Sélectionner une page

Orléans – PSG 1-2, 18/12/18, Coupe de la Ligue 18-19

Mardi 18.12.2018, Coupe de la Ligue, 1/8ème de finale à Orléans au stade de la source :
U.S. ORLEANS (L2) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  1:2 (0:1)
– 7 812 spectateurs. Buts : Edinson Cavani (41′) ; Lopy (69′), Moussa Diaby (81′). Arbitre : M. Miguelgorry.
L’équipe du PSG : Alphonse Areola (Gianluigi Buffon, 46′) – Juan Bernat, Presnel Kimpembe, Thiago Silva, Daniel Alves – Marquinhos, Angel Di Maria (Kylian Mbappé, 59′) – Christopher Nkunku (Moussa Diaby, 78′), Eric-Maxim Choupo-Moting, Edinson Cavani. Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe d’Orléans : Renault – Furtado, Mutombo, Bouby, Pinaud – Lopy – Ziani, Avounou, Ephestion (D’Arpino, 75′), Cissokho – Le Tallec (Tell, 82′). Entraineur : Olle-Nicolle
Avertissements : Le Tallec (30′), Bernat (82′)


Maillot utilisé (avec les sponsors additionnels de la Coupe de la Ligue) :

Maillot extérieur 2018-19


Photos du match :

Dani Alves en action sur son aile droite (Ch. Gavelle, psg.fr)

Cavani, buteur, félicité par ses coéquipiers

L’action du superbe but victorieux de Moussa Diaby (Ch. Gavelle, psg.fr)

La joie des parisiens qui reprennent l’avantage (Ch. Gavelle, psg.fr)

Les allemands du PSG gardent le sourire même détrempés (Ch. Gavelle, psg.fr)

Le parcage parisien à Orléans (Ch. Gavelle, psg.fr)


Vidéo (cliquez sur « Visionner sur YouTube ») :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Merci Diaby !

Le PSG se déplaçait ce mardi soir (21h) à Orléans à l’occasion des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue et les Parisiens se sont imposés 2-1 grâce à Cavani mais surtout Diaby. Si l’Uruguayen a ouvert le score, Paris s’était fait rejoindre à 20 minutes de la fin et c’est un fabuleux slalom du jeune Parisien entré en jeu qui offre la qualification aux troupes de Thomas Tuchel.

C’est parti, avec le PSG en 4-3-3 et Di Maria et Draxler en relayeurs. Cela commence par une énorme occasion parisienne avec un centre de Bernat qui retombe sur Choupo-Moting. Le Camerounais est en très bonne position et frappe mais le gardien repousse (2e). Paris est bien dans la rencontre malgré quelques tentatives adverses bien contrées (7e). Le Tallec bénéficie toutefois d’un centre utilisable mais sa reprise acrobatique n’est pas du tout cadrée (11e). Le PSG reste dominant mais peine toutefois à se créer de vraies occasions (17e). Nkunku tente bien sa chance des 18m sur un coup-franc reopussé mais un Orléanais repousse devant le gardien (21e). L’USO tente aussi une frappe par son capitaine Ziani mais c’est hors-cadre (24e).

Alors que la demi-heure de jeu approche, Nkunku monte en régime et tente de porter le jeu parisien mais il y a encore un peu de déchet et une défense adverse souvent concentrée. Paris peine clairement à se créer des occasions, même sur des contres, et Di Maria se fait même mal à la cheville tout seul sur une action individuelle (36e). L’Argentin revient heureusement et tire un bon corner que Thiago Silva reprend mais le Brésilien fait faute sur son coup de tête (39e). La situation se débloque finalement sur une occasion limpide : Marquinhos trouve Di Maria au coeur du jeu qui contrôle et envoie Cavani défier le gardien dans le dos de la défense. Le Matador ajuste un lob parfait et ouvre le score (0-1, 41e).

Di Maria finit très fort la mi-temps et provoque un nouveau coup-franc qu’Alves tire en puissance. Le gardien repousse des poings et cela retombe sur Bernat aux 20m mais la frappe du droit du gaucher est complètement hors-cadre (45e). A la pause, Paris a fait le plus dur en ouvrant le score dans un match pauvre en occasions. Un joli mouvement aura suffi. Contre toute attente, un premier changement a lieu à la pause avec l’entrée de Buffon en lieu et place d’Areola. Le Français s’est bloqué le dos. Le match reprend comme avant et Paris a une grosse occasion sur un énorme cafouillage avec plusieurs frappes de Cavani repoussées, dont une par le pied du gardien (48e).

Le même Cavani est trouvé en bonne position par Di Maria mais il est cette fois-ci hors-jeu (50e). Paris a désormais clairemenet pris le contrôle du match mais le corner obtenu ne donne rien (51e). Mais alors que tout va bien, Di Maria se blesse tout seul à la cheville en raison du terrain en très mauvais état et reste au sol, le staff parisien se dépêchant de venir lui porter secours (54e). L’Argentin repart même au vestiaire dans l’impossibilité de poser le pied par terre (55e). Alors que Paris est à 10; Alves envoie un excellent centre à Bernat qui bute sur le gardien adverse (58e). A l’heure de jeu, c’est finalement Mbappé qui entre pour le blessé Di Maria.

