Sélectionner une page

PSG – Dijon 3-0, 26/02/19, Coupe de France 18-19

Mardi 26.02.2019, Coupe de France, 1/4 de finale, à Paris au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – DIJON F.C.O. 3:0 (2:0)
– 44 000 spectateurs env. Buts : Angel Di Maria (8′), Angel Di Maria (28′) ; Thomas Meunier (77′). Arbitre : M.Schneider
L’équipe du PSG : Gianluigi Buffon – Thilo Kehrer, Thiago Silva, Presnel Kimpembe – Thomas Meunier, Marco Verratti, Leandro Paredes (Colin Dagba, 82′), Juan Bernat – Julian Draxler (Christopher Nkunku, 82′), Angel Di Maria (Moussa Diaby, 82′), Eric-Maxim Choupo-Moting. Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe de Dijon : Runarsson – Chafik, Coulibaly, Lautoa, Aguerd, Haddadi – Balmont, Amalfitano, Sliti (Said, 78′) – Kwon (Sammaritano, 68′), Tavares (Keita, 78′). Entraineur : Kombouaré
Avertissements : Marco Verratti (43′), Couliblay (74′)


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2018-19 (sponsors CDF)


Photos du match :

Photo commune des deux équipes avant le coup d’envoi (Ch.Gavelle PSG.fr)

100ème match pour Presnel Kimpembe au PSG (Ch.Gavelle PSG.fr)

La joie des parisiens après le 1er but d’Angel Di Maria (madeinparisiens.com)

Julian Draxler auteur d’une prestation éblouissante au milieu de terrain (Ch.Gavelle PSG.fr)

Choupo Moting passeur décisif et soutenu par le public du parc (madeinparisiens.com)

La joie des latéraux Juan Bernat et Thomas Meunier après le but du belge (madeinparisiens.com)

Et une victoire de plus au compteur, une ! (Ch.Gavelle PSG.fr)


Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Une affaire vite et bien menée

Le PSG recevait Dijon à l’occasion ce mardi (21h10) des quarts de finale de la Coupe de France et Paris n’a pas fait de détails en s’imposant 3-0 : Di Maria a marqué un doublé dans la première demi-heure et le PSG a géré avant que Meunier ne marque un dernier but en fin de partie. Paris est en demi-finale !

Avec un PSG en 3-1-4-2, la partie part vite et bien et Verratti donne un bon ballon à Di Maria qui centre mais le gardien capte bien (1e). La première frappe est aussi parisienne avec une tentative de Choupo-Moting contrée sur un second ballon et c’est une attaque-défense ! Choupo-Moting rate même un première face à face (5e) ! Dijon a pourtant une belle opportunité après un pressing réussi sur Verratti mais Balmont loupe sa passe. Paris punit de suite : Draxler envoie Di Maria vers le but et l’Argentin envoie un piqué parfait au fond des filets (1-0, 8e) ! Alors que Paris domine largement la rencontre, Dijon a une petite opportunité mais la frappe n’est pas cadrée aux 18m (10e).

Alors que tout va bien, Di Maria reste au sol après que Balmont le contre crampons en avant. Il se relève finalement en souffrant et la partie repart (15e). Le PSG domine largement la partie et Dijon défend comme il peut, concédant des corners (20e). C’est finalement sur un bel appel que Choupo-Moting parvient à se mettre en position de frappe mais le portier le sort de sa lucarne (21e). Le DFCO est aussi dangereux sur une tête d’Amalfitano hors-cadre en très bonne position (22e). Di Maria se met encore en évidence sur une frappe après une remise de Bernat mais le goal adverse se couche bien (23e). C’est finalement encore Di Maria qui fait la différence : Draxler le trouve dans le dos de la défense et tente de servir Choupo-Moting mais un Dijonnais repousse. L’Argentin est là pour conclure de près (2-0, 28e) !

Contre toute attente, Dijon frôle la réductiuon de score avec un bon ballon de Sliti pour Tavares qui efface Buffon puis frappe en angle très fermé. Sa tentative longe la ligne puis bute sur le poteau avant que Bernat ne dégage en corner. Sur celui-ci, Coulibaly est tout seul mais met sa tête à côté (33e) ! Le PSG répond par une grosse action de Draxler qui sert Choupo-Moting : le Camerounais tire aux 20m et c’est dévié au ras du poteau (35e) ! Le duo Draxler/Di Maria se met encore en route mais l’Argentin évite le gardien sans pouvoir redresser pour la frappe (40e). Di Maria est encore dans la surface pour reprendre un centre en retrait de Draxler. Il est contré et Paredes tente sa chance sur ce ballon repoussé, hors-cadre (41e). Paris déroule et Verratti offre un ballon en or à Meunier qui frappe. Le gardien repousse sur Di Maria qui voit sa tentative être repoussée sur la ligne (43e) ! La fin de première période est un peu décousue mais le 2-0 à la pause est très logique vu la physionomie du match  : le PSG est sérieux et est largement au-dessus dans la foulée d’un grand Di Maria.

