Sélectionner une page

Nantes – PSG 2-0, 14/03/86, Division 1 85-86

8586_Nantes_PSG_FernandezVendredi 14.03.1986, Championnat de France, Division 1, 33e journée (1re place) à Nantes, au Stade de la Beaujoire (Louis-Fonteneau) :
F.C. NANTES – PARIS SAINT-GERMAIN F.C.  2:0 (1:0)
– 25 000 spectateurs environ. Buts : Halilhodžić, 17′ ; Burruchaga, 82′.
L’Équipe du PSG : Joёl Bats – Michel Bibard, Jean-Marc Pilorget, Philippe Jeannol, Franck Tanasi – Fabrice Poullain, Jean-François Charbonnier (Robert Jacques, 54′), Luis Fernandez, Safet Sušić – Dominique Rocheteau, Omar Da Fonseca. Entraîneur : Gérard Houllier.
Avertissements à Michel Bibard et Jean-François Charbonnier.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 1985-86 (collection MaillotsPSG)


Programme :


Photos du match :

Safet Susic balle au pied

Safet Susic balle au pied

8586_Nantes_PSG_PilorgetPoullain

Jean-Marc Pilorget et Fabrice Poullain

8586_Nantes_PSG_Fernandez

Le capitaine Luis Fernandez, toujours en manches courtes

Le but Burruchaga en fin de match

8586_Nantes_PSG_bancparisien

Le banc parisien


Vidéo :


Compte-rendu (F. Balédent/A. Leiblang) :

Quand on aura rappelé qu’un succès du P.S.G. lui permettrait de coiffer à coup sûr la couronne de champion, lorsqu’on aura ajouté que les derniers espoirs nantais à l’inverse passent nécessairement par une victoire, tout ou presque aura été dit sur ce choc de La Beaujoire. Pas question donc de se faire des politesses ni des ronds de jambe. L’arbitre d’ailleurs ne va pas chômer. Il devra siffler une kyrielle de coups francs et distribuera quatre cartons jaunes, deux de chaque côté. Le respect et la crainte mutuelle que se vouent les deux équipes expliquent également qu’il faille un bon quart d’heure pour décanter la situation. Jusque-là rien de bien excitant mais d’un seul coup tout s’accélère. Et la première occasion est parisienne. Accroché à vingt mètres des buts (15e), Susic bénéficie d’un coup franc qu’il se charge de tirer. Superbement, mais le ballon va mourir sur le poteau. Deux
minutes plus tard, le P.S.G. toujours à l’attaque va se faire cueillir en contre. Touré récupère pour Amisse qui lance Halilhodzic. A la lutte avec Tanasi, le rusé Yougoslave parvient à tromper Bats de l’extérieur du pied droit. Ainsi, sans avoir été vraiment menacés, les Parisiens se retrouvent-ils à la mi-temps avec ce handicap. Aussi dès la reprise ils optent pour l’offensive tous azimuts. La défense des Jaunes se fait secouer. Fernandez de la tête, Jeannol d’une frappe puissante mais trop croisée échouent d’un rien. Mais, emporté par le démon de l’attaque, le P.S.G. ouvre de larges brèches dans son arrière-garde. Et à huit minutes de la fin, sur un nouveau contre, Halilhodzic offre sur un plateau la balle de break à Burruchaga. L’Argentin marque du gauche après avoir effacé Bats. C’est le coup de grâce. Au-delà d’une victoire de prestige, Nantes peut encore rêver. Et P.S.G. n’est pas encore (tout à fait) champion de France. Mais l’avance reste substantielle. Alors…


Le stade :

Le Stade Louis-Fonteneau, dit La Beaujoire

Le Stade Louis-Fonteneau, dit La Beaujoire


 

Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)