Sélectionner une page

Paris SG – Paris FC : Destins croisés…

Paris SG – Paris FC : Destins croisés 

Archives PSG

Aujourd’hui club majeur en France et en Europe, le Paris Saint-Germain a du passer par des chemins ardus pour arriver à ses fins. Issu d’une fusion entre le Paris Football Club et le Stade Saint-Germain de Saint-Germain-en-Laye (ville natale de Louis XIV), le PSG est le fruit d’années de travail, de concertations et surtout de rêves. Retour sur les destins croisés du Paris FC et Paris SG, frères historiques de la ville aux cent villages.

Nous sommes en 1879. Le Paris Football-Club voit le jour et devient le premier club de la capitale à exister. Créé par les anglais résidant sur Paris*. Faute d’adversaire, le club francilien doit rapidement stopper ses projets et laisse la place à partir de 1894 à d’autres clubs parisiens.

En 1904 naît le Stade Saint-Germain, club des Yvelines, qui a pour ambition d’accéder au championnat amateur. En devenant champion de Paris en 1957 ce sera chose faite. En 1969/70, la division 2 s’ouvre aux clubs amateurs et à l’issue d’une saison remarquable le SSG parvient à rejoindre la D2.

De son côté la ville de Paris voit ses clubs s’éteindre les uns après les autres: RC Paris, Olympique Paris, C.A.Paris…hormis le Red Star de Saint-Ouen qui subsiste, c’est le calme plat en Ile de France.

Alors que les capitales européennes comme Londres, Madrid et Rome voient une équipe représenter fièrement leurs couleurs et de grandes villes françaises s’épanouir autour de l’OM, Lyon, Saint-Etienne ou encore Bordeaux. La fédération française de football s’en mêle en 1969 en lançant une consultation auprès des habitants de la ville lumière : « Voulez-vous un grand club de football à Paris? »

60.000 réponses positives font approuver le projet dont se chargent deux personnes: Guy Crescent et Pierre-Etienne Guyot. L’un est PDG du groupe Calberson, l’autre est vice-président du Racing Club de France. Après une première consultation le projet se nommera « Paris Football-Club ».

Guy Crescent traverse l’Europe, Chelsea FC, Real Madrid, Hambourg, Arsenal, Anderlecht… pour arriver à une idée claire: Faire du Paris FC un club de socios (supporters-actionnaires). Le 1er février 1970 l’animateur radio Pierre Bellemare lance un appel à souscription qui rapporte pas moins de 20.000 bulletins!

Deuxième difficulté pour le PFC, se faire une place rapide dans le paysage professionnel hexagonal. Sans joueurs, stade, structure… et sans possibilité d’intégrer directement la Division 1. Seule solution, fusionner avec un club de l’élite. Mais le temps presse! Sedan, Rouen… aucun projet n’aboutit au final et le projet patauge.

Le Stade Saint-Germain est lui promu en Division 2 après une brillante saison 1969/70. Le 20 mai 1970 c’est lui qui est choisi pour opérer à cette fusion, donnant quelques mois plus tard naissance au Paris Saint-Germain Football-Club.

Un gros apport financier du côté Paris FC par les socios permet de faire signer des noms comme Jean Djorkaeff (capitaine de l’équipe de France). La structure du Stade Saint-Germain offre au Paris SG la possibilité de disputer la Division 2 en 1970/71. Champion de 2ème division la saison qui suit, le PSG est promu en élite et ce club unique peut enfin vivre le rêve pour lequel il a été créé.

 

Archives PSG

L’équipe se structure pour se maintenir et viser des places honorables et alors que ce maintien arrive tant bien que mal sur le rectangle vert, le conseil de Paris demande au PSG d’adopter un nom 100% parisien: « Paris Football-Club ». Les dirigeants historiques du Stade Saint-Germain refusent l’idée et un vote est fait au sein de l’assemblée du Paris Saint-Germain. A 3 voix près, le 16 mai 1972, le changement de nom est refusé.

3 jours plus tard, le Paris FC annonce sa scission et se désolidarise du Paris Saint-Germain, conservant le statut professionnel et envoyant le PSG en Division 3. Dur à avaler pour le président Henri Patrelle.

Sous statut amateur le Paris Saint-Germain doit se reconstruire, observant son frère siamois poursuivre, lui, sa route parmi l’élite. Placé dans le groupe « ouest » du championnat, le PSG se prépare pour remonter en D2. Désormais au stade Georges Lefèbvre (Camp des Loges), le club rétrogradé a perdu bon nombre de ses supporters mais conserve les couleurs bleu-blanc-rouge et place son siège dans le 1er arrondissement de Paris (5 place de Valois).

