Sélectionner une page

PSG – Real Madrid 3-0, 18/09/19, Ligue des Champions 19-20

Mercredi 18.09.2019, Ligue des Champions, 1ère journée (1ère place) à Paris, au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C.– REAL MADRID C.F. (Esp.) 3:0 (2:0)
– 46 361 spectateurs. Buts : Angel Di Maria, 14′, Angel Di Maria, 33′ ; Thomas Meunier, 90’+1′. Arbitre : M. Taylor.
L’équipe du PSG : Keylor Navas – Thomas Meunier, Thiago Silva , Presnel Kimpembe, Juan Bernat – Idrissa Gueye, Marquinhos (Ander Herrera, 70′), Marco Verratti – Angel Di Maria, Mauro Icardi (Eric-Maxim Choupo-Moting, 60′), Pablo Sarabia (Abdou Diallo, 89′). Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe du Real : Courtois – Carvajal, Varane, Militão, Mendy – Kroos, Casemiro, James (Jovic, 70′) – Bale (Vinicius, 79′), Benzema, Hazard (Vazquez, 70′). Entraîneur : Zidane.
Avertissements : Carvajal, 32′, Vinicius, 82′, Angel Di Maria, 82′, Varane, 89′, Juan Bernat, 90’+3′.


Maillot utilisé (avec les sponsors au format Europe) :

3ème maillot 2019-20


Photos du match :

Les Parisiens avant le coup d’envoi (Ch. Gavelle)

But d’Angel Di Maria ! (Ch. Gavelle)

Mauro Icardi (Ch. Gavelle)

Keylor Navas gardera ses cages inviolées face à ses anciens coéquipiers (F. Pernet)

Idrissa Gueye balle au pied (Ch. Gavelle)

Angel Di Maria, auteur d’un match époustouflant, prend ici le meilleur sur Varane (Ch. Gavelle)

Montée de Juan Bernat (Ch. Gavelle)

Le superbe Tifo du CUP

Craquage à Auteuil


Vidéo (cliquez sur l’image) :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris tout en maîtrise

Le PSG recevait le Real Madrid ce mercredi 18 septembre (21h) à l’occasion de la première journée de la phase de poules de la Ligue des Champions et les Parisiens ont signé une performance majuscule. Deux buts de Di Maria avant la pause, un autre de Meunier tout en fin de match mais surtout une rencontre parfaitement maîtrisée de bout en bout par les troupes de Tuchel. Madrid n’a pas cadré le moindre tir et subit une déroute méritée.

Le match :

Icardi lance le match et Paris tente de construire d’entrée, atteignant la surface adverse. Sarabia centre et une main de Militao contre sans que l’arbitre ne dise rien ! Cela continue avec une bonne ouverture de Marquinhos remisée pour Gueye mais Kroos lui enlève le ballon quand il va frapper (1e) ! Après cette alerte, Madrid rentre dans le match et prend le ballon (5e). Cela aboutit notamment à un centre de Bale que Navas capte bien (8e). Après 10 minutes, le match semble tomber dans un faux rythme dicté par le Real, le ballon circulant mieux dans les pieds madrilènes (11e). C’est pourtant Paris qui frappe le premier : Icardi travaille en pivot et trouve Bernat côté gauche. L’Espagnol centre au premier poteau pour Di Maria qui fusille un Courtois qui semble bien moyen sur le coup (1-0, 13e) !

A peine mené, le Real passe tout près d’égaliser sur une attaque très rapide : Benzema contrôle et sert Hazard qui frappe pratiquement de façon immédiate mais cela frôle le poteau de Navas (16e). Alors que Paris loupe quelques opportunités sur des contres, c’est James qui tente sa chance mais tire loin au-dessus (20e). Paris voit Di Maria s’envoler sur l’aile et centrer mais Varane intervient de façon douteuse sur l’action (20e). Une superbe action collective parisienne sur l’aile droite est conclue par une bonne frappe mais le Real repousse comme il peut (27e). Paris est bien dans le match mais Gueye concède une faute évitable sur Bale aux 20m, offrant un bon coup-franc que le Gallois envoie juste au-dessus (32e) ! Paris ne pardonne rien et punit de façon directe : Gueye et Marquinhos s’offrent un une-deux superbe et le Sénégalais transmet à Di Maria : sur son pied gauche, il enroule et trouve le petit filet (2-0, 33e) !

