis Souza cède sa place à Pedro Pauleta à l’heure de jeu

Everton Santos

Par où commencer ? Commençons donc par cette déclaration qui envoie du rêve. Déclaration faite au site du PSG et relayée par Planète PSG :

« Je suis un joueur rapide et technique. Sans avoir la prétention de me comparer à lui, mon style de jeu correspond à celui de Robinho, dans mon caractère, ma position et ma manière de jouer. Je bouge beaucoup côté droit, côté gauche. Je pense que mes qualités vont me permettre de m’adapter au championnat français qui est physique et laisse peu d’espaces. Le PSG est très connu au Brésil, notamment au travers de nos idoles Leonardo, Valdo, Ronaldinho ou Raï. Je sais que les supporters sont très chauds ici, mais je suis préparé mentalement. Je viens de Corinthians, le deuxième plus gros club du Brésil avec 17 ou 18 millions de supporters dans le pays. Un public très chaud également ! »

C’est beau, malheureusement son parcours au PSG le sera moins. Agé de 22 ans, le Brésilien arrive en provenance de Corinthians. Il arrive après avoir disputé 23 matches et marqué une seule fois. Très vite, celui qui se compare à Robinho est affublé du surnom de Jean-Claude Robignaud par ses coéquipiers. Sylvain Armand déclara même en 2013 :

« C’est un épisode assez drôle, car l’un d’eux s’était décrit comme Robinho… Alors, quand on l’a vu à l’entraînement, ce n’était pas Robinho. On ne peut même pas dire que c’est Paris qui les a écrasés. Ils n’arrivaient pas à la cheville de Semak par exemple. « 

Ayant eu, de son propre aveu, des difficultés d’adaptation le joueur n’apparaît que trois fois. La première pour remplacer Souza contre l’OM, et cela, pour seulement trois minutes. Et les deux autres lors de matches comptant pour la Coupe de France. Il fut titulaire lors de ces deux matches. Remplacer à la 69ème minute contre Bastia lors des seizièmes de finale. La deuxième fois, il sort sur blessure dès la 34ème minute de jeu contre les amateurs de Carquefou. Le joueur recruté sur vidéo ne convainc pas du tout et passe le reste de la saison en réserve. À la fin de la saison, le joueur est prêté au Fluminence et enchaine les prêts jusqu’à la fin de son contrat. Il quittera définitivement le club en janvier 2012.

Everton balle au pied

En tous, le PSG aura dépensé 6 Millions d’euros pour ce duo acheté dans la panique. Panique qu’Alain Roche avouera quelques années plus tard end déclarant au Canal Football Club :

« Le problème, c’est qu’il y en a un qui s’appelait Everton et qui disait qu’il avait des similitudes avec Robinho. C’est lui-même qui s’est comparé avec Robinho. On savait qu’on prenait des joueurs moyens. C’était dans la panique totale que la décision a été prise. Je pense que tout le monde la regrette. »

Alors que à l’époque, Alain Cayzac président du PSG déclare :

« Je suis heureux d’accueillir deux très bons joueurs. Everton jouait aux Corinthians de Sao Paulo, un club très prestigieux. Il n’a pas peur de la pression. C’est un joueur que l’on connaît bien et qu’on avait déjà essayé de recruter en juin dernier. C’est un grand espoir du football brésilien. Souza a quant à lui une belle carte de visite. […] Ils ont été supervisés à maintes reprises par Alain Roche et Eric Pécout. Ce sont donc des joueurs que l’on connaît et pas des achats d’impulsion. On n’a pas recruté pour recruter. J’ai également été rassuré par l’attractivité du PSG. Mais le problème n’était pas de trouver des joueurs, le problème était de trouver des joueurs qui nous convenaient »

Aujourd’hui, nous sommes le 31, dernier jour de mercato, attention donc aux surprises et belles promesses. En espérant à ne pas avoir à refaire un tel article dans 10 ans.

Prince Owski
Les derniers articles par Prince Owski (tout voir)