PSG – Strasbourg 2-2, 07/04/19, Ligue 1 18-19

PSG – Strasbourg 2-2, 07/04/19, Ligue 1 18-19

Dimanche 07.04.2019, Ligue 1, 31ème journée, à Paris au Parc des Princes :
PARIS ST-GERMAIN F.C. – R.C.STRASBOURG 2:2 (1:2)
– 47 419 spectateurs. Buts : Eric-Maxim Choupo-Moting (13′), Da Costa (26′), Gonçalves (38′), Thilo Kehrer (82′) .Arbitre : M.Leonard
L’équipe du PSG : Gianluigi Buffon – Thiago Silva, Presnel Kimpembe, Colin Dagba – Layvin Kurzawa (Julian Draxler, 62′), Leandro Paredes, Marco Verratti, Juan Bernat, Dani Alves – Christopher Nkunku (Thilo Kehrer, 76′), Eric-Maxim Choupo-Moting (Kylian Mbappe, 60′). Entraineur : Thomas Tuchel
L’équipe de Strasbourg : Sels – Lala, Caci, Mitrovic, Martinez, Carole – Sissoko, Prcic, Gonçalves (Liénard, 65e) – Da Costa (Grandsir, 73e), Ajorque. Entraineur : Laurey
Avertissements : Lala (57′), Sels (88′)


Maillot utilisé :

Maillot domicile 2018-19

Photos du match :

La légende Dominique Bathenay honorée par le PSG (Ch.Gavelle / PSG.fr)
Choupo-Moting auteur de l’ouverture du score (Ch.Gavelle / PSG.fr)
Et d’un loupé absolument incroyable, dépassant l’imagination
La hargne des parisiens après l’égalisation de Thilo Kehrer (Ch.Gavelle / PSG.fr)
Tentative loupée pour le titre, score final 2-2 (Ch.Gavelle / PSG.fr)
Le Collectif Ultras Paris rend hommage à l’un des siens parti trop tôt (Ch.Gavelle / PSG.fr)

Vidéo (cliquez sur « Visionner sur Youtube ») :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Le Racing gâche la fête

Le PSG recevait le Racing Club de Strasbourg ce dimanche soir (21h) à l’occasion de la 31e journée de L1, et les Parisiens n’ont pas gagné le match qui leur aurait permis d’être champion de France. Ils ont ouvert le score par Choupo-Moting mais étaient pourtant menés à la pause par un bon Racing. Paris va beaucoup pousser pour revenir, égalisant par Kehrer, mais ne va pas gagner pour autant, butant sur un grand gardien adverse.

C’est finalement un PSG en 4-4-2 avec Bernat et Alves en milieux offensifs côté PSG et Dagba provoque un premier corner, facilement repoussé (2e). Paris est pourtant maladroit mais le RCS joue mal deux bons coups. La première frappe est toutefois parisienne avec Paredes mais sa tentative est au-dessus (5e). Un nouveau corner est obtenu par Dagba mais la reprise de Kimpembe est au-dessus (8e). Thiago Silva ne fait pas mieux de la tête quelques instants plus tard (10e). Paris ouvre finalement le score d’une action limpide : Paredes trouve Dagba sur l’aile droit d’une transversale parfaite. Il centre pour Choupo-Moting qui conclut de près (1-0, 13e).

Le plus dur a été fait mais Paris ne s’arrête pas et les corners continuent d’arriver, même si ce n’est toujours pas dangereux (18e). Le Racing se montre aussi et Thiago Silva repousse ainsi un centre compliqué (20e). Da Costa gâche même une grosse occasion sur un contre en tirant au-dessus (22e). Le Racing égalise finalement d’une action limpide : Carole est lancé côté gauche et centre en retard pour Da Costa qui égalise d’une frappe placée imparable (1-1, 26e).

L’incroyable arrive pourtant : Alves envoie Nkunku au but qui pique son ballon devant Matz Sels et s’apprête à marquer. Choupo-Moting se met alors devant le ballon et l’empêche de rentrer de façon incompréhensible, trompé par l’intervention ratée d’un Strasbourgeois (28e) ! Sur le contre, c’est Buffon qui est sollicité et dévie le ballon en corner (29e) ! Alves tente aussi de s’infiltrer mais il est gêné dans la surface (33e). La rencontre est pour le moins ouverte et les opportunités se succèdent : Choupo-Moting est trop court tandis que Silva dégage un centre dangereux (38e).

Contre toute attente, c’est même Strasbourg qui prend l’avantage sur un corner mal repoussé. Gonçalves ne se pose pas de questions depuis les 20 mètres et envoie une volée au fond des filets d’un Buffon immobile (1-2, 38e).

Cela ne s’arrête pas et Kimpembe doit encore sortir un gros tacle dans sa surface sur un contre pour contrer Ajorque (40e) et c’est encore le même Kimpembe qui doit sauver sur un centre de Lala (43e). Paris a pourtant une grosse oopportunité de revenir sur un bonce ntre de Dagba repris comme il peut par Alves mais Sels se détend bien sur sa ligne pour repousser (45e). La mi-temps est sifflée juste après et Strasbourg mène donc à la surprise générale au Parc.