Sans changements, la partie repart et Paredes provoque un premier coup-franc axial de plus de 30m qu’il tire. Runarsson s’emploie pour dévier en corner sa superbe frappe (47e) ! La mi-temps repart plus doucement et Sliti tente sa chance mais Buffon capte tranquillement (52e). Le PSG joue vraiment en marchant et Kehrer perd le ballon, offrant une belle cartouche à Tavares qui sollicite à nouveau un Buffon solide devant sa ligne (57e). Draxler profite quant à lui d’une belle passe de Verratti pour défier le gardien mairs Runarsson s’impose (60e) ! Paris joue à l’économie et offre des cartouches avec une nouvelle frappe d’Amalfitano puissante et encore Buffon qui s’interpose (62e). Le PSG joue en contre et Di Maria remonte 50 mètres mais la dernière passe n’est pas bonne (66e).

Globalement, le PSG manque d’intensité dans cette seconde période et Choupo-Moting, bien servi par Di Maria, manque de puissance dans sa tentative (70e). A l’entrée du dernier quart d’heure, le match ressemble presque à un match amical et le Parc se signale avec un long chant à la gloire de Choupo-Moting. Le Camerounais est finalement au coeur du troisième but : Draxler décale Meunier côté droit qui s’enfonce et trouve Choupo. Le Camerounais contrôle et rend au Belge qui conclut parfaitement (3-0, 77e).

C’est la fête et Verratti tente même une frappe, contrée dans la surface (79e). La rencontre est finie et Tuchel fait ses trois changements d’un coup avec Nkunku, Diaby et Dagba pour Pardes, Di Maria et Draxler (82e). Les jeunes se montrent presque avec une belle percussion de Diaby qui sert Nkunku au point de penalty mais le dernier cité ne parvient pas à se mettre en position de frappe (88e). Bien lancé par Choupo-Moting, Nkunku défie le gardien adverse mais RUnarsson est encore vainqueur du duel (91e). Ce sera la dernière action d’un match vite et bien mené par un PSG concentré et sérieux. Paris est en demi-finale et n’a toujours pas encaissé le moindre but dans la compétition.

Les réactions :

Presnel Kimpembe :

« C’était l’objectif de ce soir avec la manière, un bon boulot en première mi temps, on a déroulé en deuxième. […] On connaît Choupo et ses qualités, on sait qu’il est très généreux, On est peinés pour lui car il a pas mis son but, Il a démontré que défensivement il pouvait être présent et c’est pour ça que le Parc l’aime, On veut profiter de lui et le aire profiter de nous, Il a la bonne mentalité. Mon 100e match ? C’est beau, c’est magnifique, surtout que je suis un enfant de la maison et c’était donc une grande fierté et beaucoup de joie, surtout avec la qualification au bout ».

Thomas Meunier :

« J’ai fait mes derniers tests hier. Tout s’est bien passé, c’est super positif. J’avais hâte de revenir sur le terrain, ça m’a fait plaisir de pouvoir mettre ce petit but. Mon contrat se termine en 2020, j’adore la ville de Paris, j’adore le club, je me rends compte que la probabilité quand j’ai débuté ma carrière était de 0,0001% pour qu’un jour je joue pour le PSG et j’ai aucune raison de me plaindre en vérité. J’ai du temps de jeu, parfois un peu plus, parfois un peu moins, ce qui se passe pour moi ici est tout simplement inespéré, je savoure tous les jours. Choupo-Moting ? Je pense que c’est un joueur qui, malgré sa grande taille, est assez technique… C’est un joueur super complet, et je comprends très bien que le coach le prenne, pas seulement parce qu’il est Allemand mais aussi parce que c’est un excellent joueur. Il est conscient de la place qu’il a dans le groupe et n’a aucune prétention, il a une mentalité super positive. […] Qualitativement, je trouve que c’est assez bon. Le message du coach est totalement passé, on l’a réellement assimilé. Un jeu offensif avec pas mal de variations, du jeu court, du jeu long. Je pense que c’est un peu plus varié que sous Unai qui voulait vraiment nous transcander et qu’on jour exactement avec ce style de jeu là. On joue avec plus de variété, on a pu s’adapter avec des changements de position aussi… Tout le monde fait des concessions et se donne à 100%, ça change un peu la donne ».


Le stade :

Le Parc des Princes


Remi

Remi

Sudiste à l'esprit contradictoire amoureux de Paris et du PSG depuis mon enfance. Nostalgique à mes heures perdues, j'aime me souvenir de nos belles heures et savoure ces grandes années. Avec "Histoire du PSG" je me régale chaque jour autour des rouge et bleu.

Voir la bio de Rémi...
Remi