Paris a à peine le temps de célébrer que Gareth Bale réduit la marque ! Il est trouvé à 25m du but, enchaîne plusieurs jongles et une frappe lobée superbe qui trompe Navas. Problème, le Gallois a mis la main en plein milieu de l’action pour contrôler avant de frapper et les Parisiens hurlent au scandale !!!! Le but est finalement refusé mais Paris a eu chaud. Pire, Paris a encore chaud quand Navas et Thiago Silva ne s’entendent pas. Le Brésilien fait une tête pour repousser au loin que le Gallois reprend. Navas est loin de son but mais c’est au-dessus (37e). Le match repart et Sarabia trouve Icardi en pivot dans la surface. L’Argentin parvient à frapper mais c’est facilement capté (39e).

Le PSG finit bien la mi-temps et Sarabia parvient à frapper du droit depuis l’entrée de la surface, deux madrilènes dévient et Courtois constate qu’il y a corner avec soulagement, le captant das la foulée (41e). Le Real s’offre malgré tout un excellent mouvement offensif conclu par une frappe puissante de Bale mais le cadre n’est pas au rendez-vous (45e+1). A la mi-temps, le PSG mène 2-0 en ayant réussi une prestation solide dans tous les secteurs de jeu. Paris a été bien plus réaliste que le Real dans les zones de vérité mais Madrid n’est pas mort, en témoigne ce but refusé de Gareth Bale juste après le 2-0.

La partie repart sans changement et Paris retrouve vite le rythme avec le ballon même si Sarabia est rattrapé dans la surface (47e). Di Maria gâche un gros contre, Sarabia une belle action mais Kimpembe sauve aussi un contre dangereux (50e). Le Real n’est pas dans un grand soir mais reste dans le match et un centre dangereux est repoussé en deux temps (53e) puis Bernat en envoie un en corner (55e). Le plus gros souci pour Paris vient de Di Maria qui est touché à la cheville par Mendy et doit sortir se faire soigner (56e). Il revient finalement tandis que le Real semble toujours aussi peu inspiré offensivement (58e). Un centre puissant de Bernat crée même le trouble mais Courtois repousse. C’est ensuite Gueye qui chipe un ballon, transmet à Verratti qui donne à Di Maria mais El Fideo tente un piqué trop haut face à Courtois (60e) !

A l’heure de jeu, Tuchel doit se résoudre à sortir un Icardi trop court physiquement pour Choupo-Moting (60e). Le Camerounais est excellent avec Bernat pour trouver Di Maria dans la surface et Sarabia reprend mais Courtois réussit un miracle pour repousser (61e) ! Paris offre bien quelques cartouches au Real sur des contres mais Marquinhos et Gueye rattrapent Hazard dans la surface en belle position (67e). Le Brésilien en ressort même avec des crampes, forçant l’arrêt du match quelques secondes au point de sortir du terrain. Il doit même sortir pour de bon et est remplacé par Herrera (70e) quand Zidane envoie Jovic et Vazquez pour James et Hazard.

Le match ne change pas et Paris gère parfaitement son affaire, Herrera passant même tout près de donner des ballons qui auraient pu être létaux (75e). Alors qu’il n’arrive à rien, le Real Madrid pense réduire le score par Benzema. Il est présent pour reprendre de près un centre mal repris par Jovic mais Vazquez, hors-jeu, a gêné l’action et le but est refusé (77e) ! C’est encore Benzema qui est tout proche de réduire le score sur une tête au second poteau entre Silva et Meunier mais c’est trop croisé d’un rien (79e). Paris joue bien mal certains contres avec notamment un Di Maria fatigué qui prend les mauvaises décisions (80e). Le ton monte aussi quand Vinicius découpe Bernat, Di Maria traversant tout le terrain pour le défendre (82e).

C’est encore Di Maria qu’on retrouve pour éclairer le jeu et il trouve Choupo-Moting qui enchaîne contrôle orienté et frappe qui passe de peu au dessus (84e). La soirée est belle malgré la sortie sur blessure de Sarabia. Di Maria lance Meunier dans le dos de la défense qui décale Bernat côté gauche. L’Espagnol lui remet dans la surface et le Belge conclut de près (3-0, 90e+1) ! Le même Bernat est moins inspiré quelques secondes plus tard quand il découpe Carvajal et écope d’un carton jaune mérité. Le coup-franc ne donne pas grand-chose, Vazquez ratant plus ou moins sa frappe (93e).