Aucun changement n’a lieu à la pause et la partie repart avec un PSG qui tente d’égaliser mais fait face à un Strasbourg toujours aussi accrocheur, Martinez se payant la cheville de Nkunku (51e). Sur le contre, Lala s’échappe et envoie un centre dans les 6m que personne ne coupe (52e). L’égalisation passe proche sur une bonne action : Verratti décale Alves qui centre, Nkunku remise pour Bernat qui frappe juste à côté (54e). Alors que Nkunku se fait découper côté droit par Lala, c’est Tuchel qui explose et se fait expulser (58e). Le Racing joue aussi bien mal certains contres et Prcic peut faire une tête tout seul mais hors-cadre (59e).

A l’heure de jeu, le PSG voit Mbappé et Draxler remplacer Choupo-Moting et Kurzawa, Bernat passant arrière gauche (60e). Il ne faut pas longtemps pour que Mbappé embrase le match et Martinez le rattrape d’un rien dans les 6m (62e). Le siège commence et le Racing est désormais arc-bouté devant sa surface. Cela donne un corner repoussé sur Alves qui frappe, au-dessus (65e). C’est encore Mbappé qui est dangereux sur une remise de Silva mais le Brésilien était hors-jeu (68e). La partie devient folle avec Bernat qui centre en retrait pour Alves dont la reprise touche la barre. Sur le contre, Kimpembe réussit un gros retour et sauve (70e). Strasbourg est désormais à 11 en défense et Paredes tente de loin, mais c’est au-dessus (75e).

A l’entame du dernier quart d’heure, Kehrer vient remplacer Nkunku, Paris passant à trois derrière. Le temps passe et Paris a de plus en plus de mal à être dangereux, le long ballon de Verratti pour Alves étant mal contrôlé (80e). C’est encore et toujours Mbappé qui secoue tout le monde et efface toute la défense adverse avant de buter sur Matz Sels. Mais sur le corner, Draxler trouve la tête parfaite de Kehrer pour marquer et égaliser (2-2, 82e) !

Paris appuye encore sur l’accélérateur et Draxler donne un ballon de but à Mbappé qui s’en va défier Matz Sels mais c’est encore le gardien qui gagne son duel (85e) ! Bernat tente aussi d’envoyer un centre dans la boîte mais personne ne touche le ballon (87e). Le temps additionnel est de trois minutes alors que Paris tente d’arracher la victoire. Le PSG pense marquer mais c’est encore Sels qui gagne son duel face à Alves dans la surface, gênant le Brésilien qui tire au-dessus aux 6m (92e). Mbappé tente aussi sa chance d’une frappe aux 20m mais c’est raté et le ballon file au-dessus (93e).

Le PSG doit finalement se contenter d’un match nul qui lui empêche de fêter le titre devant son public.

Les réactions

Eric Choupo-Moting : « On n’a pas trop pensé au titre, mais chaque match à la maison, on veut le gagner bien sûr. Et c’est dommage de ne pas l’avoir fait. Mon action sur le but que j’enlève ? Même moi jusqu’à maintenant, je ne comprends pas ce qui s’est passé. Je suis désolé car le ballon entrait je crois. C’est dommage car il y aurait eu but pour Nkunku. Au début, j’ai cru qu’il va me donner la balle pour que je la mettre directement. Puis, il a tiré, et moi j’ai pensé que le défenseur allait peut-être intervenir. Moi j’ai hésité. Puis j’ai vu qu’il n’a pas touché le ballon. Et je me suis dit que j’étais peut-être hors-jeu. Mais il y a eu ce reflèxe et ça n’entre pas malheureusement. C’est dommage. C’est le football. Oui, j’ai revu le ralenti une fois. Si je me suis fait chambrer ? Non, on est une équipe, une famille et une équipe. Ils savent que je ne l’ai pas fait exprès (…) Les sifflets ? Non, ça ne me touche pas. Je n’ai pas fait attention. C’est normal qu’il y a des gens qui sont déçus. Moi, je donne toujours tout. J’étais content de marquer le premier but. Mais malheureusement, il y a des actions comme ça. Ceux qui connaissent le football savent que cela arrive ».

Thomas Tuchel : « Une déception ? Oui et non. Aujourd’hui pour moi c’est très clair j’ai choisi une structure en 1ère mi-temps qui n’était pas la bonne, c’est ma faute. Ce n’était pas possible de contrôles les contres. En deuxième mi-temps on gagne 1-0 et c’était possible de gagner 2 ou 3-0 car on a contrôlé les contres. De la nervosité ? Non, non. Le joueur fait 2 fautes, je le dis et ça suffit pour me faire exclure… Regretter de ne pas avoir mis Kylian ? Il a fait 9 matches complets en 1 mois ! Ce sont des choses pour protéger mes joueurs. Je dois protéger mes joueurs ! On ne pense pas aujourd’hui à la finale qui aura lieu le 27 avril, il a joué 9 fois, c’est trop, on n’a pas à regretter ! Votre collègue qui célèbre avec le maillot de Strasbourg, l’arbitre qui fait ce qu’il veut, je fais une erreur et on me demande si je regrette de ne pas avoir mis Kylian. Je l’ai expliqué 2 fois, 3 fois, 100 fois avant le match… »


Le stade :


Remi

Remi

Sudiste à l'esprit contradictoire amoureux de Paris et du PSG depuis mon enfance. Nostalgique à mes heures perdues, j'aime me souvenir de nos belles heures et savoure ces grandes années. Avec "Histoire du PSG" je me régale chaque jour autour des rouge et bleu. Voir la bio de Rémi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.