Sélectionner une page

Villefranche – PSG 0-3 ap, 06/02/19, Coupe de France 18-19

Mercredi 06.02.2019, Coupe de France, 1/8ème de finale à Décines au Groupama Stadium :
F.C. VILLEFRANCHE BEAUJOLAIS (Nat.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0:3 après prolongations (0:0, 0:0)
– 23 000 spectateurs environ. Buts : Julian Draxler, 102′, Moussa Diaby, 113′, Edinson Cavani, 119′. Arbitre : M.Gautier
L’équipe du PSG : Alphonse Areola – Juan Bernat (Stanley Nsoki, 116′), Marquinhos, Thilo Kehrer, Thomas Meunier – Leandro Paredes, Julian Draxler, Christopher Nkunku (Colin Dagba, 90′) – Angel Di Maria (Kylian Mbappé, 62′), Moussa Diaby, Eric-Maxim Choupo-Moting (Edinson Cavani, 79′). Entraîneur : Thomas Tuchel.
L’équipe de Villefranche : Philippon – Ertel, Pagerie (Ndiaye, 65′), Gonzalez – Lacour, Jasse, Burel (Mambou, 106′), Sergio – Lemb, M’Madi (Blanc, 76′) – Benedick (Labeau, 69′). Entraîneur : Pochat
Avertissements : Benedick (27′), Ndiaye (72′), Draxler (76′)


Maillot utilisé (avec les sponsors spécifiques de la Coupe de France) :

Maillot extérieur 2018-19


Photos du match :

Juan Bernat à la lutte sous les yeux d’Angel Di Maria

Moussa Diaby, titi buteur du soir (Made in Parisiens)

Christopher Nkunku balle aux pieds (Made in Parisiens)

Choupo-Moting, peu en réussite face au club de National (Made in Parisiens)

La joie de Cavani après l’ouverture du score de Draxler

Les joies de Mbappé et Diaby, le passeur pour le buteur (Made in Parisiens)

Les Parisiens présents à Lyon…


Vidéo :


Compte-rendu (CulturePSG) :

Paris peut remercier ses entrants

Le PSG défiait Villefranche-Beaujolais à l’occasion des huitièmes de finale de la Coupe de France et les Parisiens ont dû attendre la prolongation pour finalement faire la différence. Dans un match où les occasions ont été très rares, ce sont les entrants Cavani et Mbappé qui ont fait la différence.

Le PSG a donné le coup d’envoi et Villefranche reste bien en défense dans ses premiers instants (4e). La première frappe est de loin pour Nkunku et il obtient un premier corner qui ne donne rien (4e). Il est globalement très dur pour le PSG de s’approcher du but adverse et c’est une attaque-défense très claire (7e). Di Maria prend même un coup dans le tibia complètement gratuit après un dribble réussi, obtenant un coup-franc lointain tiré au-dessus par Paredes (8e). Nkunku provoque aussi un coup-franc bien placé après une roulette et c’est Di Maria qui frappe… dans le mur (11e). La première occasion est pour le PSG sur un contre : Kehrer récupère, lance Nkunku qui remonte le terrain puis décale Diaby. Face au gardien, il n’attrape pas le cadre en excellente position (13e) !

Le match se lance enfin et Choupo-Moting réalise une talonnade inspirée dans la surface trouver Di Maria. En angle très fermé, l’Argentin tente sa chance mais ne trouve que le petit filet extérieur (15e). Le duo tente de se mettre de nouveau de se mettre en évidence mais la tête de Choupo-Moting est de l’épaule (18e). Nkunku tente aussi de trouver le Camerounais d’une jolie passe en profondeur mais le gardien sort bien (21e). Paredes donne aussi une passe en or à Bernat dont le centre en retrait est dégagé en corner, bien capté (25e). Alors que Paris peine un peu, Villefranche s’offre une belle occasion sur un contre mal repoussé par Meunier et repris de volée par un local. C’est à droit des buts (29e). Le ton monte sur le terrain et Lemb s’offre les chevilles de Di Maria après avoir pris un sale dribble (31e)…

La partie s’embourbe sérieusement, comme le PSG, mais Moussa Diaby réussit un long centre intéressant dans le dos de la défense que Draxler ne parvient pas à couper de peu (40e). Villefranche répond avec une frappe de loin, bien au-dessus des buts (43e). Diaby se met aussi en évidence sur une belle offrande de Paredes mais son centre en retrait bien vu n’offre qu’un corner (44e) ! Di Maria le tente de façon directe mais le gardien assure. Au passage, Kehrer prend un bon coup de coude en plein visage et l’arbitre siffle peu après la mi-temps. Le 0-0 est assez logique vu let petit match en cours et Paris devra se montrer plus précis.

La partie repart avec une grosse occasion en faveur du PSG quand Choupo-Moting est trouvé dans la surface par Diaby mais ne parvient pas à frapper. C’est finalement Villefranche qui a la première grosse occasion : Lemb contrôle aux 18m de la poitrine puis frappe, d’un rien au-dessus (49e). La frappe suivante est encore pour les locaux avec une frappe enroulée qui ne passe pas bien loin du cadre (53e). Côté Paris, Choupo-Moting provoque une faute intéressante sur le côté droit de la surface mais Di Maria glisse au moment de frapper (57e)… Villefranche part aussi en contre mais Meunier sauve son camp de façon précise devant ses 6m (61e). A l’heure de jeu, Tuchel craque et envoie Mbappé sur le terrain à la place de Di Maria. Le premier effet n’est pas immédiat alors que Diaby retrouve le côté gauche pour mettre Mbappé dans l’axe (65e). Un mauvais ballon remis par la défense adverse fait passer un frisson mais le gardien sort bien dans les pieds de Mbappé (68e).