Paris s’impose finalement 3-0 dans un match parfaitement géré. Di Maria a placé le PSG en tête avant la pause de deux buts superbes puis Paris a eu le match à sa main, Meunier clôturant la marque en toute fin de partie. Quelle claque !

Réactions :

Thiago Silva :

Le match, un message à l’Europe ?
« Ce n’est pas du tout un message qu’on voulait faire passer mais c’est vrai qu’on a très bien maîtrisé ce match, on l’a très bien préparé. On a été efficaces et solides, c’est ce qu’il fallait faire. Même en championnat, je crois qu’on doit jouer comme aujourd’hui avec du caractère et de la personnalité, de l’agressivité au moment juste aussi, faire beaucoup d’appels. Je dois féliciter surtout le staff technique qui a très bien préparé ce match. Tout ce qu’ils nous ont donné, on l’a très bien fait et c’est pour ça qu’on mérite de gagner 3-0. »

Une grosse victoire sans les trois stars de l’attaque :
« Ce sont des phénomènes, je ne trouve même pas de mots, mais on a un groupe solide, fort, composé de 25 joueurs, pas seulement 11. Aujourd’hui, malheureusement, deux étaient blessés et Ney était suspendu mais ce que les autres ont démontré aussi, c’était magnifique. Après, c’est le coach qui choisira la prochaine composition, ce n’est pas mon problème, c’est le sien (rires) »

Le match formidable de Gueye :
« C’est incroyable hein ? Pas de mots ? Non, car je ne sais pas combien de ballons il a récupérés aujourd’hui mais ce n’était pas des ballons faciles. Tous les ballons qu’il a récupérés, il a réussi à voir avant pour lire la situation pour prendre le ballon. Il a été magnifique dans toutes les situations. Même Marco (Verratti) a été incroyable, Marquinhos qui est sorti avec des crampes a été magnifique aussi, tout le monde mais Gana a fait un très bon match aujourd’hui, Di Maria. Je dois féliciter tout le monde, pas juste un joueur, mais tout le groupe. »

Angel Di Maria :

Une soirée parfaite pour le PSG et pour lui :
« Oui, je suis très content, très heureux. On a beaucoup travaillé pendant ces derniers jours, et c’est vrai que le résultat est parfait. On a fait un travail parfait, on a énormément couru et on est parvenu à s’offrir cette victoire. »

Un PSG qui répond avec une belle agressivité sans ses stars de l’attaque :
« C’est vrai qu’on doit travailler de la même façon qu’ils soient là ou pas. On a fait du bon travail et il faut fonctionner de la même manière pour obtenir un résultat positif. C’est la seule chose importante. Pour réussir, il faut que les onze qui sont alignés travaillent mais il faut continuer et y aller étape par étape avec calme. Ce n’est qu’un début, il faut continuer à travailler. »

Comment construire à partir de ce match ?
« Il va falloir travailler. Le plus important, c’est de travailler de manière positive, toujours, et il va falloir être attentif à chaque match. C’est toujours très important ce type de rencontre en Champions League. »

Thomas Tuchel :

Comment expliquer la différence entre le PSG en championnat et celui de ce soir contre le Real Madrid ?
« Je ne suis pas du même avis. On peut mieux jouer que contre Strasbourg mais les circonstances sont différentes et on doit l’accepter. Peut-être que c’est lié à ce que nous attendons de l’équipe. Si nous sommes toujours déçus et mécontents, c’est peut-être que nos attentes sont trop élevées. Comme je l’ai dit, j’ai vu beaucoup de bonnes choses en Ligue 1, comme de ne pas encaisser de buts, et encore ce mercredi soir. On a très bien contrôlé le match, toujours avec structure, et c’est normal qu’on ait besoin de temps pour s’améliorer. L’année dernière, avant un grand match contre Liverpool, on avait joué un match très dur contre Bordeaux (NDLR : en fait Toulouse), pas bon, ce n’est jamais facile. On doit donc s’adapter à chaque situation. Aujourd’hui, c’était nécessaire d’avoir un niveau très très haut et l’équipe l’a fait, c’était vraiment une performance d’équipe, avec et sans le ballon, très complète. Nous sommes heureux. Je regarde l’équipe chaque jour, les joueurs sont prêts à s’améliorer, à travailler, et c’est bien qu’on ait pu le démontrer aujourd’hui. Mais ce n’est jamais facile de le montrer tous les trois jours… »