Le Paris FC se maintien avant de descendre en D2 à la fin de la saison 1973/74. Ironie du sort, le Paris SG monte coup sur coup en D2 puis D1. Les rôles se sont inversés lors de l’été 1974, le gros est désormais le PSG. Repris l’année précédente par Daniel Hechter, le couturier à succès, le club rouge et bleu va se pérenniser en élite en investissant sur des noms comme Mustapha Dahleb, Louis Floch ou Jacky Novi lors de la première fenêtre de transferts.

En 1977, la mairie de Paris constate que la cohabitation entre les deux clubs parisien n’apporte pas de résultats concluants et souhaite à nouveau procéder à une fusion. Idée que ne partage pas le moins du monde le camp PSG, contrairement au PFC et au Racing. Des négociations se déroulent autour de Philippe Seguin et Jacques Chirac, alors maire de Paris, et avec Francis Borelli nouveau président suite à l’affaire de la caisse noire ayant destitué Daniel Hechter.

Le rapprochement est exigé par la mairie si les différents acteurs ne veulent pas voir toute idée de subvention s’évaporer. Coup de théâtre, l’annonce du projet « Paris 1 » parle d’un rapprochement entre le Paris FC, le Racing et Europe1, sans mentionner le Paris Saint-Germain. Il faudra faire face à ce concurrent à l’allure de mastodonte.

De retour en élite lors de la saison 1978/79, le PFC doit se montrer au dessus du PSG pour s’affirmer comme LE club de la capitale aux yeux des politiques. Les derbys offrent deux matchs nuls (2-2 le 18/08/1978; 1-1 le 17/12/1978). Et alors que le Paris Saint-Germain termine 13ème, le Paris Football-Club est, lui, à nouveau rétrogradé. Jacques Chirac met fin au projet Paris 1, laissant le PSG comme le seul club professionnel de la capitale.

Archives PSG

Sous Francis Borelli, les rouges et bleus continuent de monter en puissance, remportant coupes de France, championnat, découvrant l’Europe et s’offrant des noms comme Safet Susic, Dominique Rocheteau, Dominique Bathenay et permettant l’éclosion de jeunes comme Jean-Marc Pilorget ou Luis Fernandez… le Paris FC doit , lui, se reconstruire à partir de 1983 après la scission du Racing Paris 1 et le PFC renvoyé en Division 4 sous statut amateur. Descente en DH puis deux montées successives en 1987/88 et 1988/89 pour retrouver la Division 3.

Bascule entre national et CFA, le club connait des heures difficiles mais résiste. En 2014/15, le PFC termine 2ème et monte en Ligue2! L’idée de revoir un jour un derby entre les deux club de Paris prend du sens. Malheureusement, 32 ans après avoir quitté la L2, le retour est difficile et la relégation les attend en fin de saison.

De son côté le PSG a bien grandi suite aux années canal+ (1 Coupe des Coupes, 1 Division 1, 5 Coupes de France et 2 Coupes de la Ligue) et est maintenant propriété de QSI (fond d’investissement de l’émir du Qatar) depuis 2011. Des joueurs de classe mondiale sont arrivés et la possibilité d’ambitionner les premiers rôles chaque saison en Ligue des Champions est devenue réalité. Une autre ère, et le rêve songé 45 ans plus tôt voit à nouveau le jour (après les années 1991 – 1998).

Alors 22 ans après le dernier amical (1-0 pour le Paris FC le 16 aout 1995), c’est avec nostalgie que les deux frères vont se retrouver le temps d’une opposition, tendant à rappeler tout le chemin qu’ils ont parcouru ensemble ou séparés. Si les destins se sont croisés et n’ont pas pris les même routes, c’est avec amitié et dans un amour commun pour Paris, la ville lumière, que les 22 acteurs vont se saluer. En espérant un jour se retrouver tout là-haut, sur les toits de la Ligue1.

PSG.fr

 

*Source : « Histoire du Paris Saint Germain Football Club » Ouvrage de Thierry Berthou en 1998.

Remi

Sudiste à l'esprit contradictoire amoureux de Paris et du PSG depuis mon enfance. Nostalgique à mes heures perdues, j'aime me souvenir de nos belles heures et savoure ces grandes années. Avec "Histoire du PSG" je me régale chaque jour autour des rouge et bleu.

Voir la bio de Rémi...
Remi