Le terrain est de plus en plus abîmé et cela gâche un contre local mais Orléans continue d’y croire, à l’image d’une frappe hors-cadre des 20m (63e). Le PSG est bien plus dangereux quandCavani donne un bon ballon en profondeur à Mbappé mais le gardien gagne son duel avec l’attaquant. Sur le corner, Alves trouve Marquinhos qui met une tête d’un rien à côté (65e). Contre toute attente, c’est Orléans qui égalise : Nkunku rate une passe dans ses 30 derniers mètres, un Orléanais récupère et transmet à Lopy qui frappe des 20m. Buffon se détend mais il est trop court (1-1, 70e).Tout semblait bien parti pour Paris mais ce but relance tout et Alves provoque un corner, bien dégagé mais heureusement mal contré (72e). A un quart d’heure de la fin, Orléans fait son premier changement et continue d’y croire.

Le PSG peine à se remettre en rouge alors qu’il n’y a pas de prolongations et Paris joue mal, à l’image d’un Choupo-Moting qui rate complètement sa passe en bonne position (78e). Tuchel est très énervé et envoie Diaby sur le terrain à la place de Nkunku alors qu’il reste un petit quart d’heure, temps additionnel inclus. Paris est englué mais Moussa Diaby sort de sa boîte. Servi aux 30m, il réalise une percée incroyable dans toute la défense adverse avant de marquer d’une frappe du droit entre les jambes du gardien (1-2, 81e).

Orléans tente de se relancer et obtient des coups de pieds arrêtés, bien repoussés (84e). L’USO tente encore vaguement d’y croire mais D’Arpino envoie une frappe complètement ratée de l’extérieur de la surface (87e). Et quand Cissokho entre dans la surface, c’est Silva qui repousse (88e) ou le reste de la défense qui repousse (89e). Cavani ne fait pas mieux que les attaquants adverses sur un contre parisien, bien trouvé par Mbappé (90e). Mbappé ne fait toutefois pas mieux devant le gardien après une passe magnifique de Diaby et son ballon piqué est ainsi complètement raté devant le portier (92e).

Orléans y croit donc encore et pousse dans les dernières secondes face à un PSG replié en défense. Le gardien est même monté et Paris part en contre. Mbappé a le but grand ouvert et tire mais c’est un défenseur qui repousse sur la ligne pour cette dernière action du match. Le PSG s’impose finalement 2-1 dans le Loiret après un match dominé mais qui n’aurait jamais dû se jouer dans le dernier quart d’heure malgré tout..

Les réactions :

Thomas Tuchel (Canal +) : « On ne s’attendait pas à souffrir autant mais on savait que c’était possible. On fait une erreur, on prend un but et après cela c’est compliqué. Il y avait beaucoup d’obstacles à surmonter aujourd’hui. Je suis très heureux que l’on ait été sérieux. Il n’y a que les 8 dernières minutes que je n’ai pas aimé, j’aurais aimé que nous gardions le ballon et que nous puissions finir ce match tranquillement ».

Thiago Silva : « C’était difficile parce qu’on n’est pas habitués à jouer des matches comme ça avec un terrain qui n’est pas bon. Bien-sûr, on veut toujours bien jouer mais aujourd’hui ce n’était pas possible. En face, ils ont bien joué, surtout la première mi-temps puis la deuxième ils ont marqué ce but qui a créé la folie. United, c’est toujours une équipe dangereuse. Même avec Mourinho je pense qu’ils pouvaient faire mieux. La motivation des joueurs est très forte. Ils seront motivés pour bien jouer, pour gagner des matches, et c’est une équipe qui va nous poser beaucoup de difficultés donc il faudra se préparer. Beaucoup de gens pensent que le tirage est bon parce que Manchester ne joue pas bien, mais ça reste une très bonne équipe. Ils ont une histoire dans le foot, des joueurs d’expérience, et avec le changement de coach ils vont essayer de pousser un peu plus. Cela va leur donner de la motivation en plus, mais nous, nous sommes très motivés aussi. Adrien ? C’est personnel, il a pris sa décision. Pour moi c’est dommage car c’est un ami que j’avais dans le vestiaire, il a beaucoup de qualités. Mais il a pris sa décision, il faut respecter. Le club a pris sa décision aussi. Le plus important c’est le club, il faut respecter sa décision. C’est un grand ami ».

 


Le stade :

Le Stade de la Source, où aura été ajouté une 4ème tribune temporaire pour le match


Remi

Sudiste à l'esprit contradictoire amoureux de Paris et du PSG depuis mon enfance. Nostalgique à mes heures perdues, j'aime me souvenir de nos belles heures et savoure ces grandes années. Avec "Histoire du PSG" je me régale chaque jour autour des rouge et bleu.

Voir la bio de Rémi...
Remi