Une équipe avec trois absents majeurs (Neymar, Mbappé et Cavani) et cinq recrues, la preuve du potentiel du PSG ?
« Peut-être aussi que la pression pour les autres (les recrues) n’était pas trop grande aujourd’hui… Tout le monde pensait « il manque deux ou trois joueurs, comment ils peuvent gagner ? ». Cela peut aussi parce que nous n’étions pas les favoris pour tout le monde sans Neymar, Kylian, Edi. Cela peut aussi aider à ne pas sentir trop de pression. Vous comprenez ? On manque de joueurs comme ces trois-là, on ne peut pas toujours jouer sans les trois. Ce n’est juste pas possible. Au cours de quelques matches, c’est possible si tout le monde joue à son meilleur niveau et de fournir des efforts en équipe. On a un grand effectif maintenant, on a gagné en personnalité et voilà. C’est le premier match de la phase de poules et on a besoin de tous les joueurs. C’était difficile de trouver 16 joueurs aujourd’hui. L’année dernière, c’était trop, on arrivait à 13 ou 14. La concurrence est importante pour obtenir la meilleure performance dans un club comme le PSG. »

Idrissa Gueye, le joueur qui manquait à votre équipe ?
« Bien sûr ! On a combattu beaucoup pour acheter ce joueur. C’est une machine hein (rires). Il n’arrête jamais de courir, il récupère beaucoup de ballons, il gagne des ballons. Contre une équipe comme le Real, c’est super important et je dois aussi dire que c’était un bon mix entre les trois du milieu Marquinhos, Verratti et lui. Ils étaient très forts, avec beaucoup d’intensité et un bon mix entre la possession du ballon. Les trois ont fait un très bon match et ils sont vraiment fatigués. C’était très bien. »

Surpris par Di Maria ?
« On ne peut pas être surpris. Depuis un an, il montre qu’il est capable de faire des performances comme ça. Aujourd’hui, c’était exceptionnel. Sa qualité pour finir nos attaques et la qualité de son pied gauche sont extraordinaires, c’est clair. Il a maintenant des stats avec nous exceptionnelles. Il est décisif dans tous nos matches, avec une passe décisive ou un but. Il est toujours dangereux. Aujourd’hui, il a aussi été très performant défensivement, il a été très humble, il a fermé tout le côté contre Carjaval face à ses centres, il a beaucoup couru pour rester proche de Juan Bernat, c’était un bon couple côté gauche. Nous sommes heureux qu’il ait pris ses responsabilités et ait marqué. »

Une question d’intensité pour expliquer la faillite du Real Madrid comme l’a dit Zinedine Zidane ?
« Je préfère seulement parler de nous par respect, ce n’est pas à moi de parler du Real. Mais on doit toujours admettre que gagner contre le Real est toujours difficile. C’est une équipe de top niveau dans cette compétition. Il faut aussi de la chance dans un match pour gagner, pour marquer le premier but, pour avoir le VAR quand Bale touche le ballon de la main. C’est aussi nécessaire même si, à la fin, on a mérité de gagner. On a joué avec plus d’intensité qu’eux, c’est aussi mon avis, mais c’était dur pour nous. Mais n’oubliez pas que c’était au Parc, avec l’ambiance, les supporters qui aident pour jouer de façon forte. On marque le premier but, cela nous aide. On ne peut pas oublier ça. On a aussi eu de la chance et à la fin, c’est comme ça. »

Bientôt des choix à faire dans l’effectif :
« C’est bien ! J’espère que ce moment arrive et on est très heureux d’avoir un grand effectif parce que ce n’était pas comme ça dans toutes les phases l’an passé. C’est notre 1er match de C1, il nous manque trois joueurs clés mais on est capable de faire un match comme une équipe, à un très haut niveau, et c’est absolument nécessaire. Peut-être que si tout le monde est fit et pas blessé, je devrais prendre des décisions dures mais c’est bien, cela veut dire que tout le monde est là et en forme, la compétition doit être comme ça au PSG vu les objectifs. Je crois vraiment qu’on peut créer une équipe qui se sent comme des complices et pas comme des adversaires ou des concurrents. »


Le stade :

Le Parc des Princes


Loic
Suivez-moi
Les derniers articles par Loic (tout voir)