Le PSG bute toujours contre la défense adverse et les centres de Bernat sont par exemple bien mal ajustés (70e). Ndiaye s’offre même le coup de la corde à linge sur Paredes mais n’obtient qu’un carton jaune (72e). Tuchel s’énerve et se retrouve exclu par M. Gautier (73e). La tension monte et Draxler s’offre un adversaire sur un tacle, écopant d’un carton jaune, puis c’est Nkunku qui provoque un bon coup-franc aux 22m plein axe (78e). Mbappé tente sa chance mais c’est largement raté (78e). Paris tente de faire la différence et Cavani remplace Choupo-Moting (79e). Les fautes se multiplient et Nkunku se fait découper juste à l’entrée de la surface (82e). Cavani tire le ocup-franc en force à ras de terre mais le gardien repousse (83e). Paris s’en remet à Mbappé qui accélère et centre mais personne ne coupe la trajectoire (86e).

La fin de match est pénible et le PSG n’est pas dangereux, à l’exception d’une frappe de Diaby devant la surface qui est contrée par des mains adverses (90+2e). Logiquement, Paris doit donc disputer une prolongation et Dagba a remplacé Nkunku (90e). Le PSG est passé en 3-5-2 et Dagba se met en évidence dans son rôle de piston droit, provoquant un bon coup-franc qui est pourtant repoussé (92e). Pour une fois que Paris va dans la surface, c’est Paredes qui fait une faute (95e). Dans la foulée, Kehrer offre même un bon coup-franc excentré mais le PSG parvient à se dégager en deux temps (96e).

Villefranche se retrouve à voir Bernat faire une tête dans sa surface mais c’est Cavani qui dévie la frappe de son partenaire (97e). Mbappé a aussi une énorme occasion quand une relance adverse est contrée mais il perd son duel face au gardien, bien sorti (98e). Le même Mbappé en a une autre dans la foulée mais il loupe cette fois-ci le cadre (98e). Paris accélère et Draxler botte un corner au premier poteau que Cavani coupe mais le gardien est encore là sur sa ligne (100e). Villefranche craque finalement peu apprès : Marquinhos décale Cavani côté droit qui feinte puis s’échappe et envoie un centre au cordeau parfait pour Draxler qui conclut de près (0-1, 102e) !

Le plus dur a été fait et Paris fait désormais tourner le ballon après avoir accéléré au début de la prolongation (105e). La deuxième mi-temps de la prolongation débute par le 4e changement adverse. Paris tente de maîtriser le jeu mais Villefranche attaque et c’est Cavani qui vient défendre son camp devant sa surface (108e). Cavani est en revanche moins brillant quand Mbappé lui donne un bon ballon excentré côté droit dans la surface. L’Uruguayen tente sa chance mais le gardien repousse (111e). Il se rattrape vite et voit le mauvais alignement adverse avant de servir Mbappé qui s’avance puis décale jusqu’à Diaby qui n’a plus qu’à pousser au fond des filets (0-2, 113e) !

Le match est plié et Diaby a un nouveau contre mais il la donne à Dagba légèrement derrière lui. Le latéral droit se met en position de frappe et tente sa chance mais c’est repoussé en corner (115e). Alors que N’Soki entre pour les dernières secondes, Dagba a une chance de devancer le gardien, sorti loin de son but, mais il pousse trop son ballon (117e). Le troisième arrive après avec une balle en profondeur de Mbappé qui offre le troisième but à Cavani (0-3, 119e). Villefranche pense obtenir un penaltu sur un tacle un peu douteux de Nsoki mais l’arbitre donne un corner. Sur celui-ci, une tête adverse est décroisée et passe juste à côté (120e). Le PSG s’impose finalement 3-0 face à Villefranche mais se sera mis à jouer seulement en prolongation.

Réactions (CulturePSG) :

Julian Draxler : «On est tombé face une bonne équipe. Ils jouent en 3e division, on était favoris, mais ils ont bien fermé les espaces et on n’en a pas trouvé beaucoup pour marquer. Physiquement, on est bien en ce moment et on voulait finir dans le temps réglementaire. Malheureusement, on a dû jouer la prolongation. Ce n’est pas bien car on a des matches importants qui arrivent. Ce n’était pas le top même si le plus important est de gagner à la fin.»

Marquinhos : «Manchester est dans un petit coin de la tête, c’est normal. On essaie d’avancer pas à pas mais comme vous l’avez aujourd’hui le coach a ménagé certains joueurs. On pense aux échéances importantes qui arrivent et le coach essaie de gérer cela du mieux possible pour faire tourner l’équipe et pour que tout le monde soit à 100 % pour les échéances à venir.»

Thomas Tuchel : «C’était très compliqué. On a eu une grosse occasion dès la 12e minute avec ce un-contre-un de Moussa Diaby. Si on marque sur ça, je pense que c’est possible d’en marquer deux ou trois dès la première mi-temps pour gagner en confiance et jouer ensuite avec. Mais ce genre de choses peut arriver en coupes, les joueurs comme Diaby, Nkunku ou Choupo-Moting n’ont pas beaucoup joué durant  les dernières semaines et on peut voir qu’ils manquent un peu de rythme, de précision, de confiance. Et oui, c’était de plus en plus difficile.»


Le stade :

Le Groupama Stadium


Remi

Remi

Sudiste à l'esprit contradictoire amoureux de Paris et du PSG depuis mon enfance. Nostalgique à mes heures perdues, j'aime me souvenir de nos belles heures et savoure ces grandes années. Avec "Histoire du PSG" je me régale chaque jour autour des rouge et bleu.

Voir la bio de Rémi...
Remi