Sélectionner une page

PSG – Maccabi Netanya 4-1, 11/07/83, Tournoi de Paris 1983

Dominique Rocheteau

Lundi 11.07.1983, 1/2 du Tournoi de Paris, à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – MACCABI NETANYA  4:1 (1:1)
– 15 000 spectateurs environ. Buts : Lavi, 15′, Luis Fernandez, 43′ ; Safet Sušić, 59′,  Michel N’Gom, 61′, Pascal Zaremba, 74′.
L’Équipe du PSG : Dominique Baratelli – Franck Tanasi, Jean-Marc Pilorget, Dominique Bathenay (Pascal Zaremba, 51′), Gérard Janvion (Manuel Abreu, 46′) – Jean-Claude Lemoult, Luis Fernandez, Safet Sušić – Nambatingue Toko, Dominique Rocheteau, Vasil Ringov (Michel N’Gom, 46′). Entraîneur : Lucien Leduc.
Avertissement à Luis Fernandez.


Maillot utilisé :

Maillot domicile 1983-84


Photos du match :

Dominique Rocheteau

Dominique Rocheteau


Compte-rendu (L’Equipe) :

Le Paris Saint Germain jouera donc la finale de son tournoi, ce soir. Et son match contre une excellente équipe roumaine, qui fit très bonne impression en lever de rideau, ne manquera pas d’intérêt car il constituera un test international très sérieux pour les vainqueurs de la Coupe, étant donnée la valeur er les récentes performance des Roumains de Mircea Lucescu.

Le nouveau Paris Saint Germain, qui n’avait rien de très nouveau d’ailleurs hier soir, s’est donc imposé aux dépens d’un adversaire Israélien qui lui tint tête pendant près d’une heure et qui joua son rôle de Challenger avec beaucoup de cran et d’habilité.

Mais le talent des attaquants parisiens Susic, Rocheteau, N’Gom, déjà biens en jambes, finit par mettre à la raison cette formation de Netanya.

Les vainqueurs de la Coupe avaient effectué une entrée en matière assez timide, sans doute parce que la chaleur torride qui régné sur le Parc leur faisait craindre quelque peu pour une condition physique encore précaire. Mais il faut bien dire que la combativité, la vivacité et l’esprit d’entreprise de l’adversaire israélien, qui était proposé Paris Saint Germain pour cette deuxième demi-finale du tournoi, avait considérablement gêné Bathenay et ses camarades.

Les footballeurs de Netanya avaient en effet entamé le match tambour battant, attaquant tous les ballons, ne laissant aucun répit à leurs adversaires, mais sachant également pratiquer un football vif, clair, précis et, ma foi, souvent spectaculaire. Et lorsqu’il marquèrent un but à la 15e minute au terme d’une période de jeu qui les avait vu dominer, ce ne fut que pure justice. L’action se déclencha en contre-attaque sur une erreur de Susic, perdant le ballon en plein mouvement offensif des Parisiens. Sur le contre, l’un des deux avant-centre Israélien, Lavi , qui allait se montrer très dangereux pendant cette première partie du match, obtenait de près un très joli but.

Le PSG, souvent à court de réflexe ou de souffle, allée éprouver les pires difficultés à rejoindre son adversaire avant la mi-temps.

Il y parvient cependant à la 43e minute sur une très belle action déclenché du milieu de terrain par Rocheteau qui sollicite rapidement Ringov, le Yougoslave mis à l’essai, complètement démarqué sur l’aile droite.

La rentrée de N’Gom

On vit alors ce dernier attendre avec beaucoup d’à-propos la venue de ses partenaires devant le but adverse et déclencher alors, du pied gauche, un très joli centre aérien qui trouva Fer’andez au deuxième poteau pour une reprise de la tête, plongeante est victorieuse.

Ainsi, le PSG remettez les montres à l’heure, non sans avoir beaucoup souffert, répétons-le, au cours de cette première moitié de match.

Après avoir ainsi tremblé, l’équipe parisienne devait, après le repos, affirmer enfin sa supériorité technique et sa plus grande maîtrise collective en marquant rapidement 2 buts dès le début de cette seconde période de match.

Ce fut d’abord à la 59e minute sur une nouvelle attaque de Rocheteau, suivi d’un centre contré et repoussé trop faiblement par la défense israélienne, un premier tir victorieux de Susic qui, avec un grand sang-froid, plaça le ballon hors de portée du gardien de Netanya pour obtenir le second but.

Deux minutes plus tard, N’Gom, qui était rentré sur le terrain après le repos, à la place du yougoslave Ringov, obtenait un troisième but après une nouvelle passe judicieuse de Dominique Rocheteau, décidément transformé au cours de cette soirée en créateur de jeu remarquable, N’Gom plaçant alors un astucieux tir brossé de l’extérieur du pied droit qui fit mouche, donnant au Paris SG, un avantage suffisamment substantiel pour obtenir le droit de me disputer « sa » finale.

D’autant qu’un quatrième but, obtenu à la 74e minute par le nouveau libéro Zaremba qui avait remplacé Bathenay blessé à la 61e minute, vint encore confirmer la supériorité des Parisiens et leur qualification.

Dans cette équipe parisienne qui n’en est encore qu’à sa période de préparation, on appréciera surtout hier soir les talents d’organisateurs et de créateur d’un Rocheteau en belle forme, la présence toujours rayonnante d’un Susic et aussi de Fernandez et la sûreté en défense d’un Pilorget, d’un Tanasi et même d’un Abreu qui fit d’excellents débuts.


Le stade :

Le Parc des Princes

Le Parc des Princes


 

Loic

Loic

Fan du club depuis toujours, présent au Parc et en déplacement de 1988 à 2010. PSG ´till I die!

Voir la bio de Loic...
Loic

Les derniers articles par Loic (tout voir)